Comment Red Bull a mené les commissaires à pénaliser Hamilton

Il est extrêmement rare que les commissaires de Formule 1 reviennent sur une décision, mais c'est bien ce qui s'est passé au Grand Prix d'Autriche.

Comment Red Bull a mené les commissaires à pénaliser Hamilton

À l'issue des qualifications sur le circuit du Red Bull Ring, Lewis Hamilton avait fait l'objet d'une enquête des commissaires pour ne pas avoir ralenti suffisamment sous drapeau jaune lorsque son coéquipier Valtteri Bottas était sorti de piste. Le pilote Mercedes s'était défendu en expliquant avoir vu certes des drapeaux jaunes mais aussi un panneau lumineux vert ; il avait ainsi été innocenté. Or, le lendemain, Hamilton a été convoqué à nouveau, et une pénalité de trois places sur la grille lui a été infligée moins d'une heure avant le départ du Grand Prix. Que s'est-il passé entretemps pour mener à un tel retournement de situation ?

Lire aussi :

Il se trouve que samedi soir, le compte Twitter de la F1 a publié une vidéo de l'incident, d'abord avec une vue extérieure de la monoplace de Hamilton mais ensuite avec une caméra embarquée à 360°. En l'occurrence, le montage vidéo s'attardait tout particulièrement sur un panneau lumineux jaune qui clignotait au moment du passage de Hamilton, qui a fait son meilleur temps dans ce tour-là. Le dimanche matin, Jonathan Wheatley (team manager Red Bull) a contacté les commissaires pour savoir s'ils avaient consulté les images de cette caméra.

"On nous a signalé sur les réseaux sociaux qu'il y avait un angle de caméra différent, la caméra à 360°", explique Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, interrogé par Motorsport.com"Elle montrait très clairement qu'il y avait un panneau lumineux jaune, à côté duquel il était passé. Cela semblait correspondre à Mexico [où Verstappen avait reçu une pénalité pour une infraction similaire en 2019, ndlr]. Nous avons donc demandé à la FIA d'y jeter un nouveau coup d'œil. Ils ont dit qu'ils n'avaient jamais vu ces images. Pour quelque raison que ce soit, ils n'y avaient pas accès ou n'avaient pas regardé cette caméra. Une fois qu'ils l'ont fait, la décision a été très simple pour eux."

En réalité, les commissaires n'avaient pu consulter les images d'aucune caméra embarquée avant de rendre leur premier verdict, une information confirmée par le directeur de course Michael Masi. "Ce n'est que très tard que Red Bull nous a informés qu'il y avait une vidéo à 360°, qu'il y avait de nouveaux éléments. Nous ne savions pas que ceux-ci existaient, à vrai dire. Et nous avons beaucoup de chance que le droit de réexamen ait été inclus dans le Code sportif international il y a quelques années." Le CSI indique effectivement que les commissaires peuvent réévaluer leur décision si l'une des parties concernées ou affectées par la décision, ou le Secrétaire Général du Sport de la FIA, le demande, à condition qu'un nouvel élément "significatif et pertinent" ait été découvert depuis le verdict original. La vidéo de la caméra 360° entrait parfaitement dans ce cadre.

Michael Masi, directeur de course

Masi tient toutefois à clarifier la situation : "Je pense que les bons mots n'ont pas été utilisés. Ce n'était pas une réclamation de Red Bull, c'est une question qu'ils ont posée : 'Est-ce un nouvel élément significatif ?'. C'est pourquoi il y a eu deux décisions différentes. Les commissaires ont déterminé que s'ils avaient eu ces images [samedi], ils auraient pris la même décision qu'avant la course."

Masi explique également le fait que les images de cette caméra n'aient pas été mises à la disposition des commissaires immédiatement. "C'est quelque chose dont nous avons discuté [dimanche après-midi] avec Formula One Management. Ce n'est pas quelque chose qui est disponible en direct, en raison de la bande passante. Il faut télécharger la vidéo, la traiter, etc."

Le timing était particulièrement inhabituel, puisque la nouvelle enquête a été officialisée à 13h33, tandis que la pénalité n'a été confirmée qu'à 14h29, avec le départ du tour de formation prévu à 15h10. Or, les directives liées à la pandémie de COVID-19, imposent à la mise en grille de commencer une demi-heure plus tôt que d'habitude ; ainsi, lorsque Red Bull a installé Max Verstappen à la deuxième position et Mercedes a placé Lewis Hamilton à la cinquième, il était déjà clair qu'une pénalité allait lui être infligée, même si ce n'était pas encore officiel. "Il fallait que Mercedes ait une audience et soit entendu, que l'on suive le processus."

Dans leur décision finale, les commissaires ont indiqué : "Les nouvelles images vidéo montrent clairement qu'un panneau lumineux jaune clignotait sur le côté gauche de la piste au virage 5. Un panneau lumineux vert clignotait à la fin du secteur de commissaires numéro 9. Prenant ces faits en compte, les commissaires annulent la décision 33 et imposent la pénalité susmentionnée."

C'était moins une pour Red Bull, qui pouvait s'estimer heureux que la vidéo soit découverte à temps pour faire la différence ; Verstappen et Albon ont chacun gagné une place sur la grille, grâce au recul de trois positions pour Hamilton. Ce dernier a fini quatrième, quand les deux Red Bull n'ont pas eu de réussite et ont été contraintes à l'abandon... Albon s'accrochant notamment avec Hamilton.

Lire aussi :

Avec Adam Cooper et Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé

Article précédent

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé

Article suivant

McLaren espère un gain de performance malgré les restrictions en 2021

McLaren espère un gain de performance malgré les restrictions en 2021
Charger les commentaires
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021