Le marsouinage est une "barrière virtuelle" pour Aston Martin

Mike Krack, patron d'Aston Martin, explique que le marsouinage crée une "barrière virtuelle" qui empêche les ingénieurs de développer la voiture.

Lance Stroll, Aston Martin AMR22

C'est le grand sujet de ce début de saison. En développant la nouvelle règlementation, les écuries ne s'attendaient pas à subir le phénomène du marsouinage, qui voit les voitures rebondir dès lors qu'elles franchissent une certaine vitesse. Ces "sauts" sont liés à l'effet de sol, de retour sur les Formule 1 cette saison.

Lire aussi :

Parmi les équipes les plus impactées figure Aston Martin. Alors que certaines rivales l'ont réduit et que Ferrari semble être en mesure de le gérer sans compromettre ses performances, l'écurie de Silverstone a été obligée de relever la hauteur de caisse de sa voiture, la faisant sortir de sa fenêtre aérodynamique optimale.

"Je pense que nous ne pouvons pas explorer le potentiel aérodynamique de la voiture à cause du marsouinage", déclare Krack. "Et cela instaure comme une barrière virtuelle sur nos possibilités de développement. Donc nous ne pouvons pas extraire la performance que la voiture possède vraiment, c'est le principal problème."

Krack affirme également que la voiture sera améliorée dans "quelques courses", ce qui implique que des évolutions sont à venir d'ici le Grand Prix d'Espagne, à Barcelone. Cependant, il ne souhaite pas s'avancer par rapport à la date à laquelle les nouvelles pièces arriveront en piste, et quel impact elles sont susceptibles d'avoir.

"Je pense que dans quelques courses, nous serons en meilleure forme", estime le Luxembourgeois. "Il serait stupide de dire que c'est prévu pour la course X ou Y, parce que même si vous apportez de nouvelles pièces, vous devez toujours les comprendre. Et vous devez analyser le travail que vous avez fait. Par exemple, imaginons que nous apportons un nouveau package à Miami et qu'il y a de la pluie ou autre chose, et que nous ne réussissons pas à le faire fonctionner. Vous créez beaucoup d'attentes, et ensuite tout le monde va considérer que vous avez échoué."

"Prenez le sprint [à Imola], vous n'avez qu'une seule séance le vendredi, vous apportez une grosse évolution, et vous n'avez aucune chance de la tester, ou de savoir si elle fonctionne ou non. De ce point de vue, je pense qu'il est très important de ne pas annoncer un week-end spécifique, surtout au monde extérieur. Je veux dire, nous avons nos plans en interne, vous comprendrez que je ne veux pas entrer dans les détails. Mais je pense que dans quelques courses, nous devrions être en meilleure forme."

Krack dit que l'équipe préfère apporter de petites améliorations régulières plutôt que de s'engager dans une mise à jour majeure du package. "Nous voulons apporter des évolutions à chaque course, donc nous voulons avoir un développement continu, et apporter des mises à jour tout le temps. Parfois elles sont un peu plus importantes, parfois elles sont un peu plus mineures, mais il est important de maintenir le développement et de ne pas s'arrêter. Évidemment, à un moment de la saison, vous devez vous arrêter et vous concentrer sur la voiture de l'année suivante, mais nous en sommes assez loin pour le moment."

Après que l'équipe ait subi quatre accidents au cours du week-end à Melbourne, Krack craignait que les améliorations prévues pour Imola ne doivent être reportées en raison de la fabrication des pièces de rechange. Mais l'équipe a finalement réussi à fabriquer les nouveaux éléments à temps. "Nous avons réussi, grâce à un énorme effort de l'équipe à Silverstone, à ne pas retarder la mise à jour et à avoir des pièces de rechange. Mais nous ne pouvons pas non plus faire cela chaque semaine."

Concernant l'impact des accidents sur le plafond budgétaire, le dirigeant ajoute : "Nous devons nous inquiéter, les accidents figurent toujours dans vos calculs. Il ne faut donc pas en avoir à chaque course, sinon on se retrouve très vite dans le rouge. Donc oui, nous avons prévu cela. C'est toujours sous contrôle. Il y a des dispositions pour ce genre de choses, mais ça ne doit pas arriver à chaque course."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent AlphaTauri : Gasly doit "faire attention" à son choix s'il part
Article suivant Wolff : "Ce n'est pas Hamilton qui pèche, c'est la voiture"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France