Le GP des Pays-Bas à huis clos est un "scénario impensable"

Le Grand Prix des Pays-Bas n'envisage pas de recourir au huis clos bien que cette option figure parmi celles envisagées pour une reprise de la F1 pendant l'été.

Le GP des Pays-Bas à huis clos est un "scénario impensable"
Charger le lecteur audio

Dressant les contours et les conditions d'une reprise de la Formule 1 cet été, Ross Brawn a confirmé l'hypothèse d'un huis clos pour certains Grands Prix. Cette piste a également été mentionnée par Jean Todt, président de la FIA, alors que la catégorie reine espère toujours concrétiser le meilleur scénario possible qui serait d'organiser 19 Grands Prix en 2020 à partir du mois de juillet.

Lire aussi :

Contraints de faire face à la crise provoquée par la pandémie de COVID-19, les organisateurs doivent multiplier les échanges avec les promoteurs des différentes courses tout en travaillant avec une incertitude qui perdure. La perspective d'un huis clos pourrait sauver certains événements, mais d'autres n'y sont visiblement pas favorables. À Zandvoort, qui devait être le théâtre du Grand Prix des Pays-Bas au mois de mai, on écarte ainsi cette possibilité, quitte à devoir passer son tour jusqu'en 2021.

Directeur du Grand Prix, Jan Lammers juge qu'un week-end sans spectateurs constituerait un "scénario impensable", s'en expliquant auprès de Motorsport.com : "Si l'on a une course, elle doit avoir lieu sans compromis. Il faut pouvoir fêter ça. Pour nous, il s'agit du retour de la Formule 1 après 35 ans d'absence. Ce devrait être une fête formidable, que l'on veut célébrer avec tout le monde." 

Cette prise de position est une chose, mais les organisateurs néerlandais devront peut-être faire face à une requête formelle des dirigeants de la Formule 1, qui ne s'est pas présentée pour le moment. "Si l'on nous pose cette question, nous y réfléchirons sérieusement", admet Jan Lammers. "Un Grand Prix sans spectateurs, ce n'est pas quelque chose à quoi nous voulons penser tant que la question ne nous a pas été posée. Heureusement, ce n'est pas encore arrivé. En ce qui nous concerne, ce n'est tout simplement pas possible."

Derrière cette posture relativement ferme, le promoteur néerlandais laisse également transparaitre une certaine flexibilité. Il le sait, la F1 doit, comme tout le monde en cette période inédite, faire avec des circonstances qu'elle ne maîtrise pas et tenter en premier lieu de prendre les meilleures décisions possibles.

"Nous ne pouvons pas oublier que la FIA et la FOM font face à une tâche incroyable", reconnaît Jan Lammers. "Ils essaient de sauver tout ce qu'ils peuvent : les équipes, les promoteurs, les sponsors. Ils font tous ce que l'on peut attendre d'eux, ils réfléchissent à tous les scénarios. Nous ne pouvons qu'espérer que nous aurons bientôt le feu vert et que nous aurons rapidement un Grand Prix. Cela voudrait dire que le virus est un peu plus sous contrôle, et c'est la chose la plus importante dans tout ça."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi  

partages
commentaires
Moteur Ferrari : Todt a "mis beaucoup de pression" pour comprendre
Article précédent

Moteur Ferrari : Todt a "mis beaucoup de pression" pour comprendre

Article suivant

Mercedes révèle les origines du DAS

Mercedes révèle les origines du DAS