Pénalités : Horner craint "l'équivalent des footballeurs qui plongent"

Les pénalités qui ont émaillé le Grand Prix d'Autriche inquiètent Christian Horner, qui redoute un changement de comportement des pilotes pour les provoquer.

Pénalités : Horner craint "l'équivalent des footballeurs qui plongent"

Le Grand Prix d'Autriche a été mouvementé pour la direction de course et les commissaires sportifs, qui ont statué sur plusieurs incidents. Parmi eux, les duels en piste entre Lando Norris et Sergio Pérez, puis entre le même Pérez et Charles Leclerc, sont ceux qui ont le plus fait parler. À chaque fois, ils ont abouti sur une sanction qui a divisé les opinions et les points de vue.

Le premier acte s'est déroulé en tout début de course, lorsque Pérez a tenté de faire l'extérieur à Norris au virage 4 avant d'être contraint de passer dans le bac à gravier. Après enquête, les commissaires ont estimé que le Britannique avait poussé son adversaire hors piste et lui ont infligé une pénalité de cinq secondes, qui lui a probablement coûté la deuxième place à l'arrivée.

En faisant le choix de sanctionner le pilote McLaren, les commissaires ont inévitablement créé un précédent pour la suite de l'épreuve. Ainsi, lorsque Pérez a défendu de la même manière face à Leclerc aux alentours de la mi-course, par deux fois, ils n'ont eu d'autre choix que de lui infliger deux pénalités de cinq secondes, maintenant une certaine cohérence dans leurs décisions.

Aux yeux de Christian Horner, cette approche présente toutefois un risque. Le directeur de Red Bull Racing estime d'ailleurs que Norris n'aurait pas dû être pénalisé après sa manœuvre sur son pilote, et il redoute l'apparition de comportements nouveaux qui verraient les pilotes se jeter à l'extérieur et contraindre un adversaire à les "pousser" hors de la piste pour ensuite obtenir une pénalité.

"On ne veut pas de l'équivalent des footballeurs qui plongent", avance Horner. "Nous devons éviter ça. Je sais que c'est incroyablement difficile, car nous en parlons très souvent, et c'est difficile pour le directeur de course. Mais j'ai eu le sentiment que les incidents que nous avons vus auraient pu être davantage liés à des incidents de course qu'à des incidents méritant des pénalités."

"L'incident entre Checo et Lando, c'est la course. On va à l'extérieur, on prend le risque, particulièrement quand on n'est pas en position d'être devant. Mais je crois que la FIA, après avoir donné cette [première] pénalité, ne pouvait pas ne pas en donner pour quelque chose de très similaire avec Charles. Ces pilotes ont roulé en karting quand ils étaient gamins et ils savent que si l'on va à l'extérieur, on prend un risque, particulièrement si l'on n'est pas devant. Alors oui, je pense que les pénalités étaient un peu sévères et qu'elles vont en quelque sorte à l'encontre de la doctrine 'Laissez-les courir' que nous avons défendue ces dernières années."

Lire aussi :

Un risque à assumer donc, et surtout pas reproché à Pérez, qui tentait dans les premiers tours de s'emparer de la deuxième place face à Norris. Selon son équipe, le Mexicain n'a pas fait preuve d'impatience et savait forcément qu'il devait tenter quelque chose assez vite car prendre le dessus ultérieurement se serait avéré compliqué.

"Il savait que ce serait très dur de doubler Lando, car il était très rapide en ligne droite", souligne Horner. "Il a essayé de faire un dépassement rapidement, et évidemment c'est dommage d'avoir perdu celui qui faisait tampon avec Mercedes à ce stade. Il a ensuite écopé de deux pénalités face à Charles. Mais une fois qu'il a réussi à doubler Daniel [Ricciardo] et qu'il avait la piste libre, il a incroyablement bien piloté."

Chez McLaren, malgré son quatrième podium décroché en Formule 1, Lando Norris n'a pas masqué sa frustration devant la pénalité dont il a écopé. Il semble donc que tous les acteurs partagent le même point de vue sur la sévérité des sanctions, comme le confirme Andreas Seidl, directeur de l'écurie de Woking.

"Je suis également en désaccord avec la pénalité", explique l'Allemand. "C'est au début de la course et, pour reprendre les mots de Michael Masi, on apprend dès le karting que si l'on y va là, on finit dans le gravier. Les voitures étaient côte à côte, je ne crois pas que ça mérite une pénalité. Mais concentrons-nous sur les points positifs : c'étaient une course et un week-end sensationnels pour Lando, ainsi qu'une remontée sensationnelle de Daniel [Ricciardo]."

partages
commentaires
Un "malentendu" entre Vettel et Räikkönen, Aston Martin bredouille

Article précédent

Un "malentendu" entre Vettel et Räikkönen, Aston Martin bredouille

Article suivant

Les notes du Grand Prix d'Autriche 2021

Les notes du Grand Prix d'Autriche 2021
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021