Ferrari ne pense pas gagner avant 2022

Consciente de ses faiblesses, la Scuderia Ferrari sait qu'il lui sera compliqué de retrouver la victoire avant l'arrivée de la nouvelle réglementation technique en Formule 1.

Ferrari ne pense pas gagner avant 2022

La Ferrari SF1000 pilotée par Sebastian Vettel et Charles Leclerc est en difficulté sur tous les plans en cette saison 2020, aussi bien du côté aérodynamique qu'au niveau de l'unité de puissance. La Scuderia pointe à la cinquième place du championnat au terme des trois premiers Grands Prix avec 27 points au compteur – son pire début de saison depuis 2009 – et se trouve jusqu'à présent entre la troisième et la sixième place de la hiérarchie en qualifications, toujours devancée par Mercedes et parfois par Racing Point, Red Bull, McLaren, Renault ou encore AlphaTauri.

Lire aussi :

Or, de nombreuses mesures de réduction des coûts ont été prises pour faire face à la crise du coronavirus, notamment un gel définitif des monoplaces 2020 pour 2021 à partir du 30 septembre prochain, à l'exception de deux jetons de développement pouvant être utilisés par chaque équipe. De surcroît, le plafond budgétaire en vigueur dès l'an prochain empêchera Ferrari de profiter de son avantage financier à l'approche de la nouvelle réglementation 2022.

John Elkann, président de Ferrari, est donc conscient que le retour aux avant-postes prendra un certain temps. "L'écurie traverse sans aucun doute une période difficile qui remonte à loin", déclare Elkann dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport. "Nous n'avons pas remporté le titre mondial des constructeurs depuis 2008 ni celui des pilotes depuis 2007. Il y a eu le cycle victorieux de Red Bull grâce à ses capacités aérodynamiques puis celui de Mercedes avec ses excellentes compétences dans la technologie du moteur hybride."

"Cette année, nous ne sommes pas compétitifs, en raison d'erreurs de conception. Nous avons un certain nombre de faiblesses structurelles qui existent depuis un certain temps dans l'aérodynamique et la dynamique du véhicule. Nous avons également perdu en puissance moteur. La réalité est que notre voiture n'est pas compétitive. On l'a vu en piste et on le verra à nouveau. Aujourd'hui, nous posons les bases pour être compétitifs et retrouver la victoire quand la réglementation changera en 2022. J'en suis convaincu."

Elkann, président de FIAT

Elkann ne cache pas que Ferrari va être pénalisé par le gel des monoplaces. "Beaucoup, étant donné que nous avons mal commencé", confirme-t-il. "Il nous faut être réalistes et conscients des faiblesses structurelles avec lesquelles nous composons depuis une décennie et qu'a soulignées la transition à l'hybride. Nous avons donné notre feu vert à la nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en 2022, car nous estimons juste qu'il y ait davantage de compétitivité en F1."

"Nous ne voyons pas le plafond budgétaire comme quelque chose qui va rendre la victoire plus difficile à atteindre pour nous. Nous voyons ça comme un défi. Nos ingénieurs, nos mécaniciens et nos pilotes vont trouver la force et la créativité nécessaires pour faire revenir Ferrari au sommet, malgré ces contraintes. Personnellement, je n'ai jamais vu une telle cohésion dans les dix dernières années."

Elkann renouvelle par ailleurs sa confiance aux dirigeants de la Scuderia, notamment le directeur d'équipe Mattia Binotto, moins d'une semaine après une restructuration mineure de son département technique.

Lire aussi :

"Je leur fais pleinement confiance", insiste l'Italien. "Notamment car Mattia Binotto, qui est à la tête de la Scuderia depuis un an, a toutes les compétences et caractéristiques nécessaires pour lancer un nouveau cycle victorieux. Il était chez Ferrari avec Todt et Schumi, il sait comment gagner, et à partir de l'an prochain, il travaillera avec deux pilotes jeunes et ambitieux comme nous."

Enfin, Elkann demande aux tifosi de faire preuve de patience, rappelant que les difficultés des années 1980 et 1990 ont été suivies par les plus grands succès de la Scuderia : "Les fans souffrent autant que nous, mais nous savons qu'ils restent proches. C'est pourquoi il est important d'être clair et honnête avec eux. La route va être longue. Quand Jean Todt a lancé ce cycle historique en 2000, nous sortions d'une période de vache maigre qui avait duré plus de 20 ans, depuis 1979. Cela a pris du temps pour que Ferrari retrouve le succès, depuis l'arrivée [de Todt] à Maranello en 1993. L'important, comme à l'époque, est de travailler en piste et en dehors dans la cohésion, de construire pas à pas la Scuderia que nous voulons."

partages
commentaires

Voir aussi :

McLaren officialise son nouveau partenariat avec Gulf
Article précédent

McLaren officialise son nouveau partenariat avec Gulf

Article suivant

McLaren critique la faille dans le gel des voitures pour 2021

McLaren critique la faille dans le gel des voitures pour 2021
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021