Red Bull a craint que Schumacher coûte la victoire à Verstappen

Red Bull a eu peur que le peu coopératif Mick Schumacher ne coûte la victoire à Max Verstappen dans les derniers instants du Grand Prix des États-Unis 2021 de F1.

Sous la pression de Lewis Hamilton dans les ultimes tours de course, Max Verstappen s'est retrouvé avec un retardataire devant lui, la Haas de Mick Schumacher. Ce dernier, au lieu de s'écarter tôt de la trajectoire des leaders, a attendu le bout droit précédant le tout dernier virage de l'avant-dernière boucle pour sortir de la trajectoire, perturbant alors légèrement le flux d'air de la RB16B dans le crucial triple droit et permettant à la Mercedes de se rapprocher un peu plus au moment d'entamer le dernier tour.

Finalement, toutefois, en s'écartant aussi tard, Schumacher a aussi offert au Néerlandais une possibilité d'ouvrir son DRS dans la ligne droite de départ/arrivée, ce qui a eu pour conséquence de le mettre à l'abri de Hamilton. Le directeur de l'écurie autrichienne, Christian Horner, a déclaré que ce moment de la course lui avait fait craindre que Verstappen ne perde un terrain précieux sur son rival et le place dans la situation de pouvoir être dépassé.

"Il est très difficile de prendre en compte les retardataires dans votre stratégie. Nous avons perdu beaucoup de temps derrière Yuki [Tsunoda] et Mick Schumacher nous a coûté cher dans les deux derniers tours. Je pensais que ça allait nous coûter la victoire, parce qu'il a retenu Max pendant tout le dernier secteur. Heureusement, nous avons récupéré le DRS sur la ligne droite de départ/arrivée, ce qui a permis à Max de respirer un peu avant le premier virage. Mais ça a clairement ajouté au stress sur le muret des stands."

Le moment inquiétant avec Schumacher est survenu alors que Red Bull Racing avait opté pour une stratégie agressive en s'arrêtant tôt pour des pneus neufs, lorsque Verstappen s'est retrouvé coincé derrière Hamilton en début de course. Horner a déclaré que cette décision était motivée par le risque que Verstappen abîme ses pneus arrière en restant dans le sillage du septuple Champion du monde.

"Je pense que nous étions plus rapides sur le medium et Max pouvait voir que Lewis glissait beaucoup. Nous risquions de surchauffer nos propres pneus et nous étions un peu coincés, alors nous avons décidé de prendre un pari et d'aller trouver un peu d'air libre. Cela allait ensuite nous mettre sous pression en fin de course."

"Il était inévitable que Mercedes allonge le relais, mais nous avons pu les pousser à rentrer tôt lors du premier relais en faisant s'arrêter Checo [Sergio Pérez] aussi. Mais bien sûr, ils ont ensuite eu la possibilité d'aller plus loin dans le relais intermédiaire, ce qui leur a donné un avantage de huit tours en pneus jusqu'à la fin de la course."

"Mais Max a fait un travail fantastique en gérant la dégradation et en ayant assez de pneus arrière pour ces cinq derniers tours cruciaux quand Lewis se rapprochait. Quelle performance phénoménale de sa part."

Lire aussi :

partages
commentaires
Appui-tête détaché, chaleur : le calvaire de Mazepin
Article précédent

Appui-tête détaché, chaleur : le calvaire de Mazepin

Article suivant

Gasly : après la frayeur du capteur, la destruction de la suspension

Gasly : après la frayeur du capteur, la destruction de la suspension
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021