Hamilton critique les mesures de la FIA sur le port de bijoux

Lewis Hamilton a désapprouvé les mesures prises par la FIA contre le port de bijoux au volant, le pilote Mercedes les voyant comme "un pas en arrière" pour la Formule 1.

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG arrive au paddock

Photo de: Carl Bingham / Motorsport Images

Peu de temps après avoir pris ses fonctions en tant que nouveau directeur de course F1 de la FIA, Niels Wittich a tenu à rappeler aux pilotes deux points du règlement que certains ne respectaient pas. En effet, le Code Sportif International de la FIA dispose que le port de bijoux dans la voiture est interdit et que les pilotes sont dans l'obligation de porter des sous-vêtements ignifugés et homologués par la fédération.

Le rappel à l'ordre de Wittich n'a pas été accueilli avec un grand sourire dans le paddock, et l'Allemand a décidé de serrer la vis davantage pour le Grand Prix de Miami. En marge du premier week-end de course dans la ville de Floride, il a été décidé de mettre en place des contrôles pour les bijoux et les sous-vêtements. Ces deux points réglementaires font désormais partie intégrante du processus des vérifications techniques.

Bien que Wittich ait avancé l'argument de la sécurité pour justifier cette décision, expliquant que les bijoux et les sous-vêtement non ignifugés pouvaient "réduire la protection contre la transmission de chaleur et donc augmenter le risque de brûlures en cas d'incendie", Lewis Hamilton a fait part de son mécontentement.

"Si l'on pense aux progrès que nous réalisons et aux questions et causes plus importantes sur lesquelles nous devons nous concentrer, c'est presque comme un pas en arrière", a-t-il confié en conférence de presse au sujet du rappel de Wittich. "Nous avons fait de très grandes avancées en tant que [discipline sportive]… C'est tellement insignifiant."

Le septuple Champion du monde a par ailleurs reçu le soutien de Pierre Gasly, qui a précisé lors de cette même conférence qu'il y avait "des choses plus importantes sur lesquelles se concentrer" et que le port de bijoux devrait être un choix appartenant aux pilotes. Le Français porte lui aussi un bijou au volant, "un objet religieux", et serait "mal à l'aise" s'il devait s'en séparer. "Je pense que c'est un peu personnel. Nous devrions être libres de faire ce qui nous semble juste", a-t-il soutenu.

Hamilton a conclu cette discussion en affirmant qu'il serait prêt à signer une dérogation pour continuer à porter des bijoux au volant, si cela pouvait atténuer le sentiment de responsabilité qu'a la FIA sur la sécurité des pilotes : "Il s'agit d'individualité et d'être qui vous êtes. J'ai envoyé un message à [Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA] pour le rassurer et lui dire que je voulais être un allié. Je ne veux pas me battre avec [la FIA] pour ça. C'est très, très bête."

Et il est intéressant de noter que Jo Bauer, le délégué technique de la FIA chargé du rapport sur les vérifications de chaque équipe avant chaque première séance d'essais libres, a indiqué que Mercedes "n'avait pas confirmé dans la feuille d'auto-contrôle que son pilote Lewis Hamilton se conformait à l'obligation de ne pas porter de bijoux, sous forme de piercing, de chaînes en métal ou de montres." L'écurie à l'étoile a toutefois rectifié le tir avant la première séance d'essais libres.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La FIA enquête sur la légalité des essais menés par Ferrari
Article suivant Un nouvel aileron à faible traînée pour Mercedes à Miami

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France