Kevin Magnussen s'est vu jouer le titre F1 en 2014

Kevin Magnussen révèle avoir entretenu des espoirs de titre mondial lorsqu'il est monté sur le podium dès son premier Grand Prix en Formule 1, avant de déchanter.

Kevin Magnussen s'est vu jouer le titre F1 en 2014

C'est un club très fermé. Depuis Mark Donohue il y a 50 ans, seuls trois des 378 pilotes ayant fait leurs débuts en Formule 1 sont montés sur le podium dès leur premier Grand Prix. C'est le cas de deux Champions du monde, Jacques Villeneuve en 1996 et Lewis Hamilton en 2007, mais aussi de Kevin Magnussen en 2014.

Lire aussi :

Membre du programme de jeunes pilotes McLaren de 2010 à 2013, année de son titre en Formule Renault 3.5, Magnussen a été promu à un baquet de titulaire par l'écurie de Woking dès 2014, à la place d'un Sergio Pérez qui n'avait pas donné satisfaction l'année précédente.

Le Danois a impressionné sous la pluie pour ses premières qualifications avec la quatrième place (certes à plus d'une seconde du troisième) au Grand Prix d'Australie, loin devant son coéquipier Jenson Button, onzième. Il a ensuite profité de l'abandon de Lewis Hamilton et de la disqualification de Daniel Ricciardo pour monter sur le podium avec la deuxième place, comme Villeneuve et Hamilton à Melbourne en leur temps, tandis que Button a hérité de la troisième. Manifestement, il s'est quelque peu enflammé à la suite de cette performance.

"C'est dur de savoir comment vont se passer les choses", estime Magnussen auprès de Motorsport.com. "Je dois dire que quand j'ai commencé ma carrière en F1, à Melbourne en 2014, j'avais des attentes très élevées. Après cette première course, je croyais que j'allais me battre pour le championnat dès ma première année. On ne peut jamais prédire comment les choses vont se passer en Formule 1. Il faut juste faire de son mieux et profiter tant que ça dure."

Kevin Magnussen, McLaren MP4-29

Dominé par Button, Magnussen n'est entré dans le top 6 qu'une fois lors des 18 autres Grands Prix de la saison 2014, qu'il a conclue au onzième rang. En fait, il n'allait plus monter sur le podium de toute sa carrière, passé par Renault en 2016 puis Haas de 2017 à 2020. Effectivement, l'association avec McLaren s'est achevée au bout d'un an, lorsque l'écurie anglaise a eu l'opportunité de faire revenir le double Champion du monde Fernando Alonso. Magnussen a donc dû composer avec l'incertitude liée à son avenir lors de cette première campagne dans l'élite, mais il n'est pas rancunier.

"Je ne peux pas me plaindre : je suis reconnaissant de l'opportunité que McLaren m'a donnée en tant que rookie", déclare-t-il. "Je ne peux pas vraiment dire que je regrette quoi que ce soit. Je croyais que j'allais faire mes débuts en Formule 1 avec Force India, à l'époque. C'était quasiment fait, c'était ce à quoi je m'attendais, c'était ce que me disait McLaren. À la dernière minute, ça a changé et ils m'ont mis chez McLaren."

"Les moments autour de mes débuts ont été très mouvementés, mais en fin de compte, je suis content de la manière dont les choses ont tourné. Je peux toujours trouver des choses que j'aurais faites différemment si je pouvais les refaire, et des décisions que j'aurais prises différemment si je pouvais les prendre à nouveau. Mais en fin de compte, j'ai fait carrière en Formule 1. Il n'y a pas grand-monde qui a cette chance. Pour un gosse qui rêve de F1, c'est un rêve très difficile à réaliser. Je l'ai fait, et j'en suis reconnaissant, content d'avoir eu l'opportunité."

Et lorsque nous lui demandons s'il y a une grande décision qu'il changerait s'il pouvait le faire, Magnussen répond : "Oui, mais je ne vais pas m'appesantir là-dessus. C'est comme ça, et je suis content de la manière dont les choses ont tourné."

Propos recueillis par Luke Smith 

partages
commentaires

Voir aussi :

Cyril Abiteboul quitte le groupe Renault

Article précédent

Cyril Abiteboul quitte le groupe Renault

Article suivant

Le GP d'Espagne valide son inscription au calendrier 2021

Le GP d'Espagne valide son inscription au calendrier 2021
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021