Souvenez-vous !
Dossier

Souvenez-vous !

C'était un 30 avril : la mort de Roland Ratzenberger

Le 30 avril 1994, Roland Ratzenberger se tuait dans un accident lors des qualifications du Grand Prix de Saint-Marin, au cœur d'un week-end noir pour la Formule 1.

C'était un 30 avril : la mort de Roland Ratzenberger

La veille, il y avait eu un premier avertissement. Le lendemain, il y aura la déflagration mondiale. Entre les deux, le samedi 30 avril 1994, Roland Ratzenberger perd la vie lors des qualifications à Imola.

Lire aussi :

L'Autrichien, sorti de piste quelques instants plus tôt à Acque Minerale, a légèrement abîmé l'aileron avant de sa Simtek S941 sur un des conséquents vibreurs de la chicane. Il ne s'en aperçoit pas, malgré quelques zigzags effectués ensuite pour vérifier que tout va bien. Il ne rentre donc pas au stand pour faire vérifier sa monoplace et préfère se relancer dans un tour, lui qui n'a pas encore réussi à déloger la Pacific de Bertrand Gachot de la dernière place sur la grille alors que la fin de séance approche.

À la sortie de la ligne droite qui suit le virage de Tamburello, alors qu'il roule à plus de 300 km/h et que les contraintes aérodynamiques sont au maximum, l'aileron cède et la monoplace passe par dessus. Incontrôlable, elle tire droit dans le mur de béton situé à l'extérieur du virage Gilles Villeneuve. Le choc est effroyable et ne lui laisse aucune chance.

Cliquez sur les flèches ci-dessous pour passer d'une photo à l'autre.

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
1/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941, David Brabham
Roland Ratzenberger, Simtek S941, David Brabham
2/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
3/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
4/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
5/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
6/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
7/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek
Roland Ratzenberger, Simtek
8/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
9/19

Photo de: LAT Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941 Ford
Roland Ratzenberger, Simtek S941 Ford
10/19

Photo de: LAT Images

Roland Ratzenberger, Simtek, discute avec son ingénieur de course Humphrey Corbett
Roland Ratzenberger, Simtek, discute avec son ingénieur de course Humphrey Corbett
11/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
12/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
13/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
14/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
15/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
16/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
17/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Roland Ratzenberger, Simtek S941
Roland Ratzenberger, Simtek S941
18/19

Photo de: Sutton Motorsport Images

Ayrton Senna, Williams FW16, Roland Ratzenberger, Simtek S941
Ayrton Senna, Williams FW16, Roland Ratzenberger, Simtek S941
19/19

Photo de: LAT Images

Éclectique Ratzenberger 

Alors âgé de 33 ans, Ratzenberger a beau être un novice en Formule 1, sa carrière en sports mécaniques est déjà très complète. Vainqueur des championnats autrichien et d'Europe centrale de Formule Ford en 1985, il terminera également second de la catégorie en Allemagne et remportera en 1986 le prestigieux Formula Ford Festival de Brands Hatch.

En 1987, en plus d'une première incursion en F3 britannique (il terminera 12e du classement, comme en 1988), il prendra part au Championnat du monde des voitures de tourisme, qui ne durera alors qu'une seule saison avant de connaître une résurgence au milieu des années 2000. À l'époque, les courses sont plus proches de l'Endurance que du sprint. Et dans cet exercice, Ratzenberger se montre à son aise, avec deux secondes places et un dixième rang final chez les pilotes, ce qui finit de le classer parmi les pilotes polyvalents capables d'être performants dans beaucoup de catégories.

Lire aussi :

En plus d'une troisième place en F3000 britannique en 1989, avec une victoire au compteur, il mettra pleinement le doigt dans l'engrenage de l'Endurance en participant à ses premières 24 Heures du Mans. Il sera présent sans discontinuer jusqu'en 1993, année de son meilleur résultat avec une cinquième place globale et surtout une victoire en catégorie C2, au volant d'une Toyota 93C-V partagée avec Mauro Martini et Naoki Nagasaka.

