Haas prend l'affaire Mazepin "très au sérieux"

Les nouvelles frasques de Nikita Mazepin représentent un casse-tête pour Haas F1 Team, qui doit gérer un problème d'image sans pour autant trop contrarier son pilote, généreux contributeur présumé aux finances futures de l'écurie.

Haas prend l'affaire Mazepin "très au sérieux"

Une semaine après avoir été confirmé comme pilote titulaire Haas F1 Team en 2021, Nikita Mazepin est à nouveau au cœur de l'actualité, pour des raisons toutefois bien différentes. Le Russe de 21 ans s'est fait remarquer dans une story publiée (et aussitôt effacée) sur son compte Instagram, où il touche les seins d'une jeune femme sur la banquette arrière d'une voiture. L'intéressée affirme que l'acte en question représentait "une manière idiote de plaisanter".

Haas, la Formule 1 et la FIA ont dû réagir par voie de communiqué. Tandis que l'écurie "ne cautionne pas" une vidéo "odieuse", les instances ont apporté leur soutien à l'approche du team face à ces "actes inappropriés".

Lire aussi :

Une fois n'est pas coutume (mais comme c'était déjà le cas jeudi dernier), le directeur d'équipe Günther Steiner ne s'exprimait pas devant la presse aujourd'hui, mais il avait néanmoins une interview exclusive avec Motorsport.com au programme. Forcément, le sujet était incontournable, bien qu'évoqué avec prudence par l'Italien.

"Nous prenons ça très au sérieux, comme vous l'avez vu avec ce que nous avons envoyé [le communiqué, ndlr]", déclare Steiner. "Je souhaite juste réitérer cela : nous allons nous en occuper. Je ne vais pas entrer dans les détails sur ce que nous allons faire et comment, mais nous le prenons au sérieux et nous allons régler ça, ce qui s'est passé. Je n'ai rien de plus à dire."

Lorsque nous lui demandons si Haas doit parler à Mazepin de sa conduite en général, Steiner répond : "Cela en fait partie, ce dont nous allons lui parler en privé. Je ne veux pas m'exprimer publiquement sur la manière dont nous allons faire ça. Je le redis, je ne veux pas faire d'autre commentaire. J'imagine que je demande aux gens de respecter cette confidentialité, mais nous traitons ça sérieusement. Nous allons nous en occuper."

Ce n'est effectivement pas la première fois que Mazepin se fait remarquer, loin de là. En 2016 déjà, il avait asséné plusieurs coups de poing à un certain Callum Ilott après avoir été gêné par ce denier lors d'une séance d'essais libres en F3 Europe, ce qui lui avait valu une course de suspension.

Plus récemment, il a fait l'objet d'une enquête pour son comportement dans le parc fermé à Spa-Francorchamps en Formule 2 : mécontent d'avoir perdu la victoire à cause d'une pénalité, il avait percuté le panneau de la deuxième place en se garant, celui-ci manquant de heurter le vainqueur Yuki Tsunoda. Ses manœuvres litigieuses dans l'antichambre de la F1 (notamment le week-end dernier à Sakhir, où il a tassé certains rivaux contre le mur ou hors de la piste) lui ont valu 11 points de pénalité sur sa licence – à une unité d'une suspension.

Marcus Armstrong, ART Grand Prix se bat avec Nikita Mazepin, Hitech Grand Prix

Ce que disait Steiner la semaine dernière

Günther Steiner avait déjà été interrogé à ce sujet la semaine dernière, dans un contexte par conséquent un peu différent avant l'apparition de cette vidéo polémique. Le directeur de Haas réfutait fermemement l'idée selon laquelle les nouveaux titulaires, Mazepin et Mick Schumacher, seraient des "clients".

"Ils sont bien plus jeunes que les deux autres", admettait-il, faisant référence aux pilotes actuels Romain Grosjean et Kevin Magnussen. "Mais Kevin était très jeune [24 ans, ndlr] quand il est arrivé ici, et je l'ai géré finalement. Mais il n'y a rien de différent dans leur traitement. Ce n'est pas une location de voiture. C'est une écurie de course, qu'ils rejoignent précisément pour faire progresser leur développement de pilote."

Questionné précisément sur les frasques passées de Mazepin, Steiner avait répondu : "Vous savez, je suis très strict de ce côté-là, et nous avons l'habitude de ces choses-là. Je pense qu'ils trouvent tous la limite de jusqu'où ils peuvent aller. Nous leur indiquons la limite. Peut-être que la limite est un peu plus élevée que dans d'autres équipes, mais il y a une limite à tout. Mais nous sommes bien conscients que des défis nous attendent, qui ne seront pas toujours positifs. Il y en aura aussi des négatifs. Nous devons simplement les gérer et espérer faire grandir ces deux jeunes pilotes."

Quant à la langue de bois, elle ne sera toujours pas de rigueur chez Haas. "Dire ce qu'il faut… C'est votre avis, pas forcément celui de tout le monde. Qui suis-je pour juger si [ce qui est dit] est bien ou mal ? Bref, ils sont bien éduqués, et ils vont développer leur personnalité, ce qui est bien pour la Formule 1. Chez Haas, on peut développer sa propre personnalité, car nous ne sommes pas une grande écurie corporate qui dit aux pilotes tout ce qu'ils doivent faire ; c'est difficile pour moi [de donner de tels ordres]. J'espère qu'ils vont toujours rester corrects mais quand même développer une personnalité afin de ne pas être des robots, car nous n'avons pas besoin de robots en Formule 1", concluait Steiner.

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Sainz tance la décision "incohérente" de la FIA sur le test d'Abu Dhabi

Article précédent

Sainz tance la décision "incohérente" de la FIA sur le test d'Abu Dhabi

Article suivant

Russell connaît son écurie pour 2021, pas pour ce week-end !

Russell connaît son écurie pour 2021, pas pour ce week-end !
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021