Norris ne s'attend pas à beaucoup de dépassements au Mugello

Le pilote McLaren en F1, Lando Norris, prévient : si le circuit du Mugello est "extraordinaire" du point de vue du pilotage pur, il ne s'attend pas vraiment à ce qu'il permette beaucoup de dépassements en course.

Lando Norris ne découvrira pas le Mugello au moment de disputer le Grand Prix de Toscane, du 11 au 13 septembre prochains. Le tracé détenu par Ferrari, qui accueille habituellement le Championnat du monde Moto mais qui a été intégré au calendrier 2020 de la F1 pour faire face aux différentes défections liées à la pandémie de COVID-19, était en effet au programme de la saison 2015 de F4 Italie, à laquelle le pilote McLaren avait participé.

"J'ai hâte", a-t-il déclaré quand la perspective de retrouver cette piste a été évoquée. "J'ai couru au Mugello en F4 Italie, en 2015 je crois. Et c'était vraiment cool. Ce sont des virages à haute vitesse, ou de moyenne à haute vitesse, il n'y pas de véritable chicane serrée, presque comme en Autriche d'une certaine manière, sans les grosses zones de freinage."

Lire aussi :

"Ces virages à haute, moyenne vitesse mettent les qualités physiques du pilote à l'épreuve en le poussant vers la limite, c'est de la F1 à la limite au niveau de la vitesse que les monoplaces peuvent atteindre dans ces types de virage. Ça ne sera sans doute pas le mieux pour la course, je ne sais pas si vous verrez des dépassements entre le virage 1 et le dernier virage, donc je pense que ça va être comme la Hongrie d'une certaine manière. Mais, dans le même temps, c'est une piste extraordinaire, donc je crois que les qualifications seront incroyables."

"Je pense que tout nouveau circuit, tout circuit qui n'a pas été utilisé depuis un moment ou est nouveau dans la discipline, est excitant", a ajouté Norris, qui a également couru à Imola en 2015, toujours dans le cadre de la F4 Italie, circuit qui fera son retour en Formule 1 à l'automne

"C'est quelque chose de différent, de différent de la norme. Vous ne vous y rendez pas en sachant exactement quoi faire sur le plan des réglages et cela vous place dans une position légèrement vulnérable. C'est un peu plus exigeant, et je trouve cela très excitant."

Quant au directeur de Red Bull Racing, Christian Horner, il estime que les pilotes et écuries vont faire face à un vrai défi sur le circuit toscan. "J'ai couru au Mugello en 1997. C'était un superbe circuit à l'époque, et je ne pense pas que le tracé ait beaucoup changé depuis. C'est une piste fantastique, rapide et exigeante, et elle permettra de faire la différence entre les pilotes. Je pense que ce sera une bonne addition au calendrier de cette année."

partages
commentaires
McLaren veut une règle plus stricte sur la copie en F1

Article précédent

McLaren veut une règle plus stricte sur la copie en F1

Article suivant

On se souviendra de 2020 comme d'une année en or pour la F1

On se souviendra de 2020 comme d'une année en or pour la F1
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021