Formule 1 GP d'Espagne

Ferrari a identifié le problème moteur de Leclerc

Ferrari a conclu que l'abandon de Charles Leclerc du GP d'Espagne avait été provoqué par une défaillance de son turbo et de son MGU-H.

Charles Leclerc était confortablement en tête du Grand Prix d'Espagne quand, lors du 27e tour de course, il a soudainement été victime d'un problème technique qui l'a contraint à l'abandon. La Scuderia Ferrari, après enquête du côté de Maranello, a découvert l'origine de cette panne.

La structure italienne n'avait pas de réponse immédiatement après la course sur les raisons de cette couteuse défaillance, puisque le Monégasque a perdu les commandes du Championnat du monde au profit du vainqueur du GP, Max Verstappen. Mais une fois l'unité de puissance rapatriée et désassemblée, les choses sont apparues plus clairement ce lundi. C'est en effet une double panne qui a touché Leclerc, au niveau du turbo et du MGU-H.

Plus grave encore, ces deux éléments seront inutilisables pour le reste de la saison et le #16 devra donc monter des pièces de remplacement en vue du GP de Monaco ce week-end. "Après avoir examiné [l'unité de puissance] de la voiture de Leclerc, nous avons constaté que le turbo et le MGU-H sont endommagés et ne peuvent être réparés", peut-on lire dans un communiqué.

"Cependant, après avoir analysé complètement la panne et sa cause, nous sommes convaincus qu'elle n'est pas due à un défaut de conception ou à un problème de fiabilité de ces deux composants ou de tout autre élément [de l'unité de puissance]."

Charles Leclerc dans les stands au GP d'Espagne

Charles Leclerc dans les stands au GP d'Espagne

La seconde partie du court communiqué laisse donc entendre que des circonstances extérieures ou des conditions particulières d'utilisation pourraient être à l'origine de la situation qui a provoqué le retrait de celui qui menait le classement pilotes depuis la première course de la saison, à Bahreïn.

Reste à savoir si les pièces qui seront installées sur la Ferrari à Monte-Carlo viendront du bloc moteur déjà utilisé plus tôt cette saison ou d'une toute nouvelle unité de puissance. En la matière, les pilotes sont limités pour l'ensemble de la saison à trois pièces du même type. Au-delà de ce chiffre, des pénalités sur la grille sont appliquées. Or, les éléments défaillants de Leclerc n'en étaient qu'à leur second GP.

Ferrari avait expliqué après la course qu'aucun signe avant-coureur n'avait laissé penser qu'une telle panne allait survenir.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Stats Espagne 2022 - Verstappen égale Fangio
Article suivant Wolff renoue avec les espoirs de titre pour Mercedes

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France