Formule 1 GP d'Australie

La lumière rouge de Mercedes qui donne des indices sur son plan d'action

Mercedes a fait le choix d'alourdir la F1 de Lewis Hamilton lors du Grand Prix d'Australie 2022, pour tenter de récolter des données décisives dans sa résolution du marsouinage.

Lewis Hamilton, Mercedes W13

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Éminent expert technique de Formule 1, Giorgio Piola suit les Grands Prix depuis les années 1960. Sur Motorsport.com, ses analyses et illustrations se penchent sur toutes les nouveautés aperçues en F1 au fil des Grands Prix.

Les observateurs attentifs du Grand Prix d'Australie de Formule 1 n'ont pu s'empêcher de remarquer une étrange lumière rougeoyante sous la voiture de Lewis Hamilton à certains moments de la course. Mais plutôt que d'être une idée originale pour améliorer le look de sa W13, la lumière était en fait un capteur opérationnel, et une conséquence de l'effort continu de Mercedes pour trouver la racine de ses problèmes de marsouinage.

Le constructeur croit que s'il peut comprendre ce qui est nécessaire pour empêcher sa F1 2022 de rebondir dans les lignes droites, cela peut l'aider à la faire rouler dans une meilleure fenêtre de réglages, ce qui lui permettra d'améliorer automatiquement ses performances. La difficulté est que, jusqu'à présent, Mercedes n'a pas encore fait la... lumière sur les éléments déclencheurs du phénomène du marsouinage, et sur les facteurs exacts qui favorisent son apparition.

Le patron de l'écurie Mercedes, Toto Wolff, a admis qu'il y avait des "anomalies cachées" qu'il fallait trouver, et les choses sont d'autant plus confuses que les modifications apportées aux réglages lors du week-end de Melbourne ont semblé avoir peu d'impact sur le problème.

Lewis Hamilton, Mercedes W13

Lewis Hamilton, Mercedes W13

Ce phénomène semble toutefois moins fréquent en course et, pour tenter d'en comprendre la raison, Mercedes a décidé de conserver un capteur optique de hauteur de caisse sur la voiture d'Hamilton pendant tout le week-end australien. Le capteur, qui émet une lumière lorsqu'il est allumé, mesure la hauteur de caisse et la trajectoire de la voiture par rapport à la piste, et peut donc être utilisé pour fournir des réponses sur ce qui se passe exactement dans les lignes droites et les virages.

Ces dispositifs sont assez couramment utilisés en F1, mais ne sont normalement montés que lors des séances d'essais libres, car ils ajoutent un poids supplémentaire à la voiture, de l'ordre de 1 à 2 kg. Mercedes a cependant estimé que les avantages de le conserver sur la voiture pour les qualifications et la course, en termes de connaissances supplémentaires acquises, l'emporteraient sur les inconvénients d'un lest supplémentaire.

Mais le capteur de lumière n'est pas le seul exercice de collecte de données auquel Mercedes s'est livré, puisque lors de certains runs en essais libres, la structure a ajouté un autre capteur optique de hauteur de caisse logé dans des capsules sur le bord du plancher.

Un capteur sur le bord du plancher de la Mercedes W13 de Lewis Hamilton

Un capteur sur le bord du plancher de la Mercedes W13 de Lewis Hamilton

La recherche de réponses au problème de marsouinage signifie que Mercedes a mis en attente les évolutions de sa voiture, pour ne pas brouiller les pistes en changeant la configuration de sa voiture pour le moment. C'est pourquoi l'équipe n'a pas encore introduit d'aileron arrière sur mesure à faible appui, et continue d'utiliser une version modifiée de l'aileron à fort appui avec lequel elle a commencé la saison.

Le problème du marsouinage restant sa priorité, l'équipe a concentré ses efforts sur le rythme de course, sachant que Ferrari et Red Bull sont hors de portée le samedi pour le moment.

Mercedes W13 rear wing
Mercedes W13 rear wing Saudi Arabian GP

Le travail entrepris par Mercedes est incroyablement intense, car il ne s'agit pas seulement de trouver le point idéal de performance, mais aussi de jongler entre les réglages mécaniques et aérodynamiques.

C'est ce qu'ont démontré Hamilton et George Russell en passant d'une configuration d'aileron arrière avec et sans Gurney sur le bord de fuite (le petit rajout noir ci-dessus), tout en poussant activement la voiture dans une direction qui aggrave les problèmes d'appui afin de recueillir des données et de mieux comprendre comment y remédier.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Vips : "Marko aime mettre les pilotes sous pression"
Article suivant Gasly ironise sur le contrôle des sous-vêtements par la FIA

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France