Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
37 jours
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
65 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
93 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
100 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
114 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
121 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
135 jours
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
156 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
170 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
184 jours

Grosjean : "En F1, on n'a pas le choix de dire 'Je ne viens pas'"

partages
commentaires
Grosjean : "En F1, on n'a pas le choix de dire 'Je ne viens pas'"
Par :
20 mars 2020 à 07:45

Romain Grosjean est revenu sur l'annulation du Grand Prix d'Australie et la façon dont il a vécu la situation à l'heure où, de retour en Suisse, il fait également face au confinement général imposé par la pandémie de COVID-19.

Alors que l'Europe plonge quasiment toute entière dans les mesures restrictives mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus, obligeant les pilotes comme le reste de la population à rester chez eux, Romain Grosjean a accordé un entretien à Canal+. Le Français est revenu sur la gestion du Grand Prix d'Australie et la manière dont il l'avait vécu sur place, après l'annulation de l'épreuve à quelques heures de son coup d'envoi.

Lire aussi :

"C’était un peu spécial", a-t-il déclaré lors d'un entretien à distance. "J’étais très content d’aller en Australie, c’est un pays que j’adore donc je suis toujours très content d’aller là-bas. On a pu se préparer, tout était finalement bien. L’ambiance dans le paddock était un peu spéciale, on ne va pas se mentir, ce n’était pas l’ambiance qu’on a l’habitude d’avoir : beaucoup de questions sur le coronavirus, 'qu’est-ce qu’on fait là', si on avait le choix... Ben non, en Formule 1 on n’a pas le choix de dire ‘je viens, je ne viens pas’. Quand il y a une course, vous venez malgré les circonstances et on fait avec, donc on était sur place."

"Honnêtement, je suis déçu de la façon dont ça a été organisé, parce qu’annuler à deux heures des Essais Libres 1 alors que sur les 3000 personnes qui voyagent pour la Formule 1, de toute façon, on allait avoir un cas, c’était sûr à 99,99%... Donc tout annuler à deux heures des EL1 c’était un peu bizarre. Soit on aurait dû annuler avant, soit après, mais à ce moment-là, il n’y avait pas de plan et ça a manqué un petit peu."

"Il fallait que la F1 lance des messages"

Certains membres de l'équipe Haas ont fait partie des premiers cas inquiétants en lien avec le coronavirus à Melbourne, avant d'être testés négatifs, contrairement à l'employé de McLaren dont le cas positif a précipité la chute du Grand Prix. Grosjean a-t-il ressenti une inquiétude au moment où le doute s'emparait de son écurie ? "Je ne peux pas dire non car ce ne serait pas correct. Maintenant, on est tous touchés par le virus mais c’est vrai que les jeunes, on a peut-être plus de chances de passer à travers ou d’avoir quelques symptômes mais pas négatifs."

Lire aussi :

"Après, c’est si on prenait le virus sur le paddock, qu’on rentrait à l’hôtel, qu’on croisait des gens... Il y a des fans qui ne comprenaient pas qu’on ne veuille pas faire de selfie avec eux. Ce n’était pas parce qu’eux étaient malades, mais c’était 'si moi j’ai le virus, vous me demandez de faire un selfie avec votre fils, avec votre papa'. Il y a le risque [que] je lui donne le virus sans savoir que je l’ai moi. Donc il y a aussi eu un manque de communication de ce côté-là. On a essayé avec le GPDA [l'Association des pilotes de Grand Prix], autant que possible, d’expliquer à la Formule 1 qu’il fallait qu’ils lancent des messages en disant ‘écoutez, pour votre sécurité, celle des pilotes, de tout le monde, il faut qu’il y ait des barrières’."

"Après, non, j’ai toujours su qu’on allait rentrer à la maison et que les choses allaient avancer. Maintenant, au moment de l‘Australie, [on pensait que] ça ne touchait pas autant les jeunes qu’aujourd’hui. Là, les cas augmentent. Quand on était en Australie, c’étaient les vieilles personnes, les personnes souffrant de maladies ; les 30, 40, 50 ans étaient plutôt sûrs. On irait maintenant, je ferais moins le malin."

Un "rythme de folie" de 18 GP en six mois ?

Avec l'annulation ou le report des quatre premiers GP de la saison, ainsi que les doutes importants qui planent au-dessus des couses prévues en mai, le début de saison semble devoir être repoussé, au minimum, au mois de juin. Grosjean s'attend en tout cas à un programme très chargé quand les hostilités reprendront. "Absolument aucune [information sur le moment de la reprise]. En tout cas, la dernière fois que j’ai parlé à notre chef ingénieur Ayao [Komatsu], c’était lundi ou mardi, on n’avait pas les mêmes rumeurs ou infos sur le moment de la reprise."

Lire aussi :

"Pour le moment, il faut attendre. On voit tous les événements qui commencent à se décaler – je pense aux 24 Heures du Mans qui viennent d’annoncer qu’ils seraient en septembre –, donc il faut attendre. Maintenant, ce qu’on peut quasiment se dire, c’est qu’on n’aura pas de vacances cet été, on peut les annuler tout de suite. On va partir sur 18 courses en six mois et ça va être un rythme de folie."

Voir aussi :

Article suivant
Le Grand Prix de Monaco n'aura pas lieu en 2020

Article précédent

Le Grand Prix de Monaco n'aura pas lieu en 2020

Article suivant

Calendrier 2020 : les écuries donnent carte blanche à la F1

Calendrier 2020 : les écuries donnent carte blanche à la F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Fabien Gaillard