Formule 1 GP de Grande-Bretagne

Mercedes prêt à motoriser Alpine à partir de la saison 2026

Lors de la conférence de presse des directeurs d'équipe, vendredi au Grand Prix de Grande-Bretagne, Toto Wolff s'est montré ouvert concernant l'idée d'accueillir Alpine en tant qu'équipe cliente à partir de la saison 2026.

Toto Wolff, Team Principal, Mercedes-AMG F1 Team, Flavio Briatore, conseiller exécutif, Alpine F1

Toto Wolff et Flavio Briatore

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Ce n'est plus un secret dans le paddock, Renault songerait à mettre fin à son programme moteur pour 2026, faisant d'Alpine une simple écurie cliente. Comme le révélait Motorsport.com à l'aube du Grand Prix d'Espagne, Bruno Famin, directeur de l'équipe française, se serait entretenu avec différents motoristes afin d'examiner les alternatives possibles pour 2026.

C'est tout d'abord Luca De Meo, PDG de Renault, qui a laissé entendre une telle décision lors d'un entretien avec le média britannique Autocar : "Pour cette année et 2025, nous essaierons avec la configuration actuelle, puis nous nous efforcerons de faire les choses correctement pour le cycle suivant. Tel est le défi. Mais nous ferons tout ce qui est nécessaire pour être une équipe compétitive."

C'est ensuite Pierre Gasly, lors du week-end à Barcelone, qui est venu appuyer cette hypothèse"En tant qu'équipe, il est important d'examiner toutes les options et de décider ensuite de ce qui est le mieux en termes de performances. Les objectifs sont très clairs pour l'écurie. Nous voulons être compétitifs. Nous voulons nous battre aux avant-postes. Toutes les discussions sont très ouvertes avec l'équipe, donc je fais confiance à la décision de la direction et je n'ai pas d'inquiétude particulière de ce côté-là."

Mercedes ouvert à une collaboration avec Alpine

Parmi les cinq autres motoristes qui seront présents lors de la nouvelle règlementation technique en 2026, Mercedes semble être l'un des choix les plus logiques pour Alpine. De plus, Toto Wolff, directeur de l'équipe allemande, voit d'un bon œil la potentielle arrivée de l'écurie française en tant que cliente. En effet, à l'issue de la saison 2025, l'écurie basée à Brackley cherchera à combler le départ d'Aston Martin, qui rejoindra Honda.

"Vous savez, je pense que c'est une situation compliquée parce que nous aimons l'idée de remplacer Aston Martin par une autre équipe grâce à l'apprentissage que cela nous apporte. Je pense que notre organisation est faite pour que plus il y a d'unités de puissance, mieux c'est en termes d'accélération de certains développements ou de fiabilité. Voilà donc où nous en sommes."

Même si les échanges entre les différents constructeurs n'en sont qu'à un stade préliminaire, Toto Wolff a affirmé qu'il était prêt à entamer des discussions sérieuses si Alpine venait à confirmer son avenir en tant qu'écurie cliente.

"Cela n'a pas dépassé le stade de l'échange d'opinions ou de discussions exploratoires. Alpine veut-elle poursuivre son programme de moteurs de Formule 1 ou non ? Ce n'est que lorsqu'elle aura pris cette décision stratégique que nous nous pencherons sur nos accords. Mais nous sommes ouverts. Nous sommes ouverts d'esprit et c'est ce que nous leur avons dit."

Cependant, le team principal autrichien ne s'attend pas à ce qu'Alpine donne une réponse lors de la trêve estivale : "Non, c'est une décision bien trop compliquée, durable et lourde de conséquences pour Alpine."

Avec le départ d'Aston Martin en 2026, Mercedes poursuivra l'aventure avec McLaren, cliente depuis quatre ans, et Williams, cliente depuis onze ans. James Vowles, qui vit sa deuxième saison en tant que directeur de l'équipe Williams, était présent aux côtés de Toto Wolff lors de la conférence de presse des directeurs d'équipe.

Il s'est également prononcé sur le sujet, estimant que l'arrivée d'Alpine apporterait un plus dans l'acquisition des données. Seulement, alors que Williams travaille déjà depuis quelques temps sur son unité de puissance 2026, la décision tardive de l'écurie française pourrait la pénaliser par rapport aux autres écuries déjà motorisées par Mercedes.

"Plus vous avez de moteurs en circulation, plus vous avez de possibilités d'apprentissage. Il n'y a aucun doute à ce sujet dans la saison actuelle. Mais je pense qu'il est également juste de dire que je ne sais pas exactement où en sont McLaren et Mercedes. Mais de notre point de vue, cela fait déjà de nombreux mois que nous travaillons avec HPP pour mettre au point le bon concept pour la saison 2026."

"Ainsi, quoi que vous fassiez, vous aurez six à douze mois de retard sur les trois autres équipes. C'est assez pénalisant dans le grand ordre des choses. Cela ne veut pas dire que c'est irréalisable, mais il y aura des domaines dans lesquels vous devrez faire des compromis. Il y a une énorme quantité de travail à faire pour que le moteur 2026 soit parfait. Et la moindre décision concernant l'agencement peut avoir un impact considérable."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Encore éliminé en Q1, Pérez veut "renverser la vapeur"
Article suivant La FIA l'admet : Verstappen méritait un drapeau noir et blanc

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France