Renault et McLaren ont été découragés par les liens d'Ocon avec Mercedes

Esteban Ocon a vu les baquets Renault et McLaren lui échapper pour la saison 2019 de Formule 1, et ses liens avec Mercedes n'y sont pas étrangers.

Renault et McLaren ont été découragés par les liens d'Ocon avec Mercedes
Charger le lecteur audio

Depuis que Mercedes l'a pris sous son aile début 2015, Esteban Ocon a véritablement pris son envol, avec le titre GP3, des débuts en Formule 1 chez Manor puis deux saisons convaincantes chez Force India – la deuxième actuellement en cours.

Lire aussi :

Pour 2019, Ocon était en négociations avec Renault pour y remplacer Carlos Sainz, mais le Losange a finalement jeté son dévolu sur Daniel Ricciardo. Recruter un tricolore avait forcément un attrait certain pour la marque française, qui en a toutefois été dissuadée par les étroits liens d'Ocon avec Mercedes : le constructeur allemand n'aurait fait que prêter son protégé à Renault, tout comme Red Bull l'a fait en 2018 avec Carlos Sainz.

"C'était une décision difficile", déclare Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team, pour Motorsport.com. "Je pense qu'Esteban était une très bonne option. Nous avons été extrêmement honnêtes dans notre décision avec l'entourage d'Esteban – comme toujours avec ces choses-là, les discussions ne sont jamais avec le pilote, mais dans ce cas précis, c'était un peu gênant car il s'agissait d'un concurrent, à savoir Mercedes.

"Et je dois dire que nous avions ça à l'esprit, le fait de devoir encore une fois discuter avec un concurrent concernant un pilote. Nous sortions tout juste de ça avec Carlos, du positif et du négatif. Je dois accepter le fait que sans discuter avec Red Bull, nous n'aurions pas eu Carlos cette année, et j'ai trouvé ça génial d'avoir Carlos, donc je pense que tout bien considéré, nous avons fait quelque chose de bien l'an dernier."

"Mais devoir le refaire, un ou deux ans de plus, en 2019 et 2020, des années où nous sommes censés, selon notre plan de route, commencer à nous battre avec les top teams... Dépendre de ce top team, un concurrent, pour une ressource très importante, c'était un peu gênant. Ce n'était pas rédhibitoire, sinon nous ne nous serions pas intéressés à Esteban en premier lieu. Mais c'est vraiment quelque chose que nous avions à l'esprit."

McLaren a choisi Norris

Mercedes a ensuite tenté de placer son poulain chez McLaren, mais la structure de Woking a, sans surprise, donné la priorité à son protégé Lando Norris, qui est actuellement son pilote de réserve et qui joue le titre de Formule 2. Encore une fois, la relation Ocon-Mercedes a joué en la défaveur du Normand.

"Au final, je pense que nous voulons avoir notre propre pilote, c'est Lando que nous voulions", déclare Zak Brown, PDG de McLaren. "Esteban est quelqu'un pour qui nous avons énormément d'estime, mais quand on s'intéresse au long terme et qu'un pilote est lié à un autre constructeur, le recruter serait cocher la mauvaise case."

"Espérons qu'Esteban trouvera un volant, restera peut-être là où il est, car il mérite certainement d'être en Formule 1. C'est toutefois un point négatif que ces pilotes soient contrôlés par un certain constructeur quand on veut savoir si on peut avoir tel pilote dans les cinq ou dix prochaines années."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Être comparé à Hamilton ne dérange pas Norris
Article précédent

Être comparé à Hamilton ne dérange pas Norris

Article suivant

La FIA prépare un meilleur Halo pour 2021

La FIA prépare un meilleur Halo pour 2021
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021