Ocon : Un changement "radical de philosophie, de look" de la Renault

Esteban Ocon assure que l'écurie Renault F1 a changé beaucoup de choses, à commencer par la philosophie de de conception de la R.S.20 qu'il juge radicalement différente des dernières années.

Ocon : Un changement "radical de philosophie, de look" de la Renault

De retour en Formule 1 après une année d'absence, Esteban Ocon débarque au sein d'une écurie Renault au bilan contrasté sur les dernières saisons et qui aura pour objectif de retrouver sa progression sans se fixer de buts trop ambitieux, retenant les leçons d'une campagne 2019 décevante. Malgré cette déception et le sentiment que le Losange est loin de pouvoir rivaliser avec les structures du top 3, le Français arrive avec "un bon état d'esprit", comme il l'a expliqué lors de la conférence pour le lancement de la saison du constructeur d'Enstone et Viry-Châtillon, à Paris ce mercredi.

"Honnêtement je suis excité de revenir. Il se passe quelque chose dans l'équipe qui est intéressant. Déjà il y a beaucoup de changements dans l'équipe depuis que je suis arrivé, tout a changé. Mais surtout c'est la première fois que je vois les ingés course aussi excités, car il y a beaucoup de changements sur la voiture, là vous n'avez rien vu. Vous n'avez pas vu grand-chose de la voiture, juste une couleur. Ce que vous allez voir est assez intéressant, il y a de gros changements. Je pense que l'on est l'une des équipes qui a le plus changé."

Lire aussi :

Beaucoup de changements qui n'ont donc pas encore pu être mesurés puisque Renault n'a dévoilé que des aperçus 3D d'une monoplace avec une livrée quasiment entièrement noire. "Ça fait peut-être quatre ans qu'il n'y a pas eu un changement aussi radical de philosophie de voiture, de look, chez Renault", assure Ocon. "Ils sont assez excités de voir ce que ça va donner, peut-être que ça ne marchera pas, peut-être que ça marchera très bien. Tout ce qu'on voit ce sont les résultats de la soufflerie, mais je fais toujours attention avec ça. Il faut poser la voiture en piste et voir. Mais c'est sûr qu'elle est bien différente. Dire que l'on part de la même base, oui, mais pas vraiment..."

Alain Prost, directeur non exécutif de Renault, a d'ailleurs expliqué : "Pour être vraiment clair, le fait d’avoir une voiture 2019 pas géniale est compliqué car on ne pouvait pas refaire une voiture en 2020 pour en refaire une autre en 2021. Je pense que tout le monde le comprend très bien. Donc c’est une optimisation 2019, une philosophie aéro différente, et pas mal de modifications mécaniques au niveau de la suspension, etc."

"Un domaine dans lequel on ne peut pas juger, c’est ce qu’on appelle la stabilité aéro. L’an dernier, il y a des courses où l’on perdait trois à quatre dixièmes dans certains virages. On n’a jamais pu corriger ça et ce n’est pas chiffrable. Donc on va voir quelle va être la bonne surprise. [Ocon] nous donne pas mal d’infos, des petites choses qui font que l’on avance. Aujourd’hui tout est dans le souci du détail, c’est très important. Il en donnera encore plus quand il mettra les fesses dans la voiture."

Ocon a ramené des choses de "Mercedes, Force India, Manor et du DTM"

Un apport confirmé par Ocon lui-même. "Moi je suis arrivé et j'ai confirmé beaucoup de choses [qui n'allaient pas], et il y a d'autres choses que j'ai rajoutées. L'équipe était sûre que c'était à ces endroits là qu'il fallait progresser. J'ai ramené encore d'autres choses à l'équipe pendant l'hiver et du coup j'étais vraiment impliqué dans le développement de cette voiture. J'espère qu'on aura réussi à faire fonctionner tout ça, et si c'est le cas ça devrait être beaucoup mieux."

"J'ai ramené des choses de mon expérience, pas qu'avec Mercedes, de mon expérience globale techniquement, de ce que j'ai vu dans le passé, avec Force India, avec Manor même si ça peut paraître bizarre, en DTM. Il y a beaucoup de choses que l'on peut ramener. Il y a des choses techniques qui peuvent aider et j'ai donné tout ce que je pouvais, dans des limites raisonnables."

"Ça peut être des choses techniques, beaucoup moins sur l'aspect organisation, car l'équipe a eu beaucoup de changements et ils ont l'air de marcher car la dynamique est très bonne. Quand je suis arrivé après les tests d'Abu Dhabi et qu'on a eu des meetings c'était beaucoup des choses techniques."

Propos recueillis par Léna Buffa  

partages
commentaires
La Renault R.S.20 n'aura sa livrée définitive qu'à Melbourne

Article précédent

La Renault R.S.20 n'aura sa livrée définitive qu'à Melbourne

Article suivant

Hamilton présente un nouveau casque pour 2020

Hamilton présente un nouveau casque pour 2020
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021