Il va, au début des années 1990, concentrer sa carrière sur le Japon avec deux victoires en 1990-1991 en championnat japonais de prototypes et deux septièmes places finales en Championnat japonais de tourisme. En 1992, il revient à la F3000, toujours au Japon, remportant notamment deux courses et terminant septième du classement, devant son équipier et ami Eddie Irvine.

Cette année-là, lors d'un test à Fuji, il portera secours à l'un de ses concurrents, Anthony Reid, dont l'accident est si violent que l'impact lui enlève le casque. Si les blessures du pilote sont impressionnantes, avec un visage ruisselant de sang, elles sont fort heureusement superficielles mais les commissaires sont tétanisés et c'est Ratzenberger qui doit alors organiser les secours. Cette inaction le révoltera tellement qu'il aidera un journaliste nippon à écrire un article de presse sur la sécurité défaillante de la piste.

Cliquez sur les flèches ci-dessous pour passer d'une photo à l'autre.

Team Davey Porsche 962C : Tim Lee-Davey, Tom Dodd-Noble, Katsunori Iketani ; Brun Motorsport Porsche 962C : Walter Lechner, Roland Ratzenberger, Maurizio Sala
Team Davey Porsche 962C : Tim Lee-Davey, Tom Dodd-Noble, Katsunori Iketani ; Brun Motorsport Porsche 962C : Walter Lechner, Roland Ratzenberger, Maurizio Sala
1/4

Photo de: Patrick Martinoli

SARD Toyota 93C : Roland Ratzenberger, Mauro Martini, Naoki Nagasaka
SARD Toyota 93C : Roland Ratzenberger, Mauro Martini, Naoki Nagasaka
2/4

Photo de: Jean-Philippe Legrand

SARD Toyota 93C : Roland Ratzenberger, Mauro Martini, Naoki Nagasaka
SARD Toyota 93C : Roland Ratzenberger, Mauro Martini, Naoki Nagasaka
3/4

Photo de: Jean-Philippe Legrand

#22 SARD Toyota 93C-V: Roland Ratzenberger, Mauro Martini, Naoki Nagasaka
#22 SARD Toyota 93C-V: Roland Ratzenberger, Mauro Martini, Naoki Nagasaka
4/4

Photo de: LAT Images

Enfin la F1

Onzième du même championnat en 1993, il verra Irvine faire ses débuts en F1 avant de rejoindre l'élite à son tour la saison suivante. Quelques jours avant le début de saison 1994, son agent Barbara Behlau lui décrochera un baquet dans la toute nouvelle équipe Simtek, pour cinq Grands Prix (sauf s'il trouve le financement nécessaire pour aller plus loin). Après 33 ans d'attente, serait-on tenté de dire.

Après avoir échoué à se qualifier au Brésil, la faute à des problèmes mécaniques en essais libres et à la pluie lors de la dernière séance de qualifications, il parviendra à se hisser sur la grille sur la piste japonaise d'Aida, théâtre de l'éphémère Grand Prix du Pacifique, où il est le seul concurrent du paddock à avoir déjà roulé. Il terminera la course au 11e rang, à cinq tours. Ce sera son seul départ en discipline reine.

Après sa mort, Simtek courra le reste de la saison avec l'inscription "For Roland" ("Pour Roland") sur la boîte à air de ses voitures. Lors de l'édition 1994 des 24 Heures du Mans, c'est Eddie Irvine qui le remplacera au sein de l'équipe SARD Toyota mais le nom de l'Autrichien restera marqué sur les flancs de la 94C-V qui franchira la ligne d'arrivée de l'épreuve mancelle en seconde position.

Simtek S941
partages
commentaires
Pour Wolff, les 4 doublés de Mercedes sont "flatteurs"

Article précédent

Pour Wolff, les 4 doublés de Mercedes sont "flatteurs"

Article suivant

Moteur : Renault sera "au niveau de Mercedes" d'ici la fin de l'année

Moteur : Renault sera "au niveau de Mercedes" d'ici la fin de l'année
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021