Kubica garde un espoir "très infime" de revenir en F1

Bien qu'il se veuille réaliste, Robert Kubica refuse de fermer définitivement la porte à un éventuel retour en Grand Prix. La vie a trop bien appris au Polonais que l'avenir n'était jamais écrit...

Kubica garde un espoir "très infime" de revenir en F1
Charger le lecteur audio

Résolu à quitter Williams après avoir réussi à faire son retour en Formule 1, Robert Kubica estime qu'il n'a pas encore perdu toute chance de piloter à nouveau en Grand Prix. À 35 ans, le Polonais a déjà réalisé un exploit en renouant avec la compétition malgré les séquelles consécutives à son terrible accident de rallye survenu en 2011. L'an prochain, il sera toutefois sur la touche, et s'oriente vers une saison en DTM tout en espérant conserver un pied en F1 à travers un rôle de pilote de développement qui pourrait se concrétiser chez Racing Point ou Haas.

Lire aussi :

Au sein d'une écurie Williams en détresse, Kubica n'a pu être comparé en 2019 qu'à son coéquipier, et a subi le lourd contraste de performance par rapport à George Russell, pourtant débutant en F1. Après le Grand Prix d'Abu Dhabi au début du mois, Kubica a reconnu qu'il y avait une très forte probabilité pour lui d'avoir disputé sa dernière course dans la catégorie reine, mais il veut conserver l'espoir.

"Dans la vie, on ne sait jamais", assure-t-il. "Bien sûr, à l'avenir je ne serai pas dans le paddock, il y a une chance très infime [de courir à nouveau en F1. Si j'étais dans le paddock, alors tout pourrait arriver. Je garde les pieds sur terre et, de manière réaliste, il y a de plus grandes chances que ce soit ma dernière course plutôt que de me voir courir à nouveau. C'est la vision globale et réaliste." 

S'appuyant sur les dures épreuves du passé, Kubica retient le fait de ne pas avoir le contrôle totale de sa destinée. C'est en ce sens qu'il estime que la porte ne peut pas être définitivement fermée à ce jour.

"Je n'ai pas de contrôle là-dessus, il pourrait y avoir une chance [de revenir], il pourrait ne pas y en avoir", insiste-t-il. "Je pense avoir appris une grande leçon ces dix dernières années. Même lorsque tout est sous contrôle dans votre vie… J'avais un contrat pour trois saisons de plus et j'ai terminé à l'hôpital avec la moitié du corps meurtri, et j'avais failli mourir. J'espère que cette fois-ci, ce sera différent."

Robert Kubica, Lotus Renault GP R31

Robert Kubica au volant de la Lotus Renault R31 en 2011.

partages
commentaires
Les 10 meilleurs pilotes en 2019 selon les directeurs d'écurie
Article précédent

Les 10 meilleurs pilotes en 2019 selon les directeurs d'écurie

Article suivant

Bilan 2019 - Bottas, éternel second ?

Bilan 2019 - Bottas, éternel second ?