La F1 assure ne vouloir "bâillonner" personne

Alors que la décision de la FIA de serrer la vis sur les discours politiques ne cesse de faire parler, la Formule 1 tente de s'en dissocier par la voie de son PDG, Stefano Domenicali.

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1, et Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1, sur la grille

Cet hiver la FIA a décidé d'amender le Code Sportif International (CSI) afin d'ajouter parmi les infractions potentielles "la formulation générale et l'affichage de déclarations ou de commentaires politiques, religieux et personnels [...] sauf approbation préalable par écrit de la FIA pour les compétitions internationales". Un ajout qui n'a pas manqué de faire réagir vivement sur le coup, mais qui continue d'être évoqué régulièrement notamment par les pilotes.

Dans le contexte où nombre d'athlètes se sont exprimés sur des sujets politiques ou sociétaux ces dernières années et où la Formule 1 se développe entre autres dans des régimes répressifs du Moyen-Orient, cette modification a été perçue comme une manière de museler les pilotes sur ces sujets sensibles. Et désormais, c'est la Formule 1 elle-même qui tente de s'en distancer.

"La F1 ne bâillonnera jamais qui que ce soit", a ainsi déclaré Stefano Domenicali, PDG du championnat, pour The Guardian. "Tout le monde veut parler, alors il faut avoir une plateforme pour dire ce que l'on veut de la bonne manière. Nous avons une énorme opportunité grâce à la position de notre discipline qui est de plus en plus mondiale, multiculturelle et multi-valeurs."

"Nous parlons de 20 pilotes, de dix équipes et de nombreux sponsors, ils ont des idées différentes, des points de vue différents. Je ne peux pas dire que certains ont raison et d'autres ont tort, mais il est juste, si nécessaire, de leur donner une plateforme pour débattre de leurs opinions de manière ouverte. Nous ne changerons pas cette approche en tant que discipline. Cela devrait être la ligne directrice de notre sport, donner à chacun la chance de s'exprimer de la bonne manière ; pas de façon agressive ou pour offenser, mais avec respect."

"J'ai eu une discussion avec les pilotes à ce sujet l'année dernière. Sur la façon dont la F1 pourrait être une plateforme, pour avoir un coup de projecteur sur certaines choses dont nous pensons qu'il est juste de parler. La F1 devrait aider les pilotes s'ils veulent aborder certains sujets. Il est important d'avoir un dialogue très constructif. Si ce n'est pas le cas, cela peut créer de la confusion ou des problèmes là où il n'y en a pas."

"Nous continuons à suivre la situation. Nous tenons les pilotes informés, nous rencontrons le GPDA [l'Association des pilotes de Grand Prix] pour en discuter, sur la manière dont nous pouvons permettre aux pilotes d'être ouverts en tant qu'êtres humains dans notre discipline. Les athlètes peuvent être très sensibles et passionnés par certaines choses, et ils ont besoin d'en discuter de manière constructive avec des personnes en qui ils ont confiance."

Une dissociation avec la FIA qui ne va tout de même pas jusqu'à la remise en cause frontale de la décision prise par la fédération. Cette dernière, membre du Comité International Olympique (CIO) depuis 2013, avait en effet justifié l'inscription de cette règle dans le CSI pour des raisons de conformité au concept de "neutralité politique" du sport tel qu'inscrit dans le Code d'éthique du CIO.

"Je crois que la FIA clarifiera ce qui a été indiqué, en ce qui concerne le respect de certains endroits où vous ne pouvez pas le faire", a ajouté Domenicali. "Je suis sûr que la FIA partagera le point de vue de la F1, mais elle fait partie d'une fédération olympique, donc il y a des protocoles auxquels elle doit se conformer."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Le Strip de Las Vegas fermé pendant 10 ans pour le Grand Prix F1
Article suivant Le retour de Ford en F1 se fera sans Cosworth

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France