Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
52 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
59 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
73 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
87 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
101 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
108 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
122 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
136 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
143 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
157 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
178 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
220 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
227 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
248 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
262 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
276 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
283 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
297 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
311 jours

McLaren : Alonso et Vandoorne ont contribué aux résultats 2019

partages
commentaires
McLaren : Alonso et Vandoorne ont contribué aux résultats 2019
Par :
4 juil. 2019 à 07:00

Bien qu'il soit arrivé cette année seulement, sans avoir connu les saisons précédentes et la collaboration avec les deux anciens pilotes McLaren en F1, Andreas Seidl est convaincu de l'apport déterminant qu'ils ont offert pour que le développement fonctionne en 2019.

Au fil des dernières semaines, McLaren s'est imposé comme la quatrième force du plateau, ce qui s'est traduit par des résultats brillants lors des deux derniers Grands Prix, en France et en Autriche. Avant Silverstone, l'écurie de Woking occupe le quatrième rang du championnat constructeurs avec 52 points : huit de plus que l'an dernier au même stade de la saison, et seulement dix de moins que le total 2018. La progression est donc réelle, et confirme le bienfait des nombreux changements mis en œuvre durant l'hiver. Mais si Carlos Sainz et Lando Norris sont aujourd'hui les deux pilotes qui incarnent le regain de forme de McLaren, leur nouveau directeur Andreas Seidl estime que leurs deux prédécesseurs ont joué un rôle important pour ramener l'écurie sur la bonne voie.

Lire aussi :

"Après avoir terminé la saison [2018] avec la neuvième voiture du plateau, je pense que personne dans l'équipe ne s'attendait à faire un tel pas en avant", assure Seidl. "Cela montre simplement que les nombreux changements déclenchés l'année dernière portent leurs fruits. L'équipe a fait du bon travail pour la voiture de cette année. Ils ont compris beaucoup de choses grâce à l'apport des pilotes de l'année dernière, et nous devrions créditer Fernando [Alonso] et Stoffel [Vandoorne] pour ça, car ils ont souligné quelles étaient les faiblesses et quelle direction devait être prise pour développer la voiture. C'est tout cela qui paie aujourd'hui."

Pas d'excès d'enthousiasme

Andreas Seidl, Team Principal, McLaren

McLaren est dans une très belle dynamique, néanmoins les particularités du milieu de grille et la forme changeante qui affecte les écuries incitent à la prudence. Avec 20 points d'avance sur Renault début juillet, l'équipe britannique ne prend rien pour acquis. "L'objectif pour nous cette année est de poursuivre le développement de la voiture", insiste Seidl. "Bien sûr, nous voulons désormais faire en sorte de conserver cette [quatrième] place pendant un moment, mais nous avons vu que ça pouvait changer rapidement. Ça reste une bagarre serrée. Les écarts qu'il y a aujourd'hui ne sont pas grand-chose sur une distance de course, alors il est important de ne pas être trop enthousiaste, de rester la tête dans le guidon et concentré sur les faiblesses qu'il y a encore sur la voiture."

"Lors des deux derniers Grands Prix, nous avions la quatrième voiture la plus rapide, donc nous méritons d'être quatrièmes au championnat constructeurs. Mais jusqu'au Paul Ricard, nous devons être honnêtes : nous n'avions pas la quatrième voiture. Elle était quelque part entre la cinquième et la septième place, et au final nous étions quatrièmes car nous avions une meilleure fiabilité, nous faisions de meilleurs arrêts au stand, ou bien nous avions une meilleure compréhension des pneus."

Lando Norris, McLaren MCL34, devant Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38

Article suivant
Grâce aux pitstops, Williams ne passe pas pour une "bande d'idiots"

Article précédent

Grâce aux pitstops, Williams ne passe pas pour une "bande d'idiots"

Article suivant

Le coup de chaud de Mercedes dû à des radiateurs trop petits

Le coup de chaud de Mercedes dû à des radiateurs trop petits
Charger les commentaires