Formule 1 GP de Bahreïn

Ferrari pense avoir comblé l'écart de 25 ch avec Mercedes et Honda

Ferrari est optimiste quant au niveau de son moteur, et pense même qu'il pourrait être le plus rapide en 2022.

Carlos Sainz Jr., Ferrari F1-75

La Scuderia Ferrari est attendue au tournant en ce début de saison 2022. L'écurie de Maranello a réalisé deux bonnes sessions de tests, à Barcelone puis à Bahreïn, donnant ainsi beaucoup d'espoirs à ses fans. Déjà confiant par rapport aux qualités du châssis de la F1-75, le directeur Mattia Binotto s'est également montré satisfait des données récoltées sur les performances du moteur. Conscient qu'une première hiérarchie ne pourra être établie qu'après la séance de qualification du Grand Prix inaugural (quand les moteurs seront enfin poussés dans leurs retranchements), Binotto déclare néanmoins que les retours sur l'unité de puissance Ferrari sont positifs.

"En sachant qu'à partir de cette année, les moteurs sont gelés pour quatre ans, il était évidemment important de commencer avec une unité de puissance au niveau de celles de nos rivaux", explique Binotto. "À la fin de la saison dernière, nous avions un retard de 20 à 25 chevaux, le premier but était donc de réduire cet écart. Actuellement, nous ne sommes pas en mesure de comprendre ce que représentent les données en piste, car les données GPS que nous utilisons ont un certains niveau de fiabilité, mais ne sont pas super précises. Elles sont aussi influencées par le poids de la voiture, et sans cette donnée, l'estimation est difficile. Lors d'un week-end de course, il y a des moments où nous connaissons le poids de nos adversaires, notamment durant les qualifications et au départ de la course. Mais pendant les essais, cette donnée est évidemment inaccessible."

"Ensuite, il y a également l'aspiration", ajoute l'Italien. "Vous devez réaliser des temps sans ce type d'interférences. En général, nous attendons trois ou quatre courses pour compiler une statistique, car plus nous avons de données, plus la moyenne de ces chiffres sera précise. Du peu que nous avons vu pendant les essais, nous avons mené un programme et selon les analyses initiales, nous sommes au niveau des autres. C'est sûr que nous ne sommes pas derrière, et nous sommes même peut-être un peu devant. Mais ce n'est pas une conclusion ferme. Pour le moment nous ne pouvons qu'être satisfaits du progrès aperçu en piste."

En plus d'être enjouée par rapport à son moteur, Ferrari peut également se satisfaire du rythme de sa F1-75, qui enchaîne les tours rapides et constants. Et même si la Scuderia reste prudente quant à sa place avant le Grand Prix de Bahreïn (notamment au vu des performances de Max Verstappen lors du dernier jour des essais), Binotto reste confiant : Ferrari devrait être aux avant-postes en 2022.

"Je pense que nous serons compétitifs le week-end prochain, mais nous ne pouvons pas savoir si nous serons deux dixièmes devant ou derrière", explique Binotto. "Red Bull me paraît très forte, surtout Max. Donc peut-être qu'une [Red Bull] sera devant nous et l'autre derrière, je ne sais pas. Mais je pense que nous serons au niveau auquel nous pourrons nous battre, et s'il y a une différence, elle ne sera pas insurmontable. Même après quatre ou cinq courses, les écarts peuvent toujours être comblés. Le point de départ est bon, mais à quel point l'est-il, cela reste à découvrir."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Ricciardo négatif au COVID et confirmé pour Bahreïn
Article suivant Verstappen : Les F1 2022 moins "incontrôlables" dans l'air sale

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France