Ocon victime d'une "succession de malchance" à Imola

Esteban Ocon a de nouveau subi le manque de fiabilité de sa Renault à Imola, assistant impuissant au deuxième podium de la saison décroché par son coéquipier.

Ocon victime d'une "succession de malchance" à Imola
Charger le lecteur audio

Comme au Nürburgring il y a trois semaines, Renault a décroché un podium en tirant profit à merveille des circonstances de course. Comme au Nürburgring, Esteban Ocon s'est mué en spectateur de la joie de Daniel Ricciardo. À Imola, au lendemain d'une séance de qualifications décevante mais qui lui avait procuré le choix de pneus pour la course, le Français voulait rétablir l'ordre des choses en course, il n'en a pas eu l'occasion. Rien ne s'est vraiment passé comme prévu pour lui, jusqu'au moment où il a dû immobiliser sa R.S.20 non loin de la Variante alta, d'où il a assisté pendant de longs tours au nouvel exploit de son coéquipier, assis sur la monture qui l'avait trahi.

Lire aussi :

Parti en pneus mediums, Ocon aurait pu être l'un de ces pilotes qui ont fait tenir ces gommes plus de la moitié de la course, à l'instar de Kimi Räikkönen. Au lieu de ça, le pilote tricolore a été contraint à un arrêt prématuré en raison d'un tear-off venu se coincer dans une écope de freins. Quelques tours plus tard, il abandonnait en raison de la défaillance de sa boîte de vitesses.

"C’était un week-end difficile dans l’ensemble, avec une succession de malchance", déplore-t-il. "Nous avons eu quelques soucis [dimanche] après-midi. Un tear-off dans une écope de freins nous a poussés à un premier arrêt anticipé pour le retirer, puis nous avons eu un problème de boîte de vitesses. Je suis néanmoins très heureux de ce nouveau podium pour l’équipe et j’adresse toutes mes félicitations à Daniel. C’est très positif pour l’écurie. Nous montons en puissance et la fin de saison ainsi que les prochains mois s’annoncent bien. Nous sommes désormais troisièmes du championnat. Nous savons que nous nous battons pour cela, donc c’est bien de terminer le week-end ainsi."

Une nouvelle fois, Ocon fait preuve d'esprit d'équipe et s'y raccroche pour entrevoir des jours meilleurs. Une semaine après avoir réussi à devancer son coéquipier australien en course, cet abandon est venu mettre un nouveau coup d'arrêt. C'est surtout le troisième en cinq Grands Prix…

"Je voudrais commencer par m’excuser auprès d’Esteban comme il s’agit d’un nouvel abandon dû à un problème technique", ne manque d'ailleurs pas de souligner Cyril Abiteboul, directeur de Renault F1. "Il n’était pas très loin hier [samedi] et il avait pris un bel envol pour être dans le match malgré un arrêt anticipé pour retirer un tear-off d’une écope. Il a ensuite connu un souci causant des problèmes sur sa boîte de vitesses et il a dû abandonner. C’est dommage comme Daniel a montré que le rythme et la compétitivité sont là quand la monoplace est fiable."

partages
commentaires
Toto Wolff a un successeur en tête chez Mercedes
Article précédent

Toto Wolff a un successeur en tête chez Mercedes

Article suivant

Wolff : Hamilton et moi "n'avons pas terminé" l'aventure

Wolff : Hamilton et moi "n'avons pas terminé" l'aventure
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021