Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Les changements préparés par Mercedes sur le volant de Russell

Retour sur la façon dont George Russell a tiré profit de son premier Grand Prix chez Mercedes en 2020 pour modifier son volant et retrouver à Abu Dhabi une configuration proche de celle de Lewis Hamilton, mais avec de petites différences.

Les changements préparés par Mercedes sur le volant de Russell
Charger le lecteur audio

George Russell a toujours été clair sur le fait que son passage chez Mercedes lors du Grand Prix de Sakhir 2020 lui a apporté des connaissances qui pourraient être mises à profit lors de son retour chez Williams.

Bien que le temps ait manqué pour apporter des changements majeurs à la W11 avant le début du week-end à Bahreïn, l'aperçu qu'il a tiré de l'approche et des exigences de Lewis Hamilton a été extrêmement précieux. Par exemple, la façon dont il a dû utiliser la configuration du volant de Hamilton, qui inclut son système de palette unique.

Lire aussi :

Dès son retour chez Williams, Russell a commencé à utiliser ces informations pour son propre bénéfice et celui de l'équipe. Il a demandé à ce que des modifications soient apportées à son système de palettes d'embrayage, conformément à ce qu'il avait à sa disposition lorsqu'il pilotait la Mercedes.

Le volant de George Russell, Williams FW43B

Le volant de George Russell, Williams FW43B

En 2020, le volant de la Williams était muni de deux palettes (ci-dessus), avec deux leviers dotés de cavités moulées pour les doigts et utilisées pour aider le pilote à travailler sur l'embrayage.

Ayant pris en compte la demande de Russell, le volant adopté pour 2021 ne comportait plus qu'une seule palette, plus longue (ci-dessous), actionnée par sa main droite. Elle est également dotée d'une cavité pour les doigts à son extrémité afin de lui permettre de jouir d'une plus grande stabilité lors de la modulation de la course du levier.

Le volant de George Russell, Williams FW43B

Le volant de George Russell, Williams FW43B

Après avoir signé un contrat à plein temps pour rejoindre Mercedes en 2022, Russell est retourné dans le cockpit lors des récents essais d'après-saison à Abu Dhabi, où il a piloté le mulet de la W10 (de 2019) pour évaluer les nouvelles roues de 18 pouces destinées à la F1.

Sans perdre de temps, Mercedes avait préparé un nouveau volant pour son arrivée, en s'inspirant du design d'Hamilton mais avec quelques différences clés basées sur les commentaires de Russell.

La course du levier est assez comparable, tout bien considéré. Cependant, la partie où loger les doigts est plus proche de l'axe du volant, et le point de montage articulé est beaucoup plus proche de la poignée gauche.

Cela est probablement dû à la différence entre la façon dont les deux pilotes tiennent le volant lors d'un départ, Hamilton étant connu pour avoir une approche originale consistant à saisir le coin supérieur gauche du volant.

Le volant de Lewis Hamilton, Mercedes W12

Le volant de Lewis Hamilton, Mercedes W12

Il sera intéressant de voir si d'autres changements interviendront d'ici le début de la saison prochaine, car les configurations de volant sont souvent des domaines où les pilotes trouvent de petits gains de performance.

partages
commentaires

Voir aussi :

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote
Article précédent

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Article suivant

Bilan 2021 - Carlos Sainz, un matador qui n'a pas à rougir de honte

Bilan 2021 - Carlos Sainz, un matador qui n'a pas à rougir de honte
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021