Michael Masi est "trop tendre" avec les pénalités, selon Alonso

Gêné pendant les qualifications du Grand Prix d'Abu Dhabi, Fernando Alonso a accusé Michael Masi, le directeur de course de la Formule 1, d'être "trop tendre" dans sa lutte contre les infractions sur la piste.

Michael Masi est "trop tendre" avec les pénalités, selon Alonso

À la fin des qualifications du Grand Prix d'Abu Dhabi, plusieurs pilotes ont été convoqués chez les commissaires pour avoir roulé de manière excessivement lente avant leur dernier tour lancé, en Q2, et pour avoir gêné certains de leurs adversaires. Fernando Alonso fait partie des pilotes floués puisqu'il a été gêné par Daniel Ricciardo, entamant son dernier tour en Q2, ce qui a contribué à son élimination précoce.

Lire aussi :

Particulièrement agacé par la situation, le pilote Alpine n'a pas mâché ses mots en parlant des commissaires de la FIA et de Michael Masi, le directeur de course. L'Espagnol a estimé que les régisseurs ne remplissaient pas leur rôle et se montraient trop laxistes.

"Le tour de sortie était fou", a lancé le double Champion du monde en évoquant la fin de la Q2. "Malheureusement, il n'y a personne pour faire la police. Le directeur de course est trop tendre, il y a toujours du bordel. Nous avons besoin d'un arbitre pour nous protéger et, pour l'instant, nous n'en avons pas."

"Le problème, c'est qu'il devrait avoir plus de clarté sur ce qui est autorisé et ce qui est interdit, ce qui est pénalisé et ce qui ne l'est pas. Et [la FIA] doit être sévère dans certaines de ses décisions. Au football, lorsque quelqu'un fait un tacle et qu'il y a penalty, il a un carton rouge. Ici [en F1], ils ne savent pas s'il faut donner un carton jaune ou un carton rouge. C'est pourquoi nous répétons toujours les mêmes erreurs."

Le trafic a été très dense en fin de Q2

Le trafic a été très dense en fin de Q2

S'il s'est qualifié en onzième position, Alonso se prépare à s'élancer dans le top 10 : pour les pilotes sous enquête à Abu Dhabi, l'Espagnol n'attend rien de moins qu'une pénalité de trois places, la sanction que Sebastian Vettel avait reçu sur la grille de départ du Grand Prix d'Autriche pour avoir gêné Alonso

"Parfois, on ne peut pas doubler et on roule très lentement mais notre équipe est très réactive pour nous prévenir de l'arrivée d'une voiture dans un tour rapide", a poursuivi Alonso. "Cette année, je n'ai jamais été sous enquête pour avoir gêné quelqu'un. Le pilote aussi doit être réactif, il y a des enquêtes qui sont ouvertes pour ceux qui ne le sont pas et, normalement, ils sont pénalisés. Mais c'est très aléatoire."

"C'est la faute de McLaren [pour l'incident de Q2], l'équipe ou le pilote, peu importe. Même lorsque le trafic est important dans le tour de sortie, vous devez vous écarter lorsqu'une voiture rapide approche, et [Ricciardo] n'a pas bougé. Je crois qu'en Autriche, Vettel avait reçu trois places [de pénalité] donc je m'attends à trois places minimum. Je pense que je partirai neuvième, mais attendons de voir la suite."

À plusieurs reprises cette saison, Alonso a pointé du doigt l'inconstance des commissaires en ce qui concerne la gestion des incidents et l'attribution des pénalités. Et selon lui, la situation s'est même aggravée ces dernières années.

"C'est clairement pire qu'en 2018", a-t-il affirmé, en se basant sur la saison précédant ses deux années d'absence en catégorie reine. "Il n'y a aucune règle, aucune pour le tour de sortie, aucune pour le temps minimum. Il y a beaucoup de manœuvres étranges sur la piste. Je m'en étais plaint dans le premier tiers du championnat. Ensuite, j'ai changé d'attitude et j'ai fait la même chose. Mais je ne souhaite pas gêner. Personne ne veut être au milieu du tour rapide de quelqu'un d'autre car, ensuite, vous êtes convoqués chez les commissaires et vous avez une pénalité de trois places. J'imagine que c'est ce qui va se passer aujourd'hui."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Ross Brawn devrait quitter la F1 en 2022
Article précédent

Ross Brawn devrait quitter la F1 en 2022

Article suivant

Norris "nerveux" d'être juste derrière Verstappen et Hamilton

Norris "nerveux" d'être juste derrière Verstappen et Hamilton
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021