Renault et McLaren ont été découragés par les liens d'Ocon avec Mercedes

Esteban Ocon a vu les baquets Renault et McLaren lui échapper pour la saison 2019 de Formule 1, et ses liens avec Mercedes n'y sont pas étrangers.

Renault et McLaren ont été découragés par les liens d'Ocon avec Mercedes

Depuis que Mercedes l'a pris sous son aile début 2015, Esteban Ocon a véritablement pris son envol, avec le titre GP3, des débuts en Formule 1 chez Manor puis deux saisons convaincantes chez Force India – la deuxième actuellement en cours.

Lire aussi :

Pour 2019, Ocon était en négociations avec Renault pour y remplacer Carlos Sainz, mais le Losange a finalement jeté son dévolu sur Daniel Ricciardo. Recruter un tricolore avait forcément un attrait certain pour la marque française, qui en a toutefois été dissuadée par les étroits liens d'Ocon avec Mercedes : le constructeur allemand n'aurait fait que prêter son protégé à Renault, tout comme Red Bull l'a fait en 2018 avec Carlos Sainz.

"C'était une décision difficile", déclare Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team, pour Motorsport.com. "Je pense qu'Esteban était une très bonne option. Nous avons été extrêmement honnêtes dans notre décision avec l'entourage d'Esteban – comme toujours avec ces choses-là, les discussions ne sont jamais avec le pilote, mais dans ce cas précis, c'était un peu gênant car il s'agissait d'un concurrent, à savoir Mercedes.

"Et je dois dire que nous avions ça à l'esprit, le fait de devoir encore une fois discuter avec un concurrent concernant un pilote. Nous sortions tout juste de ça avec Carlos, du positif et du négatif. Je dois accepter le fait que sans discuter avec Red Bull, nous n'aurions pas eu Carlos cette année, et j'ai trouvé ça génial d'avoir Carlos, donc je pense que tout bien considéré, nous avons fait quelque chose de bien l'an dernier."

"Mais devoir le refaire, un ou deux ans de plus, en 2019 et 2020, des années où nous sommes censés, selon notre plan de route, commencer à nous battre avec les top teams... Dépendre de ce top team, un concurrent, pour une ressource très importante, c'était un peu gênant. Ce n'était pas rédhibitoire, sinon nous ne nous serions pas intéressés à Esteban en premier lieu. Mais c'est vraiment quelque chose que nous avions à l'esprit."

McLaren a choisi Norris

Mercedes a ensuite tenté de placer son poulain chez McLaren, mais la structure de Woking a, sans surprise, donné la priorité à son protégé Lando Norris, qui est actuellement son pilote de réserve et qui joue le titre de Formule 2. Encore une fois, la relation Ocon-Mercedes a joué en la défaveur du Normand.

"Au final, je pense que nous voulons avoir notre propre pilote, c'est Lando que nous voulions", déclare Zak Brown, PDG de McLaren. "Esteban est quelqu'un pour qui nous avons énormément d'estime, mais quand on s'intéresse au long terme et qu'un pilote est lié à un autre constructeur, le recruter serait cocher la mauvaise case."

"Espérons qu'Esteban trouvera un volant, restera peut-être là où il est, car il mérite certainement d'être en Formule 1. C'est toutefois un point négatif que ces pilotes soient contrôlés par un certain constructeur quand on veut savoir si on peut avoir tel pilote dans les cinq ou dix prochaines années."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Être comparé à Hamilton ne dérange pas Norris

Article précédent

Être comparé à Hamilton ne dérange pas Norris

Article suivant

La FIA prépare un meilleur Halo pour 2021

La FIA prépare un meilleur Halo pour 2021
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021