Ferrari "très inquiet" des pneus pendant la course

Déterminé à n'effectuer qu'un seul arrêt au Grand Prix du Qatar, Ferrari a redouté la crevaison pour Carlos Sainz et Charles Leclerc.

Ferrari "très inquiet" des pneus pendant la course

La performance de la Scuderia Ferrari au Grand Prix du Qatar est certes moins impressionnante que celles de la tournée américaine, lors de laquelle 55 points ont été récoltés en trois courses, mais le Cheval cabré a de nouveau atteint son objectif à Losail en prenant de nouvelles longueurs d'avance sur McLaren au championnat constructeurs.

Carlos Sainz s'est chargé de mener les efforts de la Scuderia. Le pilote espagnol avait fait sensation lors des qualifications en utilisant des pneus mediums, moins performants que les tendres mais plus endurants, pour se hisser en Q3. Toutefois, l'Espagnol a "probablement" regretté d'avoir pris le départ avec les enveloppes jaunes car "au final, elles ont eu la même durée de vie que les tendres".

"Nous sommes partis avec des mediums usés, nous avons atteint le 28e tour, ce qui dépassait l'objectif", a révélé le pilote Ferrari. "Il a fallu être très précautionneux avec les pneus parce que nous ne savions pas à quoi nous attendre et nous avons vu [dimanche] qu'il pouvait y avoir des problèmes avec les pneus. Ce n'était pas très amusant car j'ai sous-piloté et j'ai dû gérer. Dans les 10 ou 15 derniers tours, il restait beaucoup de vie dans les pneus donc j'ai pu attaquer. Le rythme était bon mais je n'ai pas pu le montrer durant toute la course."

Le stress subi par les pneus à Losail, en particulier à l'avant gauche, avait dissuadé certains de ne faire qu'un seul arrêt, le risque de crevaison étant trop important. D'autres, dont Ferrari avec ses pilotes, ont malgré tout tenté de rallier l'arrivée en ne s'immobilisant qu'une fois. Mais en procédant ainsi, la Scuderia s'est mise toute seule dans l'embarras. Le dernier relais de Sainz et Leclerc a été scruté avec attention car, selon l'Espagnol, "le [pneu] avant gauche vibrait énormément"

"C'était vraiment difficile avec les pneus, on a toujours été très inquiet", a déploré l'Espagnol, ajoutant : "Nous avons été très conservateurs avec les pneus. Nous redoutions [la stratégie] à un arrêt et la possibilité d'avoir une crevaison. Mais nous avons bien piloté et nous avons pu voir l'arrivée avec un seul arrêt. Avec le recul, nous aurions pu attaquer davantage et avoir un meilleur rythme mais nous avons récolté des points quand d'autres ont commis des erreurs, donc ça va."

De son côté, Charles Leclerc a pu sauver les meubles en remontant jusqu'à la huitième place après un samedi cauchemardesque, marqué par la casse de son châssis et une élimination en Q2. "Le feeling était bien meilleur [ce dimanche]", s'est réjoui le Monégasque.

"La course était difficile, surtout lors du premier relais. On partait 13e, derrière un groupe de voitures. Ensuite, sur le second relais, je me suis retrouvé avec le champ libre et j'ai du adopter un bon rythme même s'il fallait gérer les pneus. Le rythme était là, c'est juste dommage d'être parti si loin. J'espère que nous mettrons tout bout à bout, qualifications et course, pour les deux dernières courses. Évidemment, je ne suis pas très heureux de finir huitième."

Lire aussi :

partages
commentaires
Pérez : Red Bull a "joué la sécurité" avec deux arrêts
Article précédent

Pérez : Red Bull a "joué la sécurité" avec deux arrêts

Article suivant

Ricciardo a perdu jusqu'à 2 secondes par tour

Ricciardo a perdu jusqu'à 2 secondes par tour
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021