Ferrari n'a "pas besoin d'un numéro 1 ou d'un numéro 2 à ce stade"

Ferrari n'a aucune intention d'établir une hiérarchie entre Carlos Sainz et Charles Leclerc. Seule la piste en décidera la saison prochaine.

Ferrari n'a "pas besoin d'un numéro 1 ou d'un numéro 2 à ce stade"
Charger le lecteur audio

Après avoir redoré son blason en 2021 grâce à cinq podiums, deux pole positions et surtout la troisième place au championnat constructeurs, Ferrari espère renouer avec la victoire la saison prochaine. La Scuderia mise principalement sur le fait d'avoir rapidement basculé l'essentiel de ses ressources sur la future réglementation technique. L'entrée dans cette nouvelle ère pourrait grandement bousculer la hiérarchie en 2022 et l'écurie italienne comptera également sur un duo de pilotes qu'elle considère comme un atout majeur.

Avec Carlos Sainz et Charles Leclerc, Ferrari se félicite de disposer de deux pilotes qui collaborent intelligemment et sans rivalité. Et si le scénario vient à les propulser dans la lutte pour le titre mondial, cela se fera dans un premier temps avec un statut identique, sans leader désigné.

"Concernant les pilotes, comme nous l'avons souvent dit, je crois que c'est la piste qui dictera les choses", prévient le directeur de Ferrari, Mattia Binotto. "La priorité est toujours l'équipe, mais sans aucun doute, s'ils peuvent lutter pour une position importante au championnat, ce sera la piste qui dira qui est devant. Et parfois, je pense que ça ne dépend pas seulement du talent ou des capacités du pilote. Un pilote peut être très malchanceux et connaître des dégâts, des problèmes de fiabilité ou des accidents. Alors je ne crois pas que nous ayons besoin d'un numéro un ou d'un numéro deux à ce stade, et nous n'aurons certainement pas de politique sur le sujet."

Pour sa première saison à Maranello, où il a succédé à Sebastian Vettel, Carlos Sainz a impressionné en décrochant quatre des cinq podiums de l'écurie italienne et en devançant Charles Leclerc de 5,5 points au championnat. Toutefois, il n'y a pas de sentiment chez Ferrari selon lequel le Monégasque aurait été moins performant que son nouveau coéquipier cette année.

"Pour Charles, je dois dire que je suis très heureux de voir les progrès qu'il a faits cette saison", insiste Mattia Binotto. "Je pense qu'il a toujours été très rapide en qualifications, même lors de la dernière partie de saison où, peut être, Carlos le concurrençait un peu plus. Il ne faut pas oublier que durant la saison, il y a quelques exemples de Grands prix où il n'a pas marqué de points, comme Monaco et Budapest. Je crois qu'il a été malchanceux lors de ces occasions."

"C'est difficile de dire où il aurait terminé, mais il lui manque peut-être 40 points au moins à cause de ça. Encore une fois, sans ça je pense qu'il aurait été bien plus haut au championnat. C'est pourquoi je ne peux que juger positivement sa saison. Par ailleurs, il a appris à gérer les pneus, à gérer les situations de course et le rythme. Je suis donc ravi des progrès qu'il a réalisés."

Lire aussi :

partages
commentaires
Pour Vandoorne, Mercedes n'a pas perdu le titre à Abu Dhabi
Article précédent

Pour Vandoorne, Mercedes n'a pas perdu le titre à Abu Dhabi

Article suivant

Bottas : Des F1 2022 "pas si différentes" au simulateur

Bottas : Des F1 2022 "pas si différentes" au simulateur
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021