Formule 1 GP d'Australie

Leclerc sous enquête des commissaires après sa pole

Charles Leclerc est sous enquête des commissaires au Grand Prix d'Australie après des qualifications où il a signé la pole position.

Le poleman Charles Leclerc, Ferrari, boit dans le parc fermé

Auteur du meilleur temps des qualifications au Grand Prix d'Australie, Charles Leclerc se retrouve sous enquête des commissaires ce samedi soir à Melbourne en raison d'une possible infraction lors d'un tour de rentrée au stand en Q3.

"Infraction présumée à l'article 33.4 du Règlement sportif de la FIA pour la Formule 1 et non-conformité aux Notes 4 du directeur de course, pilotage inutilement lent dans un tour de rentrée à 16h09", peut-on lire dans la convocation pour une audience qui a normalement déjà débuté du côté de l'Albert Park.

L'article concerné dispose qu'"à aucun moment une voiture ne peut être pilotée inutilement lentement, de manière erratique ou d'une manière qui pourrait être considérée comme potentiellement dangereuse pour les autres pilotes ou toute autre personne".

En outre, les notes publiées par le directeur de course Niels Wittich confirment que les pilotes doivent rester en dessous d'un temps de tour minimum : "Afin de s'assurer que les voitures ne sont pas pilotées inutilement lentement dans les tours de rentrée pendant et après la fin des qualifications ou pendant les tours de reconnaissance lorsque la ligne des stands est ouverte pour la course, les pilotes doivent rester en dessous du temps maximum fixé par la FIA entre les lignes du Safety Car indiquées sur la carte de la voie des stands. Le temps maximum vous sera communiqué après le premier jour d'essais."

Le Monégasque n'est pas le seul concerné puisque Yuki Tsunoda et Guanyu Zhou sont également dans le collimateur. Il y a toutefois, a priori, peu de chance que cela ait un impact sur les résultats des qualifications, si l'on en croit la jurisprudence passée dans ce genre de situation qui penche plutôt pour des réprimandes dans pareilles circonstances.

Ainsi, en 2019, Nico Hülkenberg, Lance Stroll et Carlos Sainz ont tous reçu des réprimandes pour avoir roulé trop lentement lors des qualifications du GP d'Italie, tandis que Sergio Pérez en a reçu une après les essais à Singapour.

Lire aussi :

Avec Adam Cooper

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Vers une disqualification de la Williams d'Albon ?
Article suivant Albon disqualifié des qualifications au GP d'Australie

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France