Hülkenberg égale le meilleur résultat de Renault

Cinquième du Grand Prix d'Allemagne, Nico Hülkenberg a égalé devant son public le meilleur résultat d'une Renault cette année. Pour l'anecdote, Carlos Sainz avait fait de même sur ses terres en mai dernier, à Barcelone !

Hülkenberg égale le meilleur résultat de Renault
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Cyril Abiteboul, directeur général, Renault Sport F1 Team
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18

Nico Hülkenberg a d'abord connu une course monotone, avant de gérer au mieux l'arrivée de la pluie en fin d'épreuve pour ne pas perdre le bénéfice du bon travail mené tout au long du week-end. Les dix points qu'il a inscrits permettent surtout au Losange de respirer un peu par rapport à Haas, reprenant deux points à l'écurie américaine et consolidant ainsi sa quatrième place au championnat constructeurs.

"La première partie de la course n’était pas très excitante, mais cela s’est bien décanté sur la fin quand la pluie est arrivée", résume le pilote allemand. "C’était vraiment difficile d’essayer de rester sur la piste, mais j’adore ces conditions et j’ai pu en profiter. Ce sont de gros points puisque nous égalons non seulement notre meilleur résultat de la saison, mais aussi le mien avec Renault."

"Des conditions encore plus folles auraient été préférables, mais nous nous en contenterons. Nous avons pris les bonnes décisions et nous méritons la cinquième place aujourd’hui. Nous avons travaillé dur pour l’obtenir, c’est donc une belle récompense pour l’équipe. Nous avons fait du beau travail aujourd’hui."

Hülkenberg a pu valider le bon fonctionnement du nouvel aileron avant sur la R.S.18, qu'il était le seul à utiliser en qualifications et en course. Carlos Sainz utilisait en effet la spécification précédente, ce qui ne l'a pas empêché de se battre pour les points. Malheureusement pour lui, un dépassement sous régime de voiture de sécurité a ruiné sa fin de course, avec une pénalité logique qui l'a repoussé au 12e rang.

Lire aussi:

"C’était finalement une journée difficile", déplore le pilote espagnol. "Nous avons pris un beau départ, mais j’ai tout de suite été coincé et cela a coupé mon élan. Après cela, la course s’est stabilisée et nous étions bien placés pour marquer des points avant que la pluie ne rende la piste assez glissante et piégeuse."

"Malheureusement, je me suis arrêté pour chausser des intermédiaires un tour avant la sortie de Vettel, donc nous avons un peu joué de malchance sur le timing. Nous sommes arrivés dans le top 10, mais la pénalité nous a privés de toute chance de points. C’est décevant et nous étudierons ce qu’il s’est passé."

Abiteboul fier de ses troupes

L'occasion manquée de placer les deux R.S.18 dans les points est finalement le seul point noir du week-end pour Renault, qui entend conclure de belle manière sa première partie de saison en fin de semaine à Budapest avant une trêve estivale attendue par tous.

"C’était une course très mouvementée devant une foule incroyable à Hockenheim", commente Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Cela a probablement offert un surplus de détermination et de motivation pour Nico et il l’a démontré. Il aurait pu être facile de commettre une erreur en piste ou de faire un mauvais choix dans des conditions aussi incertaines. Néanmoins, Mark Slade, son ingénieur, toute l’équipe et lui ont fait de l’excellent travail pour surmonter cela, prendre les décisions qui s’imposaient et les mettre en œuvre."

"Nous avons le sentiment que Carlos aurait pu se joindre à la fête avec un beau départ, un bon rythme et des arrêts similaires, mais cela n’a pas joué en sa faveur. Il a également perdu deux places avec la pénalité de dix secondes ajoutée à son temps final. Nous devons mieux comprendre ce qu’il s’est passé, car la course a été très intense. Une fois de plus, elle a démontré à quel point les écarts étaient serrés entre McLaren, Force India, Haas et nous. Il nous reste dix courses à disputer, soit autant de batailles passionnantes à suivre."

partages
commentaires
La pluie a souri à Ocon et Force India

Article précédent

La pluie a souri à Ocon et Force India

Article suivant

Mercedes aurait aussi gelé les positions avec Bottas en tête

Mercedes aurait aussi gelé les positions avec Bottas en tête
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021