Pas d'alternative aux pénalités moteur sur la grille de départ ?

Pour plusieurs directeurs d'équipe de Formule 1, il n'y a sans doute pas d'alternative viable aux pénalités sur la grille de départ pour sanctionner le dépassement du quota de pièces moteur allouées.

Longtemps sujet de raillerie pour leur complexité et leur nombre parfois démesuré, les pénalités moteurs ont été simplifiées en préambule de la saison 2019. Depuis cette époque et également grâce à la fiabilisation progressive des unités de puissance, ces sanctions ont été moins au cœur des débats. Toutefois, depuis plusieurs courses, cette problématique a fait son retour dans les discussions.

En effet, en raison de divers événements, la saison 2021 a vu les deux rivaux pour le titre, Max Verstappen et Lewis Hamilton, écoper coup sur coup de pénalités pour remplacement d'éléments moteur au-delà du quota autorisé. Plus encore, les écuries Mercedes et Red Bull Racing ont dû changer des pièces de l'unité de puissance de leurs deux monoplaces, la marque à l'étoile devant le faire pour Valtteri Bottas lors de trois des quatre derniers Grands Prix. Dans ce contexte, beaucoup craignent que d'autres pénalités lors de la dernière partie de saison jouent un rôle décisif dans l'attribution du titre pilotes.

Toutefois, pour Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, il serait compliqué et contre-productif de mettre en place un système qui pénaliserait le constructeur mais pas le pilote. "Je pense que le système de pénalités pour les unités de puissance est assez efficace", a-t-il déclaré lorsqu'il a été interrogé sur le sujet par Motorsport.com. "Parce que ce que nous devons éviter, c'est de fabriquer des unités de puissance d'une manière telle qu'elles ne soient au maximum de leurs performances que sur quelques courses."

"Et si vous changez les règles, et que vous dites 'd'accord, il n'y a pas de pénalité sur la grille pour le pilote, mais seulement des points [en moins] pour le constructeur', cela fera simplement que les équipes, si vous êtes dans une lutte pour le championnat pilotes, multiplieront les moteurs sur la voiture [de ce pilote]."

"Je crois que si nous trouvons de bonnes solutions, cela vaudra la peine de les examiner. C'est déroutant pour les nouveaux fans de voir que, indépendamment de la responsabilité du pilote, une pénalité moteur le place en fond de grille, [ou le fasse reculer de] dix ou cinq places. Et ce n'est clairement pas génial, mais je n'ai pas de solutions."

Comme son homologue autrichien, le directeur de l'équipe McLaren, Andreas Seidl, a mis en garde contre le fait que mettre la barre moins haut au niveau des pénalités ou des exigences moteur ne ferait qu'encourager les constructeurs à repousser encore plus les limites de la réglementation.

"Je comprends évidemment qu'il n'est pas idéal d'avoir toutes ces pénalités", a-t-il déclaré, en réponse à Motorsport.com"Mais pour être honnête, je ne vois pas vraiment de solution directe parce que, par exemple, si vous décidez de passer à quatre moteurs au lieu de trois, nous nous retrouverons tous avec cinq moteurs, parce que nous n'aurons alors qu'à faire une rotation [pour couvrir sans problème toute une saison]. En fin de compte, cela montre simplement que toutes les constructeurs se mettent tellement la pression que nous poussons tous la technologie à la limite absolue ou même au-delà, et cela se termine alors par des ennuis ou des problèmes. Pour le moment, il faut simplement l'accepter et faire avec."

Christian Horner, à la tête de Red Bull, qui deviendra officiellement un constructeur de moteurs à part entière à compter de 2022 après la reprise du projet Honda, estime pour sa part que la limite actuelle du nombre d'unités de puissance est trop basse. "Je n'ai jamais été un fan des deux ou des trois moteurs", a-t-il expliqué pour Motorsport.com. "Pour moi, vous finissez de toute façon par en utiliser quatre à peu près dans une saison. C'est donc quelque chose que nous devons envisager pour l'avenir. Je veux dire, il est question de descendre à deux moteurs, ce qui serait une erreur à mon avis. Il faut donc trouver un équilibre raisonnable."

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Jock Clear "surpris" par les performances de Schumacher
Article précédent

Jock Clear "surpris" par les performances de Schumacher

Article suivant

La vieille "astuce" de Mercedes pour améliorer sa vitesse

La vieille "astuce" de Mercedes pour améliorer sa vitesse
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021