Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
52 jours
09 mai
Prochain événement dans
70 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
101 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
108 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
126 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
143 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
157 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
185 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
192 jours
12 sept.
Course dans
199 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
213 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
217 jours
10 oct.
Course dans
227 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
241 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
248 jours
07 nov.
Course dans
255 jours

Ferrari a écouté les radios de Sainz avant de le faire signer

Si la signature de Carlos Sainz chez Ferrari avant même le premier Grand Prix effectif de la saison 2020 a pu paraître précipitée, la Scuderia n'a manifestement rien laissé au hasard.

partages
commentaires
Ferrari a écouté les radios de Sainz avant de le faire signer

C'est le 14 mai 2020 que Ferrari a annoncé avoir recruté Carlos Sainz à la place de Sebastian Vettel. Reportée par la pandémie de COVID-19, la saison de Formule 1 n'avait même pas commencé ; la Scuderia ne voyait clairement plus son avenir en Vettel, qui n'avait fait que jeu égal avec le jeune Charles Leclerc en 2019.

Lire aussi :

Le déroulement de la campagne 2020 a démontré que le mariage entre les deux parties avait fait son temps, avec de grandes difficultés pour l'Allemand, mais Maranello ne l'a pas remplacé par le premier venu. Carlos Sainz représentait effectivement une option intéressante après une flamboyante saison 2019 où il a pris la sixième place du championnat – celle du "meilleur des autres" – avec sa McLaren, marquant le double de points de son coéquipier Lando Norris. Mais avait-il sa place dans un top team ?

"Avant de lui faire une offre, nous avons écouté toutes ses communications radio, juste pour voir comment il communiquait, et d'une certaine façon, la manière dont il communique en dit long sur son approche de l'exercice – très précise, je pense", analyse Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari, dans le podcast Beyond The Grid. "Il est travailleur, il est méthodique, il est robuste : ce sont des éléments qui étaient importants pour nous."

"En course, il est constant – il est rapide, il défend, il attaque, mais il ramène toujours la voiture à l'arrivée de manière constante. Je pense donc qu'il est un bon pilote avec lequel bâtir une bonne saison chez les constructeurs. Puis nous avons analysé sa vitesse ; je crois qu'il est rapide, nous l'avons trouvé rapide, et je pense qu'il a prouvé même [en 2020] être très rapide si on le compare à Norris qui, déjà l'an dernier, a prouvé être un pilote très rapide."

"Mais si l'on regarde Carlos en 2020, je pense qu'il a été très fort en comparaison. Je pense qu'il a progressé en qualifications par rapport à avant et demeure très compétitif en course. Et il est travailleur. De surcroît, malgré ses nombreuses années d'expérience en F1, il demeure un jeune pilote et a donc beaucoup de temps pour progresser. Il n'est certainement pas en fin de carrière."

Charles Leclerc, Mattia Binotto et Carlos Sainz Jr. chez Ferrari

En somme, Binotto ne tarit pas d'éloges sur Sainz, qui a effectivement continué de briller en 2020 avec une nouvelle sixième position au championnat et une deuxième place à un souffle de la victoire à Monza. Mais lorsque la Scuderia a initié les discussions avec l'Espagnol de 26 ans en vue de sa septième saison dans l'élite, ce dernier était quelque peu sceptique.

"La première fois que nous sommes entrés en contact, comme vous pouvez l'imaginer, j'ai essayé de ne pas trop y croire", indique Sainz à Motorsport.com. "On se dit qu'ils doivent parler à tous les pilotes. J'ai donc essayé de prendre ce sujet de manière très détendue. J'ai essayé de toujours me concentrer sur le présent. Mais pendant le confinement, il n'y avait rien à faire. Il n'y avait pas grand-chose à quoi réfléchir, j'ai donc commencé à m'intéresser et à m'enthousiasmer un peu plus. Soudain, tout a commencé à se faire très vite dans cette période."

Forcément, tous les regards étaient tournés vers Sainz lorsque la saison a enfin pu commencer, et les questions se sont multipliées face au manque de performance de Ferrari. L'an passé, la Scuderia a marqué 71 points de moins que McLaren, écurie pour laquelle l'Ibère courait alors.

"Quand on signe chez Ferrari, on sait toute l'attention médiatique qui arrive. C'était au milieu du confinement, et je savais qu'en arrivant en Autriche, beaucoup de questions allaient être posées. À mon avis, rares sont ceux en Espagne qui s'attendaient à voir Carlos Sainz chez Ferrari il y a un ou deux ans. Cela a donc été très médiatisé, mais ça n'a pas duré longtemps. Avec McLaren, nous ne voulions pas que des histoires soient générées, nous voulions nous focaliser sur l'année très importante qui nous attendait. Je pense que ça a vraiment bien fonctionné", conclut Sainz.

Propos recueillis par Luke Smith

Voir aussi :

Robert Kubica s'imagine un avenir sérieux en LMP2

Article précédent

Robert Kubica s'imagine un avenir sérieux en LMP2

Article suivant

Massa se remémore Schumacher, 2008 et son accident

Massa se remémore Schumacher, 2008 et son accident
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Carlos Sainz Jr.
Équipes Ferrari
Auteur Benjamin Vinel
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021
Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté Prime

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Alors que Honda s'apprête à quitter la Formule 1 (encore une fois !) fin 2021, retour sur les exploits d'un autre constructeur japonais qui a dépensé trop d'argent, s'est adapté trop lentement, a trop peu accompli et est parti trop tôt à cause d'une crise économique...

Formule 1
20 févr. 2021
Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1 Prime

Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1

AlphaTauri a présenté son AT02, et une nouvelle livrée, avec la volonté de s'installer dans la bataille du milieu de peloton. Même s'il y a peu de pièces totalement nouvelles sur le rendu informatique, quelques indices indiquent sans doute des changements à venir...

Formule 1
19 févr. 2021
Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5 Prime

Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5

Dans son ascension vers la Formule 1, Esteban Ocon a fait une apparition en Formule Renault 3.5 en parallèle de sa campagne victorieuse en F3 Europe. Ses deux meetings dans la discipline n'ont pas été couronnés de succès mais lui ont beaucoup appris.

Formula V8 3.5
18 févr. 2021
Comment Ferrari peut redresser la barre en 2021 Prime

Comment Ferrari peut redresser la barre en 2021

Après avoir menacé Mercedes pour le titre mondial à plusieurs reprises, Ferrari a connu en 2020 une dégringolade inédite depuis le début des années 1990. Il pourrait lui falloir un certain temps pour retrouver le droit chemin.

Formule 1
18 févr. 2021
L'influence de Mercedes sur la McLaren 2021 Prime

L'influence de Mercedes sur la McLaren 2021

McLaren est la première écurie de Formule 1 à montrer son jeu avec une version propulsée par Mercedes de la MCL35 qui a obtenu la troisième place du classement des constructeurs. Mais le moteur n'est pas le seul domaine où McLaren s'est inspiré des Champions en titre.

Formule 1
16 févr. 2021