Ocon : "Mercedes se souvient" toujours des résultats

Malgré la pause forcée qu'il observe dans sa carrière en Formule 1, Esteban Ocon a la conviction d'avoir une chance énorme avec le soutien de Mercedes. Car la firme à l'étoile n'est selon lui pas du genre à jeter l'éponge rapidement pour ses jeunes talents.

Ocon : "Mercedes se souvient" toujours des résultats

L'entrée dans l'année 2019 ressemble pour Esteban Ocon à celle d'un long tunnel, au bout duquel il espère voir la lumière qui lui offrira un retour en Formule 1. Pris au piège d'un marché des transferts qui s'est affolé l'an passé, le Français se retrouve sans volant après deux années pourtant réussies chez Force India. Il se sait depuis un moment déjà condamné à prendre son mal en patience, et l'épreuve commence maintenant.

La carrière du Normand étant gérée par Mercedes, il a pu trouver refuge directement au sein de l'écurie Championne du monde en titre, où il occupera un rôle de réserviste et de pilote de simulateur tout au long de la saison. Un statut lui permettant de travailler au plus près de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, mais qui présente le risque de se faire peu à peu oublier dans un milieu aussi impitoyable que la F1, qui ne jure si souvent que par la lumière.

Dès lors, que faire pour convaincre ? "Je n'ai pas de certitude", avoue Esteban Ocon à Motorsport.com. "Quand on ne court pas, on ne gagne rien. J'espère que ces deux années étaient suffisantes pour prouver que je mérite un baquet en 2020."

Lire aussi :

Quand certains décrivent le soutien de Mercedes comme la principale raison ayant provoqué l'absence d'option pour un volant en 2019, Esteban Ocon reste persuadé qu'au contraire, c'est ce qui lui permettra de rebondir sans être immédiatement sacrifié. Une chance qui n'aurait selon lui pas existé avec une autre équipe.

"Je suis chanceux, c'est positif d'avoir le soutien énorme de Mercedes", insiste-t-il. "Même dans les périodes difficiles, ils se souviennent de mon potentiel et de ce que j'ai fait. C'est différent des autres programmes juniors en F1. Mercedes se souvient, ils ne te laissent pas seul, ils continuent de te soutenir et ils croient en ton potentiel. Quand ils te prennent, c'est pour longtemps. C'est l'aspect positif que je vois en ce moment."

"La seule chose que je puisse faire, c'est parler en piste. Je crois que tout le monde est content du travail que j'ai fait [en 2017 et 2018], et c'est la seule chose que je puisse faire. Le reste n'est pas entre mes mains."

Propos recueillis par Scott Mitchell  

partages
commentaires
Vettel : Schumacher serait fier de voir Mick courir

Article précédent

Vettel : Schumacher serait fier de voir Mick courir

Article suivant

Mick Schumacher va confier sa carrière à Nicolas Todt

Mick Schumacher va confier sa carrière à Nicolas Todt
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021