Pérez impuissant face à la vitesse de pointe de la Mercedes

S'il a passé les 15 derniers tours du Grand Prix de Mexico à moins de deux secondes et demie de Lewis Hamilton, Sergio Pérez n'a jamais trouvé l'ouverture pour la deuxième place.

Pérez impuissant face à la vitesse de pointe de la Mercedes
Charger le lecteur audio

Sergio Pérez a ravi tout un peuple ce dimanche en montant sur la troisième marche du podium devant son public, mais une pointe de déception subsistait néanmoins pour le Mexicain, qui a échoué à une seconde à peine de la deuxième place occupée par Lewis Hamilton.

Cette bataille s'est peut-être jouée lorsque Hamilton est rentré au stand à la fin du 29e tour, précisément quand Pérez avait l'intention de faire de même afin de tenter l'undercut. Le pilote Red Bull a alors prolongé son relais de onze boucles supplémentaires grâce à sa bonne gestion des gommes, reprenant la piste à dix secondes de la Mercedes mais avec un bien meilleur rythme. Pérez est rapidement remonté et a passé les 15 derniers tours à moins de deux secondes et demie, mais n'est jamais parvenu à porter la moindre attaque ; il n'était de toute façon jamais à moins de sept dixièmes sur la ligne de départ/arrivée, là où se situe la principale opportunité de dépassement avec le DRS.

"C'était vraiment serré", a commenté Pérez à l'issue de la course. "Il y a eu un tour où il était particulièrement crucial de faire l'undercut. Ils sont rentrés au stand dans ce tour-là, alors nous avons fait l'inverse et prolongé notre relais. C'était un peu compliqué avec les retardataires, par ailleurs. Je pense que nous avons tous perdu du temps avec ça. C'était vraiment serré. Dépasser ici est vraiment difficile, compte tenu de la vitesse de pointe [de la Mercedes], ils étaient vraiment compétitifs de ce côté-là. Je n'avais pas l'opportunité [de doubler]. C'est un peu dommage, car je pense que nous avions le rythme pour faire le doublé aujourd'hui."

Malgré ce beau résultat, Pérez est déçu que les qualifications aient échappé à Red Bull face à Mercedes. Avant même que le vétéran et son coéquipier Max Verstappen ne soient gênés par la poussière soulevée par le malheureux Yuki Tsunoda, ils s'étaient avérés plus lents que les Flèches d'Argent dans le premier run de la Q3.

"J'étais très déçu hier, car je trouvais que nous abordions les qualifications sur une belle lancée, ayant fait de bons EL3 et ayant du rythme dans la voiture. Nous prenons beaucoup de plaisir aujourd'hui, mais il nous faut comprendre ce qui a si mal tourné pour nous hier, car tout d'un coup, la situation s'est renversée et Mercedes était une force très compétitive hier. Mais ce qui compte, c'est aujourd'hui. Il reste quatre courses. Ça commence à être vraiment serré", a conclu Pérez, alors qu'un seul point sépare Mercedes de Red Bull Racing au championnat des constructeurs.

Lire aussi :

partages
Une stratégie "complètement mauvaise" a coûté les points à Giovinazzi
Article précédent

Une stratégie "complètement mauvaise" a coûté les points à Giovinazzi

Article suivant

Distancé et en difficulté, Hamilton perd son optimisme

Distancé et en difficulté, Hamilton perd son optimisme
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021