Ocon sans arrêt : "Avec un tour de plus, j'aurais crevé"

Esteban Ocon et Alpine ont été récompensés de leur audacieuse stratégie sans arrêt au stand par un petit point à Istanbul.

Ocon sans arrêt : "Avec un tour de plus, j'aurais crevé"

Un Grand Prix entier sans le moindre arrêt au stand : telle est la prestation réalisée par Esteban Ocon au volant de son Alpine, en Turquie ce dimanche. Une faible pluie relativement constante a permis aux conditions de piste de rester assez stables bien que légèrement séchantes, favorisant l'utilisation de pneus intermédiaires plutôt rodés voire usés : les gommes neuves chaussées en cours d'épreuve avaient tendance à grainer compte tenu du manque d'eau sur une piste néanmoins bien trop humide pour les slicks.

Tandis que Fernando Alonso s'est arrêté après 30 des 58 tours au programme, Esteban Ocon a décidé de persévérer avec son train de pneus initial, étant satisfait de leur condition et s'inspirant des 47 tours réalisés consécutivement en intermédiaires lors de l'édition 2020 de l'épreuve. Il a finalement accroché la dixième place de justesse, avec moins d'une seconde d'avance sur Antonio Giovinazzi.

"Je fais la blague comme quoi les mécanos étaient fatigués donc on s'est dit qu'on allait leur épargner l'arrêt cette fois, mais non, ça ne s'est pas passé comme ça !" sourit Ocon. "Quand nous nous battions avec Seb, nous débattions : devrions-nous nous arrêter, devrions-nous continuer ? À ce moment-là, j'avais un très bon rythme, les pneus étaient en bon état et je me suis dit 'continuons', nous avons tenté, pris un risque, et cela a porté ses fruits mais avec une petite récompense, à savoir un point."

S'il est vrai que le Français était onzième avant les arrêts au stand et dixième à l'arrivée, il a surtout gagné une place grâce au pari téméraire tenté par Sebastian Vettel : chausser les pneus slicks. Le pilote Aston Martin, qui était alors dixième devant Ocon, a alors perdu environ une minute et toutes ses chances de points.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, Esteban Ocon, Alpine A521

Ce top 10 n'était pas gagné d'avance pour Ocon, qui a vu son rythme se dégrader en fin d'épreuve : il tournait en moyenne en 1'37"520 dans les cinq derniers tours, quand Lewis Hamilton, chaussé de pneus neufs qui souffraient toutefois de grainage, évoluait en 1'33"840 sur la même période, ce qui laisse imaginer ce dont aurait été capable le pilote Alpine s'il avait joué la sécurité – en gardant à l'esprit que Hamilton était environ une seconde au tour plus rapide sur les 50 premières boucles, avant son arrêt. Quant au poursuivant direct d'Ocon, Giovinazzi, il roulait en moyenne en 1'33"924 dans les ultimes kilomètres.

Jouer la sécurité, ça n'aurait manifestement pas été une idée saugrenue pour le Normand, qui a dû se tenir à l'écart des vibreurs : "À la fin, nous nous demandions si les pneus avant allaient durer, car ils étaient assez endommagés, on voyait la corde de l'extérieur. Je pense qu'avec un tour de plus, j'aurais crevé, et avec deux virages de plus, je me serais fait dépasser par Giovinazzi. C'était une décision risquée mais qui valait le coup."

Quant à Marcin Budkowski, directeur exécutif de l'écurie, il est prompt à rappeler que chausser des pneus neufs avait ses inconvénients en raison du grainage sur une piste manquant d'humidité. Lorsque Fernando Alonso s'est arrêté au stand, il lui a fallu une quinzaine de tours pour prendre l'avantage sur Ocon en performance.

"Jusqu'à quelques tours de la fin, nous ne savions pas si nous allions tenir, mais la réalité est qu'à un stade il était clair que l'arrêter vers le milieu de la course n'allait pas forcément être plus rapide", indique Budkowski. "Il aurait dû traverser une phase de graining en intermédiaires neufs de toute façon, et nous avons décidé de le laisser en piste compte tenu de ce que faisaient les autres et de son feedback. Il était relativement satisfait de ses pneus à ce stade."

"Nous attendions une voiture de sécurité ou que la piste soit assez sèche pour mettre les pneus pour le sec, ne sachant pas si nous allions tenir jusqu'au bout. Au fur et à mesure, étudiant les données de près, recevant son feedback et étudiant les caméras embarquées, nous nous sommes dit que nous pouvions essayer de pousser ça jusqu'à la fin et avons décidé de le faire. Bien sûr, nous ne l'aurions pas laissé en piste s'il y avait eu une crainte concernant la sécurité. Nous avons estimé que c'était faisable."

Le petit point inscrit par Ocon n'empêche pas l'écart de se réduire entre Alpine et AlphaTauri au championnat des constructeurs, avec douze unités entre les deux écuries désormais.

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Honda exclut de s'impliquer dans le moteur Red Bull 2026

Article précédent

Honda exclut de s'impliquer dans le moteur Red Bull 2026

Article suivant

Mercedes a la "peau dure" et encaisse la frustration de Hamilton

Mercedes a la "peau dure" et encaisse la frustration de Hamilton
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021