Gasly : "Je ne savais même pas pour quoi je me battais"

Cinquième d'une course terminée dans des conditions étranges, Pierre Gasly a expliqué qu'il ne savait pas vraiment ce pour quoi il se battait mais s'est concentré sur le fait de dépasser le plus de voitures possible.

La saison de Pierre Gasly s'est conclue à Abu Dhabi par un cinquième top 5 en 22 épreuves, au terme d'une course démarrée pour l'une des rares fois de l'année en dehors du top 10, à la suite de qualifications compliquées.

Dans le déroulé, l'épreuve de dimanche, pour laquelle il s'est élancé depuis le 12e rang et est longtemps resté à cette position, derrière Fernando Alonso, avant que les deux hommes, partis en pneus durs et qui visaient un premier relais long, ne voient la situation basculer favorablement au moment où le Virtual Safety Car (VSC) est intervenu pour dégager la voiture d'Antonio Giovinazzi. Le Français a pu changer de pneus à ce moment et ressortir neuvième, derrière Yuki Tsunoda et le pilote Alpine.

Par la suite, il a finalement dépassé l'Espagnol, puis Lando Norris quand ce dernier s'est arrêté après avoir subi une crevaison, Sergio Pérez au moment de l'abandon de ce dernier et enfin Valtteri Bottas une fois la course relancée dans l'ultime boucle.

Cinquième à la fin de tout ça, une course un peu folle et un final fou...

Oui, je pense que c'est le moins que l'on puisse dire. Je ne peux pas être plus heureux que ça d'être revenu de cette façon, nous avons saisi toutes les opportunités, nous avons essayé différentes stratégies. J'ai réussi à dépasser Fernando, même si c'était difficile aujourd'hui. J'ai eu beaucoup de mal, ce n'était pas simple, mais j'ai tout donné et finir une saison aussi incroyable avec un autre top 5, en ayant augmenté nos points au championnat – nous sommes passés près d'Alpine, c'est toujours difficile de voir une telle marge après 22 courses –, mais globalement, ce que nous avons réalisé en tant qu'équipe, quand on regarde toutes les années précédentes d'AlphaTauri et de Toro Rosso, c'est incroyable, donc je suis vraiment fier de ces gars-là. Et j'ai aussi de l'espoir pour l'année prochaine et ce que nous pouvons réaliser parce qu'ils ont prouvé cette année qu'ils peuvent être performants à de très hauts niveaux.

 

Comment était-ce dans le cockpit pendant l'arrivée avec les retardataires ?

Je ne savais même pas pour quoi je me battais. Il y avait beaucoup de voitures, j'ai eu une belle bataille avec Bottas, j'ai réussi à dépasser Bottas et j'ai eu une belle bataille avec Yuki aussi. J'ai eu une Aston Martin et une Haas, mais d'autres gars sont passés. Je n'ai pas vraiment tout compris mais j'ai juste essayé de dépasser autant de voitures que possible dans le dernier tour et j'ai réussi à obtenir un autre top 5, donc j'étais très très heureux de ça.

À quel point étiez-vous proche avant le VSC ?

Je me sentais bien. J'étais juste un peu coincé derrière Fernando et j'ai eu du mal à me rapprocher. Je n'arrivais pas à m'approcher à moins d'une seconde, je glissais beaucoup à haute vitesse et il me manquait toujours le dixième pour obtenir le DRS dans la première ligne droite. Nous sommes restés en piste. J'espérais qu'il s'arrêterait avant moi pour pouvoir pousser et avoir un peu d'air libre, et ensuite nous avons dû le dépasser dans le deuxième relais avec les mediums. Je dirais que c'était une bonne course, assez difficile, et je suis très heureux de la performance réalisée.

Avez-vous trouvé la voiture meilleure en course que vendredi et samedi ?

Un tout petit peu mais je dois dire qu'elle était très difficile à piloter, elle glissait beaucoup, j'étais sur le fil du rasoir tout le temps et ce n'était clairement pas la meilleure voiture que j'ai eue cette saison. L'équilibre était loin de ce que j'aurais voulu mais c'est comme ça parfois et en fin de compte, une fois que vous êtes en course, vous devez juste faire du mieux que vous pouvez avec ce que vous avez et avec vos outils, avec le pilotage et tout ce que je fais, les virages, les trajectoires, tout, j'essaie de le maximiser et c'est pourquoi je pense que je suis vraiment satisfait de la position dans laquelle nous avons terminé.

Lire aussi :

partages
commentaires
Bottas quitte Mercedes avec des sentiments partagés
Article précédent

Bottas quitte Mercedes avec des sentiments partagés

Article suivant

De Vries le plus rapide du premier jour d'essais à Abu Dhabi

De Vries le plus rapide du premier jour d'essais à Abu Dhabi
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021