McLaren a "sauvé les meubles" avec 10 points à Imola

En difficulté à Imola, McLaren se félicite d'avoir engrangé dix points cruciaux pour le championnat des constructeurs.

McLaren a "sauvé les meubles" avec 10 points à Imola
Charger le lecteur audio

Le Grand Prix d'Émilie-Romagne s'annonçait compliqué pour McLaren. Carlos Sainz et Lando Norris n'ont atteint la Q3 que d'extrême justesse et se sont positionnés aux neuvième et dixième emplacements de la grille, contraints de prendre le départ en pneus tendres rodés. Pas vraiment la solution idéale.

Lire aussi :

Pourtant, à l'issue d'une course à rebondissements, les deux hommes se sont classés septième et huitième ; ils ont certes profité des malheurs de Pierre Gasly et des Red Bull mais aussi tenu le rythme de leurs concurrents directs. Après 50 tours de course, au moment de la neutralisation par la voiture de sécurité, Sainz n'était qu'à cinq secondes de Ricciardo (qui a fini sur le podium) avec Norris deux secondes plus loin.

"Je pense que nous pouvons être heureux de repartir avec dix points, et d'avoir pu marquer encore plus de points que Racing Point en en perdant peu sur Renault", se félicite le directeur d'équipe Andreas Seidl. "Nous avons sauvé les meubles lors d'un week-end où nous ne pouvions pas rivaliser avec eux en matière de performance."

"Je pense que l'équipe et les deux pilotes ont super bien exécuté la course, avec de très bons arrêts au stand et les bonnes décisions stratégiques. Bien sûr, nous avons profité des incidents, ce qui nous maintient dans la lutte pour cette troisième place." McLaren s'est en effet hissé au niveau de Racing Point au classement général, avec 134 points, tandis que Renault s'est propulsé à la troisième place, jouissant de 135 unités.

Un meilleur résultat aurait même pu être obtenu si, s'étant arrêté trois tours plus tard, Sainz était parvenu à faire l'overcut à Daniil Kvyat. À l'exception des trois tours en question, l'Espagnol a passé les 50 premières boucles de la course à moins de deux secondes et demie de son ancien coéquipier.

"C'est pourquoi nous avons essayé de faire l'arrêt au stand à ce moment-là, car nous avions vu auparavant qu'il n'était pas possible de dépasser en piste", indique Seidl. "La seule opportunité était donc dans les stands, et il était très, très proche. C'est sûr que la course aurait pu finir peut-être un peu différemment. Car au final, nous étions coincés derrière Daniil depuis le début. Carlos est convaincu que la voiture pouvait aller plus vite, mais il n'a pas pu en profiter. Cela dit, c'est difficile de savoir où nous aurions fini. Il faut simplement que nous nous qualifiions mieux. Alors la course est plus facile."

Andreas Seidl, Team Principal, McLaren

Malgré le manque de performance sur cette piste, McLaren se contente des progrès réalisés grâce au nouveau package aéro. "Nous étions très satisfaits des évolutions que nous avons lancées", poursuit Seidl. "Et si vous parlez aux pilotes après la course, je crois qu'ils étaient aussi contents de la voiture. Nous n'avons simplement pas pu en extraire la performance attendue en qualifications."

Une autre source de satisfaction est la résolution des problèmes connus par Carlos Sainz au Nürburgring : de nombreuses évolutions avaient été ajoutées à la monoplace de l'Espagnol, sans se concrétiser par un gain en performance. Vendredi dernier, lorsqu'il lui était demandé à quel pourcentage McLaren avait décrypté ses évolutions, Seidl répondait : "Je ne peux pas donner un pourcentage, mais de notre point de vue, c'était génial de voir comment l'équipe de course et l'équipe de développement, sous le leadership de James Key et Andrea Stella, ont réagi à ce qui nous est arrivé au Nürburgring sur la voiture de Carlos."

"C'était génial de voir tout le monde unir ses efforts ainsi et tirer les bonnes conclusions pour Portimão, où nous avions d'emblée une voiture qui était assez compétitive tout le week-end. Nous y avons testé d'autres évolutions le vendredi, et nous prévoyons d'en apporter d'autres lors des prochaines courses, dans l'espoir qu'elles nous aident à rester dans cette bataille pour la troisième place du championnat des constructeurs."

partages
commentaires

Voir aussi :

Bottas questionne l'absence de drapeau jaune pour le débris Ferrari
Article précédent

Bottas questionne l'absence de drapeau jaune pour le débris Ferrari

Article suivant

Hamilton valorise le titre de Mercedes par rapport à son palmarès

Hamilton valorise le titre de Mercedes par rapport à son palmarès
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021