Le châssis de Leclerc était fissuré

Sorti dès la Q2 des qualifications du Grand Prix du Qatar de F1, Charles Leclerc s'est senti totalement impuissant, notamment face aux performances de son équipier Carlos Sainz. Son écurie a trouvé la raison un peu plus tard.

Charger le lecteur audio

Démuni, Charles Leclerc a été assez piteusement éliminé des qualifications du Grand Prix du Qatar dès la Q2. S'il n'est pas le seul gros poisson à avoir été piégé dès cette phase de la séance, puisque Sergio Pérez a également calé au volant d'une Red Bull supposément bien plus performante que la Ferrari, le Monégasque a surtout semblé incrédule face aux performances de son équipier Carlos Sainz.

Au moment où l'écart entre les deux hommes était de neuf dixièmes après leur première tentative de Q2, Leclerc a lancé à la radio ne pas "être sûr d'où le temps [à gagner] se trouve". Ensuite, l'Espagnol a non seulement accédé à la Q3 mais il l'a fait grâce à ce premier temps, signé en pneus mediums, quand Leclerc, dans son ultime tentative pour tenter de sauver le passage dans le top 10, avec en théorie la piste à son meilleur niveau jusqu'ici, a échoué à se sortir de la zone rouge en gommes tendres.

"Très honnêtement, je n'ai aucune explication", a-t-il lancé, hagard, au micro de Canal+. "Normalement je sais plus ou moins où est-ce que je perds d'habitude. Mais là, surtout le premier run, j'étais à une seconde des temps que nos compétiteurs et même mon coéquipier faisaient à ce moment là avec les mêmes pneus. Donc je n'ai absolument aucune explication."

Puis il a détaillé : "Dans le premier secteur je crois que j'étais à cinq ou six dixièmes, donc voilà, il va falloir qu'on regarde ce qui se passait. J'avais pas l'impression d'avoir les pneus dans la bonne fenêtre tout au long de la qualif. Mais bon, c'était assez choquant quand j'ai appris les temps des autres à la radio."

"Mais pour l'instant je n'ai absolument aucune explication. On n'a pas été dans le bon groupe donc il faut comprendre pourquoi. Le rythme course était bon, mais là c'est une très mauvaise surprise et c'est difficile à digérer donc il va falloir comprendre."

Quelques heures après les qualifications, Ferrari a trouvé la cause des maux de son pilote, dont la monoplace a subi une fissure au niveau du châssis. La Scuderia espère pouvoir réparer dans le respect des règles du parc fermé. 

"Après vérification de la voiture de Leclerc, une fissure a été trouvée dans le châssis, probablement à la suite d'un passage sur les vibreurs lors de la première tentative en Q1", a fait savoir l'écurie italienne. "Il va falloir le changer. Si tout est fait dans le temps imparti et conformément au Règlement Sportif, Charles prendra le départ depuis sa position sur la grille."

Lire aussi :

Les chronos complet de la Q2 du GP du Qatar

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 6 1'21.682  
2 France Pierre Gasly AlphaTauri 6 1'21.728 0.046
3 Spain Fernando Alonso Alpine 6 1'21.894 0.212
4 Netherlands Max Verstappen Red Bull 6 1'21.984 0.302
5 Finland Valtteri Bottas Mercedes 6 1'21.991 0.309
6 France Esteban Ocon Alpine 6 1'22.012 0.330
7 Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri 6 1'22.058 0.376
8 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 6 1'22.146 0.464
9 United Kingdom Lando Norris McLaren 8 1'22.216 0.534
10 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 6 1'22.241 0.559
11 Mexico Sergio Pérez Red Bull 6 1'22.346 0.664
12 Canada Lance Stroll Aston Martin 6 1'22.460 0.778
13 Monaco Charles Leclerc Ferrari 6 1'22.463 0.781
14 Australia Daniel Ricciardo McLaren 7 1'22.597 0.915
15 United Kingdom George Russell Williams 6 1'22.756 1.074
partages
commentaires
Ocon : "Un tour incroyable de Fernando"
Article précédent

Ocon : "Un tour incroyable de Fernando"

Article suivant

La FIA mène des vérifications supplémentaires sur les ailerons arrière

La FIA mène des vérifications supplémentaires sur les ailerons arrière
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021