Pérez "a sacrifié une demi-seconde" pour Verstappen

Sergio Pérez a pris la piste en premier pour donner l'aspiration à son coéquipier dans le dernier run de Q3, un sacrifice qui n'a pas été vain.

Pérez "a sacrifié une demi-seconde" pour Verstappen

Ce vendredi au Grand Prix d'Italie, Sergio Pérez a été battu par Max Verstappen en qualifications pour la 13e fois en 14 épreuves cette saison, de surcroît avec le troisième plus grand écart de l'année sur le sec : 0"645. Red Bull est en difficulté sur l'Autodromo Nazionale di Monza, et Pérez a souffert, même s'il espère rebondir lors des Qualifs Sprint puis en course.

Lire aussi :

"Nous étions en difficulté, nous visons manifestement une course solide", commente le Mexicain, neuvième des qualifications. "Nous avons vraiment peu d'appui, nous essayons juste d'optimiser le dimanche. Espérons en être récompensés, gagner des places et remonter le peloton en course sprint. Le long relais a l'air prometteur."

Cependant, le déficit de Pérez est surtout lié à une stratégie de l'écurie Red Bull, qui l'a envoyé en piste en premier dans le dernier run de Q3, sacrifiant sa performance dans le temple de la vitesse afin qu'il donne l'aspiration à son coéquipier. Ce dernier s'est hissé au troisième rang, à quatre dixièmes de Valtteri Bottas et à trois dixièmes de Lewis Hamilton… et surtout avec moins de trois centièmes d'avance sur les McLaren.

"Ce n'était pas le mieux qui soit, mais on sait aussi que ce circuit n'est pas notre meilleur, à cause des longues lignes droites", analyse Verstappen. "Bien sûr, on essaie d'enlever de l'appui. Troisième, c'est bien ; j'étais relativement content quand j'ai entendu que j'étais troisième, en fait, car en EL1 j'avais quelques difficultés quant à l'équilibre. Nous avons bien rebondi. Il aurait été irréaliste d'espérer mieux." Le Néerlandais espère être "un peu plus proche" des Mercedes par la suite mais nuance : "Je ne pense pas que nous puissions les menacer, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver en course. Nous allons juste essayer de maintenir la pression".

Les dirigeants de Red Bull Racing rendent en tout cas hommage à la contribution de Pérez au résultat de Verstappen, à commencer par le directeur d'équipe Christian Horner, qui se félicite que l'écart avec Mercedes soit "divisé par deux" par rapport au GP d'Italie 2020. "Je dois dire que Checo a joué un rôle clé avec son esprit d'équipe aujourd'hui en donnant l'aspiration à son coéquipier et en aidant Max à se mettre dans cette position, car je pense que nous étions vulnérables face aux McLaren", ajoute Horner au micro de Sky Sports F1. "Max est troisième, Checo a probablement sacrifié une demi-seconde. Il aurait donc dû être plus haut qu'il n'est, mais nous étions relativement satisfaits de ce résultat."

"La troisième place était le maximum possible – grâce à Checo, qui a fait un travail fantastique en nous donnant son aspiration", se félicite Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull, auprès de Motorsport.com. "Nous étions à une seconde l'an dernier, maintenant c'est quatre dixièmes, donc c'est une grande amélioration. Nous sommes contents que les McLaren ne nous aient pas eus, car elles sont des voitures très rapides en ligne droite." Encore faudra-t-il leur résister lors des deux courses à venir, la première étant les Qualifs Sprint.

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
Mercedes demandera "probablement" à Bottas de laisser passer Hamilton

Article précédent

Mercedes demandera "probablement" à Bottas de laisser passer Hamilton

Article suivant

Norris : Ne pas être dans le top 3, "c'est nul"

Norris : Ne pas être dans le top 3, "c'est nul"
Charger les commentaires
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021
Pourquoi Alfa Romeo a choisi Bottas comme leader Prime

Pourquoi Alfa Romeo a choisi Bottas comme leader

Valtteri Bottas a beau avoir perdu son baquet chez Mercedes, sa carrière en Formule 1 ne va pas s'arrêter là. La victoire va s'éloigner, mais le Finlandais va pouvoir se dédier à un nouveau projet passionnant où il va prendre de l'envergure : celui d'Alfa Romeo Racing, dont le directeur Frédéric Vasseur nous explique le rôle que va jouer son nouveau pilote.

Formule 1
7 sept. 2021