Leclerc incrédule face à la défense "très dangereuse" de Magnussen

Le premier Grand Prix du Japon en Formule 1 pour Charles Leclerc n'aura pas permis au Monégasque de voir l'arrivée, en difficulté une grande partie de la course après une collision avec Kevin Magnussen.

Leclerc incrédule face à la défense "très dangereuse" de Magnussen

La course du pilote Sauber s'est en fait jouée dès le deuxième tour quand, à l'attaque sur Magnussen dans la ligne droite de départ/arrivée, les deux hommes se sont percutés. La collision, qui a fait l'objet d'une enquête des commissaires, n'a pas donné lieu à une sanction, ces derniers estimant qu'aucun des deux hommes n'était totalement ou en grande partie responsable. Mais elle a abîmé l'avant de la C37 et rendu le reste de l'épreuve compliqué.

Lire aussi :

La manœuvre de défense du pilote Haas a de nouveau fait parler, lui qui s'est décalé au dernier moment pour couvrir la droite de la piste. Une situation que peine à digérer Leclerc, au micro de Canal+. "En course, au départ je n’ai rien pu faire. J’ai pris un assez bon départ, mais après j’étais pris en sandwich avec Hartley qui n’était pas bien parti et une autre voiture qui m’a serré, donc j’ai dû freiner. Je me suis fait doubler par pas mal de voitures à ce moment-là", raconte-t-il en premier lieu.

"Ensuite, on a vu ce qui s’est passé avec Magnussen. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a rien dans ces situations alors qu’on les a vues dans le passé, avec Verstappen à Spa avec Kimi [Räikkönen] je crois, une année [en 2016], où il avait fait exactement pareil, et il y avait eu une grosse polémique. Et là, ils ne font rien, donc je ne comprends pas trop. Je demanderai les explications, car si on peut faire ça, je le ferai moi aussi. Mais je trouve que c’est quand même très dangereux. Ça lui a ruiné sa course, et la mienne. Jugez vous-mêmes, je n’ai pas encore vu les images, mais depuis le cockpit, c’était très clair."

La référence à l'incident qui avait opposé Räikkönen et Verstappen lors du Grand Prix de Belgique 2016 est intéressante car un incident quasiment similaire, qui n'avait toutefois pas été jusqu'à une collision, avait soulevé des questions quant à ce qui était permis au moment de défendre. À l'époque, là aussi, la manœuvre défensive du Néerlandais n'avait donné lieu à aucune pénalité, et pour cause : il n'y avait eu aucune enquête.

Lire aussi :

Du côté de Kevin Magnussen, la situation est claire : c'est un incident de course. "Eh bien, j'ai dépassé Charles à l'extérieur dans le 130R, puis dans la dernière chicane il est resté tout près et a pris mon aspiration dans la grande ligne droite."

"Je suis allé vers la droite, je crois qu'il m'a suivi un peu, puis il est retourné vers la gauche et a crevé mon pneu arrière gauche, causant la crevaison. C'est malheureux, mais ça arrive parfois. Le pneu s'est délaminé et a déchiré tout le fond plat. Ça a endommagé l'aileron arrière, les conduits de frein, etc., et on a dû abandonner."

partages
commentaires
Grosjean huitième... sans télémétrie !
Article précédent

Grosjean huitième... sans télémétrie !

Article suivant

Alonso : Ma pénalité montre "la médiocrité de la F1"

Alonso : Ma pénalité montre "la médiocrité de la F1"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021