Comment Red Bull a mené les commissaires à pénaliser Hamilton

Il est extrêmement rare que les commissaires de Formule 1 reviennent sur une décision, mais c'est bien ce qui s'est passé au Grand Prix d'Autriche.

Comment Red Bull a mené les commissaires à pénaliser Hamilton

À l'issue des qualifications sur le circuit du Red Bull Ring, Lewis Hamilton avait fait l'objet d'une enquête des commissaires pour ne pas avoir ralenti suffisamment sous drapeau jaune lorsque son coéquipier Valtteri Bottas était sorti de piste. Le pilote Mercedes s'était défendu en expliquant avoir vu certes des drapeaux jaunes mais aussi un panneau lumineux vert ; il avait ainsi été innocenté. Or, le lendemain, Hamilton a été convoqué à nouveau, et une pénalité de trois places sur la grille lui a été infligée moins d'une heure avant le départ du Grand Prix. Que s'est-il passé entretemps pour mener à un tel retournement de situation ?

Lire aussi :

Il se trouve que samedi soir, le compte Twitter de la F1 a publié une vidéo de l'incident, d'abord avec une vue extérieure de la monoplace de Hamilton mais ensuite avec une caméra embarquée à 360°. En l'occurrence, le montage vidéo s'attardait tout particulièrement sur un panneau lumineux jaune qui clignotait au moment du passage de Hamilton, qui a fait son meilleur temps dans ce tour-là. Le dimanche matin, Jonathan Wheatley (team manager Red Bull) a contacté les commissaires pour savoir s'ils avaient consulté les images de cette caméra.

"On nous a signalé sur les réseaux sociaux qu'il y avait un angle de caméra différent, la caméra à 360°", explique Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, interrogé par Motorsport.com"Elle montrait très clairement qu'il y avait un panneau lumineux jaune, à côté duquel il était passé. Cela semblait correspondre à Mexico [où Verstappen avait reçu une pénalité pour une infraction similaire en 2019, ndlr]. Nous avons donc demandé à la FIA d'y jeter un nouveau coup d'œil. Ils ont dit qu'ils n'avaient jamais vu ces images. Pour quelque raison que ce soit, ils n'y avaient pas accès ou n'avaient pas regardé cette caméra. Une fois qu'ils l'ont fait, la décision a été très simple pour eux."

En réalité, les commissaires n'avaient pu consulter les images d'aucune caméra embarquée avant de rendre leur premier verdict, une information confirmée par le directeur de course Michael Masi. "Ce n'est que très tard que Red Bull nous a informés qu'il y avait une vidéo à 360°, qu'il y avait de nouveaux éléments. Nous ne savions pas que ceux-ci existaient, à vrai dire. Et nous avons beaucoup de chance que le droit de réexamen ait été inclus dans le Code sportif international il y a quelques années." Le CSI indique effectivement que les commissaires peuvent réévaluer leur décision si l'une des parties concernées ou affectées par la décision, ou le Secrétaire Général du Sport de la FIA, le demande, à condition qu'un nouvel élément "significatif et pertinent" ait été découvert depuis le verdict original. La vidéo de la caméra 360° entrait parfaitement dans ce cadre.

Michael Masi, directeur de course

Masi tient toutefois à clarifier la situation : "Je pense que les bons mots n'ont pas été utilisés. Ce n'était pas une réclamation de Red Bull, c'est une question qu'ils ont posée : 'Est-ce un nouvel élément significatif ?'. C'est pourquoi il y a eu deux décisions différentes. Les commissaires ont déterminé que s'ils avaient eu ces images [samedi], ils auraient pris la même décision qu'avant la course."

Masi explique également le fait que les images de cette caméra n'aient pas été mises à la disposition des commissaires immédiatement. "C'est quelque chose dont nous avons discuté [dimanche après-midi] avec Formula One Management. Ce n'est pas quelque chose qui est disponible en direct, en raison de la bande passante. Il faut télécharger la vidéo, la traiter, etc."

Le timing était particulièrement inhabituel, puisque la nouvelle enquête a été officialisée à 13h33, tandis que la pénalité n'a été confirmée qu'à 14h29, avec le départ du tour de formation prévu à 15h10. Or, les directives liées à la pandémie de COVID-19, imposent à la mise en grille de commencer une demi-heure plus tôt que d'habitude ; ainsi, lorsque Red Bull a installé Max Verstappen à la deuxième position et Mercedes a placé Lewis Hamilton à la cinquième, il était déjà clair qu'une pénalité allait lui être infligée, même si ce n'était pas encore officiel. "Il fallait que Mercedes ait une audience et soit entendu, que l'on suive le processus."

Dans leur décision finale, les commissaires ont indiqué : "Les nouvelles images vidéo montrent clairement qu'un panneau lumineux jaune clignotait sur le côté gauche de la piste au virage 5. Un panneau lumineux vert clignotait à la fin du secteur de commissaires numéro 9. Prenant ces faits en compte, les commissaires annulent la décision 33 et imposent la pénalité susmentionnée."

C'était moins une pour Red Bull, qui pouvait s'estimer heureux que la vidéo soit découverte à temps pour faire la différence ; Verstappen et Albon ont chacun gagné une place sur la grille, grâce au recul de trois positions pour Hamilton. Ce dernier a fini quatrième, quand les deux Red Bull n'ont pas eu de réussite et ont été contraintes à l'abandon... Albon s'accrochant notamment avec Hamilton.

Lire aussi :

Avec Adam Cooper et Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé

Article précédent

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé

Article suivant

McLaren espère un gain de performance malgré les restrictions en 2021

McLaren espère un gain de performance malgré les restrictions en 2021
Charger les commentaires
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021