Fangio et Alfa Romeo : le début d'un mythe, la fin d'un autre

En 1951, Juan Manuel Fangio décrochait le premier titre mondial, point de départ d'une carrière légendaire et d'un nom resté mythique. Au même moment, il y a 70 ans ce 28 octobre, le succès était crépusculaire pour Alfa Romeo.

Fangio et Alfa Romeo : le début d'un mythe, la fin d'un autre

Il y a une époque où Alfa Romeo était beaucoup plus en Formule 1 qu'une jolie livrée ou qu'un nom accolé à celui de Sauber pour en faire une équipe. La marque au Quadrifoglio, emblème légendaire incarnant le style et la grâce, restera à tout jamais comme la première superpuissance du Championnat du monde. Tout d'abord parce que l'Alfa 158 est l'auto qui a remporté le premier Grand Prix de l'ère moderne, le 13 mai 1950 à Silverstone. Aussi, et surtout, parce qu'elle détient un record encore inégalé aujourd'hui et qui a vraisemblablement encore de beaux jours devant lui : celui de l'invincibilité absolue sur une saison.

Aucune période de domination n'a par la suite fait vaciller cette supériorité : ni McLaren à la fin des années 80, ni Ferrari au début des années 2000, ni Mercedes au début de l'ère hybride. Certes, la première campagne mondiale, il y a 71 ans, ne comptait que six courses, mais les livres d'histoire sont d'un pragmatisme inflexible. Les 500 Miles d'Indianapolis figuraient à l'époque au calendrier, portant le nombre de manches à sept en réalité, mais ni Alfa Romeo ni ses adversaires européens ne s'y étaient présentés.

L'Alfetta (re)gonflée à bloc

L'Alfa 158, surnommée Alfetta, était d'emblée un petit monstre au potentiel avéré, qui allait bien grandir par la suite en devant la 159 et en portant Juan Manuel Fangio vers le premier de ses cinq titres mondiaux. Car pour raconter l'origine du premier sacre de l'Argentin, très longtemps – et parfois encore – considéré comme le plus grand pilote de F1 de tous les temps, c'est bien sur l'histoire de la première Alfetta qu'il faut se pencher.

Juan Manuel Fangio au volant de l'Alfa 158 en 1950.

Juan Manuel Fangio au volant de l'Alfa 158 en 1950.

L'Alfa 158 aura eu une carrière de 13 années, certes mise entre parenthèses par la Seconde Guerre mondiale. Elle était le fruit de l'imagination de Gioachino Colombo. Victorieuse dès sa première apparition à Livourne, en août 1938, elle promettait déjà avant-guerre un duel hors du commun face à la Mercedes W165. Mais le grand conflit mondial éclata…

On dit que, pendant la guerre, les Alfetta étaient stockées bien à l'abri dans une ferme près de Milan. Une fois la paix revenue en Europe, Mercedes était hors du coup, tout comme Auto Union. Alors, à la création du Championnat du monde de Formule 1, la 158 avait tout pour être l'arme fatale. Pourtant, il a fallu muscler la bête devant la menace que commençait à représenter la concurrence. Alors Gioachino Colombo parvint à gonfler le bloc à huit cylindres en ligne qui, au départ, produisait 195 chevaux, pour atteindre le chiffre impressionnant de 420 chevaux en 1951 !

Cette quête de puissance s'est toutefois faite au détriment du poids. Ainsi, après le premier titre remporté par Giuseppe Farina en 1950 avec la 158, la version 159 allait prendre du volume : châssis renforcé, tambours de freins en aluminium plus imposants, sabots doubles à l'avant comme à l'arrière. Quant au réservoir, il avait quasiment doublé par rapport à sa taille d'origine. Ce "body-building" paya néanmoins, la vitesse de pointe de l'Alfetta passant ainsi de 236 à 309 km/h entre 1939 et le début des années 50 !

Fangio résiste à Ferrari

Le premier triomphe de Fangio avec Alfa Romeo fut épique. Le constructeur italien avait dominé le retour des Grands Prix à la fin des années 40 et semblait ne pas avoir grand-chose à prouver, ce que confirma le premier cru du Championnat du monde. Cependant, la saison 1951 serait une autre histoire. Car un certain Enzo Ferrari, lui-même passé par Alfa Romeo, avait décidé de créer son propre empire et de couler le mastodonte auquel il faisait face.

Le triomphe de Fangio au Grand Prix de France, à Reims, avec l'Alfa 159 en 1951.

Le triomphe de Fangio au Grand Prix de France, à Reims, avec l'Alfa 159 en 1951.

Fangio s'imposa à Bremgarten et à Reims ; le champion sortant, Farina, remporta le Grand Prix de Spa. C'est Jose Froilán González qui brisa l'invincibilité d'Alfa Romeo en signant la première victoire de Ferrari, à Silverstone. Son coéquipier Alberto Ascari l'imita lors des deux courses suivantes, au Nürburgring puis à Monza.

Malgré la prise de pouvoir annoncée de Ferrari, Alfa Romeo et Fangio résistèrent. L'Argentin menait le championnat avec deux points d'avance sur Ascari avant le dernier Grand Prix en Espagne, à Pedralbes. Le pilote Ferrari y signa la pole position et mena la course, avant de tout perdre. La Scuderia avait choisi des pneus 16 pouces et Alfa Romeo des 18 pouces : une décision qui allait faire la différence, permettant à Fangio de s'imposer et de coiffer ainsi sa première couronne mondiale.

"J'ai de très bons souvenirs de mes années passées avec Alfa Romeo, en 1950 et 1951", dira au soir de sa vie le grand Fangio, disparu en 1995. "Sentimentalement, l'Alfetta 159 était peut-être ma voiture préférée de toutes, car elle m'a donné la chance de remporter mon premier titre mondial. Il y a eu des courses merveilleuses entre Alfa et Ferrari. J'avais beaucoup de respect et d'affection pour Alberto Ascari, qui a mené l'équipe Ferrari pendant tant d'années. Lui, et plus tard Stirling Moss, étaient sans aucun doute les deux rivaux que je craignais le plus."

Le triomphe de 1951 fut le premier pour Fangio et le dernier pour Alfa Romeo, dont la domination aura été aussi intense que brève dans l'Histoire de la catégorie reine. La marque italienne, faute d'argent et de motivation pour construire une nouvelle auto, tourna les talons. Le pilote argentin poursuivit sa carrière avec Mercedes, Ferrari et Maserati, décrochant quatre titres supplémentaires pour établir une référence seulement battue dans les années 2000 par Michael Schumacher.

partages
commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1
Article précédent

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Article suivant

Sainz demande à Ferrari des progrès dans les stands

Sainz demande à Ferrari des progrès dans les stands
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021