Mercedes ne veut pas "devenir le côté obscur de la force"

Après deux saisons de domination sans partage, Mercedes a conscience de se retrouver dans une situation paradoxalement difficile à tenir.

Mercedes ne veut pas "devenir le côté obscur de la force"
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Nico Rosberg et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Toto Wolff, Président Exécutif de Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Le vainqueur Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06 fête sa victoire en passant sous le drapeau à damiers à la fin de la course
Le vainqueur Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 fête sa victoire avec son équipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et l'équipe
Le deuxième, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 dans le Parc Fermé
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team
Le poleman Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06

L’écart qui a séparé les Flèches d’Argent de la concurrence en 2014 et 2015 est tel que, même avec le regain de forme de Ferrari, le suspense a été trop rapidement éteint. 

L’an dernier, la firme à l’Etoile est parvenue à surfer sur la vague d’une rivalité globalement maîtrisée entre ses pilotes, laissés libres de leurs mouvements en piste en l’absence de toute consigne d’équipe. C’est ainsi que le titre mondial s’était joué lors de la dernière course, aidé en ce sens par la règle éphémère des points doublés à Abu Dhabi. Cette année, Lewis Hamilton a en revanche dominé les deux premiers tiers de la saison pour être finalement sacré dès le Grand Prix des Etats-Unis.  

A la tête de l’écurie allemande, Toto Wolff sait que la domination écrasante de son équipe risque de se payer d’une façon ou d’une autre, quand au même moment Bernie Ecclestone met en garde Mercedes en soulignant que personne ne viendra s’apitoyer sur le sort du constructeur allemand le jour où il sera battu. 

"Notre domination est mauvaise pour la Formule 1", reconnaît Wolff dans une longue interview accordée au Daily Mail, avant d'établir un parallèle presque étonnant avec la saga cinématographique Star Wars. "C’est le cas. Cela rend la course ennuyeuse. Le résultat devient prévisible. Le sport a besoin de plusieurs vainqueurs ; il a besoin de résultats étranges ; il a besoin de voir l’outsider gagner. Au moment où l’on devient une force dominante, on souffre, et la marque souffre. On devient le côté obscur de la force."

Red Bull, la victime précédente

Gagner pour faire briller une marque, sans pour autant écorner son image, c’est toute la problématique qui pourrait donner des cheveux blancs à Wolff et Mercedes. L’Autrichien ne manque pas de prendre en exemple l’ère de domination précédente, et les effets indésirables qu’elle a pu avoir pour Red Bull. 

"C’est aussi arrivé à Red Bull : ils ont rejoint la discipline, c’étaient des Jedi", continue-t-il à imager. "Ils se jetaient dans la piscine quand ils terminaient troisièmes à Monaco avec Coulthard. Ils avaient les Formula Unas, les filles autour du paddock. Ils avaient le Red Bulletin. Ils étaient dans la controverse, ils avaient une superbe marque. Mais après avoir gagné le titre mondial quatre fois consécutivement, leur marque est devenue antipathique. Personne ne veut d’un ordre établi."

Libérer complètement les pilotes?

Si Wolff sait à quel problème il doit faire face actuellement, il doit également concéder qu’il n’en détient pas forcément la clé. Malgré une forme d’impuissance, il pense toutefois que la solution pourrait se trouver du côté de son duo de pilotes. Serait-il alors prêt à laisser Lewis Hamilton et Nico Rosberg s’affronter encore plus librement?

"Si l’on commence à se comporter comme dans un ordre établi, c’est fini, et les gens auront de l’animosité", insiste-t-il. "Notre domination est donc mauvaise pour la Formule 1 et mauvaise pour nous, mais que puis-je faire? La seule chose que l’on peut faire est de rester humble, garder les pieds sur terre, admettre que ce sont des circonstances particulières et que ça pourrait être différent dans le futur, et profiter du moment."

"Je veux que la domination continue mais si cela se poursuit ainsi, je dois réfléchir à ce qu’il faut faire pour que nous ne devenions pas un ennemi, et pour que nous puissions aider le spectacle. Peut-être qu’il s’agit de libérer les deux [Hamilton et Rosberg] complètement, les laisser avoir leurs propres stratégies. Ce pourrait être une solution."

partages
commentaires
Ricciardo - Red Bull reviendra plus fort que jamais

Article précédent

Ricciardo - Red Bull reviendra plus fort que jamais

Article suivant

Sauber a écrit une lettre décapante au Père Noël

Sauber a écrit une lettre décapante au Père Noël
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021