Gasly avait demandé à changer d'ingénieur chez Red Bull

Pierre Gasly révèle avoir demandé à changer d'ingénieur de course l'an dernier chez Red Bull Racing. Cette requête n'avait pas abouti, tandis que le Français a évoqué le sujet dans un contexte où Alexander Albon dispose d'un nouvel ingénieur depuis ce week-end.

Gasly avait demandé à changer d'ingénieur chez Red Bull

Titulaire chez Red Bull Racing au début de la saison 2019, Pierre Gasly avait vécu une demi-saison éprouvante, avant d'être finalement remplacé par Alexander Albon durant l'été. Aujourd'hui, c'est le Thaïlandais qui doit faire avec un début de championnat compliqué. Publiquement soutenu par son équipe, il bénéficie depuis quelques jours des services de l'expérimenté Simon Rennie, ancien ingénieur de course de Daniel Ricciardo, qui a repris ce rôle à la place de Mike Lugg.

Lire aussi :

"Simon est avec l'écurie depuis longtemps et il était l'ingénieur de course de Mark Webber et de Daniel Ricciardo durant tout son passage chez Red Bull Racing", a rappelé Christian Horner, directeur de l'équipe de Milton Keynes, pour justifier ce choix. "Simon a quitté le muret des stands fin 2018 à sa demande pour prendre des responsabilités à l'usine, et c'est là qu'il a travaillé ces deux dernières années. Mais avec les problèmes que nous rencontrons actuellement sur la voiture et un pilote inexpérimenté comme Alex, nous avons eu le sentiment qu'il était injuste pour l'ingénieur qui travaillait avec Alex, et qui est relativement inexpérimenté, d'avoir cette pression."

"Nous avons donc fait revenir Simon en première ligne pour le reste de la saison. Mike reste sous contrat avec nous. Nous espérons que cette expérience aidera Alex tandis que nous développons agressivement la voiture, car il faut comprendre qu'à chaque fois qu'il monte dans la voiture, c'est un peu différent. Je pense que quelqu'un d'expérimenté comme Simon est un atout pour lui."

Alex Albon, Red Bull Racing RB16 après son accident

Certains raccourcis mènent inévitablement à des comparaisons entre ce que vit aujourd'hui Albon chez Red Bull et ce qui a connu Gasly l'an passé. Aujourd'hui chez AlphaTauri et toujours dans le giron autrichien, le pilote français demeure prudent quant il évoque cette page désormais tournée. Il assure toutefois que la question du changement d'ingénieur a été mise sur la table en 2019.

"Je l'ai demandé", confirme-t-il. "Franchement, s'ils l'ont fait [avec Albon], c'est que c'était nécessaire. Mais je ne veux pas trop commenter ça. L'année dernière, je suis arrivé chez Red Bull après une année [en F1]. De mon côté, mon expérience en F1 était assez faible. Je savais que j'étais rapide, mais j'aurais aimé avoir quelqu'un d'un peu plus expérimenté à mes côtés que quelqu'un qui était lui aussi nouveau en F1. C'était évidemment un peu plus difficile. Mais c'est du passé, je veux passer à autre chose, aller de l'avant. Aujourd'hui, je suis concentré sur le fait de faire le meilleur boulot possible avec AlphaTauri."

"Je connais les raisons et je suis certain que Red Bull les connaît également. Ça aurait pu être mieux, mais c'est de l'histoire ancienne désormais, et nous ne pouvons que nous concentrer sur le présent, ce qui aura une influence sur l'avenir. Je me concentre là-dessus pour le moment."

Refusant de comparer sa situation et celle d'Albon, Gasly laisse chacun se faire son opinion sur la question, sans que tous les éléments soient connus du grand public.

"Ce que je sais et ce que j'ai dit, c'est qu'il y a plusieurs choses qui auraient pu être mieux faites", ajoute-t-il. "Il y a plusieurs explications au fait que nous n'étions pas compétitifs. Je crois que ce que fait Red Bull actuellement est très bien au niveau des changements, c'est à peu près ce que je voulais à l'époque, et s'ils le font, c'est qu'ils estiment que c'est la bonne chose à faire. Je sais pourquoi nous n'étions pas compétitifs, mais je ne sais pas exactement pourquoi Alex a du mal. Après quatre Grands Prix, nous l'avons battu deux fois avec une voiture plus lente, donc ce n'est évidemment pas aussi bon que ça devrait l'être. Mais je n'en connais pas les raisons."

Christian Horner, lui, estime qu'un changement d'ingénieur dans le cas de Gasly n'aurait pas bouleversé la donne, estimant que la situation n'avait rien à voir avec celle du moment.

"Pierre était un peu plus expérimenté que ne l'est Alex", se défend-il. "Nous avions une voiture qui était beaucoup plus stable que celle que nous avons actuellement. Je ne crois pas que ça aurait eu une incidence importante sur les performances de Pierre l'année dernière."

partages
commentaires
Stratégie - Les données avant le GP de Grande-Bretagne

Article précédent

Stratégie - Les données avant le GP de Grande-Bretagne

Article suivant

Vettel : FIA et F1 ont "laissé tomber" les pilotes sur l'antiracisme

Vettel : FIA et F1 ont "laissé tomber" les pilotes sur l'antiracisme
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021