Réactions
Formule 1 GP d'Azerbaïdjan

Red Bull craint plus Ferrari sur un tour qu'en course

Devancés par la Ferrari de Charles Leclerc à l'issue de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix d'Azerbaïdjan, les pilotes Red Bull ont fait part de leurs craintes pour les qualifications mais se sont montrés plus optimistes pour la course.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB18

Si Red Bull a commencé la première journée de roulage en Azerbaïdjan en tête, l'équipe autrichienne a vu Ferrari lui passer devant en fin d'après-midi. Ni Sergio Pérez ni Max Verstappen n'ont été en mesure de tourner plus vite que Charles Leclerc, détenteur du meilleur temps dans la deuxième séance avec plus de deux dixièmes d'avance sur les hommes en bleu.

Bien que la vitesse de pointe de Red Bull lui a permis d'avoir l'avantage dans les secteurs 1 et 3, Ferrari a refait tout son retard et même pris un peu d'avance dans le secteur 2, qui est majoritairement composé de virages à 90 degrés lents. "Nous avons du pain sur la planche, les Ferrari ont l'air performantes, surtout dans le deuxième secteur, dans les virages. Nous devons trouver quelque chose pour être dans le match demain", a commenté Pérez.

Verstappen a dressé un constat similaire, même si le Néerlandais a estimé que l'écart entre les deux équipes se réduisait sur le rythme en course : "On dirait que Ferrari est encore une fois très rapide sur un tour, sur les longs relais ça a l'air d'être plus équilibré."

Sergio Pérez, Red Bull Racing RB18

Sergio Pérez, Red Bull Racing RB18

Cette baisse de forme entre les deux séances d'essais, Pérez l'a justifiée en expliquant que l'équipe avait fait de mauvais choix dans les réglages. "Les EL2 ne se sont pas déroulés aussi bien que nous l'aurions souhaité", a-t-il déploré Pérez. "Nous avons probablement pris une mauvaise direction, on explorait et ça ne marchait pas, donc nous n'avons pas été en mesure de résoudre nos problèmes. Mais nous avons [recueilli] de bonnes données avec les pneus [mediums et tendres] sur les longs relais, c'était l'inverse avec Max à cet égard."

Un volet de DRS instable en EL1 a condamné Verstappen à rester au garage durant les dix premières minutes de la deuxième séance pour des vérifications supplémentaires. La séquence du Néerlandais, déjà décalée, a ensuite été davantage perturbée par un tour chrono avorté en raison d'un drapeau jaune provoqué par son coéquipier.

En conséquence, Verstappen n'a pu boucler que trois tours en fin de séance dans le cadre de sa simulation de course. Mais en dépit de ce petit kilométrage, le Champion du monde en titre ne s'est pas inquiété pour la suite de son week-end.

"J'étais aussi un peu [en difficulté] en EL1", a-t-il noté. "Je ne pense pas que cela aura beaucoup d'importance. On se fait une petite idée [avec les simulations], bien sûr on ne connaît pas la dégradation complète du pneu mais je pense que nous avons suffisamment d'informations pour savoir quelle direction prendre avec les pneus."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Gasly se voit dans la lutte avec Mercedes, McLaren et Alpine
Article suivant Hamilton testait une solution "expérimentale mais pas géniale" en EL2

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France