Souvenez-vous !
Dossier

Souvenez-vous !

Rétro 1959 - Cooper et la fin des voitures à moteurs avant

Avant l’arrivée de la petite Cooper T51, toutes les monoplaces de Formule 1 étaient propulsées par des moteurs avant.

Rétro 1959 - Cooper et la fin des voitures à moteurs avant

Au début des années 60, la CSI (Commission sportive internationale) juge les voitures de Grand Prix de l’époque trop puissantes et excessivement rapides. Une réduction significative de la cylindrée des moteurs est donc votée. Ce changement de la réglementation technique incite certains constructeurs à bien réfléchir à ce que sera la Formule 1 à venir. Charles Cooper, un visionnaire, est l'un de ces constructeurs.

L’entreprise Cooper Car Company fut fondée en décembre 1947 par Charles Cooper et son fils, John. Les premières voitures produites furent des Formule 3 à moteur de moto JAP. Puis, les Cooper se son lancés en F1. Sachant que les bolides de Grand Prix allaient être propulsés par des moteurs relativement peu puissants, les Cooper ont vite compris que le poids, l’aérodynamique et la maniabilité des monoplaces allaient désormais jouer un rôle majeur.

Lire aussi :

Les Cooper et leur designer, Owen Maddock, produisent la T51 : une voiture de F1 toute petite, légère, agile et surtout dotée d’un moteur en position centrale-arrière. "Sacrilège !" clament les puristes, car cette T51 est bien l'une des premières F1 aboutie à ne pas être propulsée par un moteur placé à l’avant.

Boulonner le moteur à l’arrière élimine le besoin de faire passer un arbre primaire sous le siège du pilote qui peut désormais être descendu, ce qui abaisse le centre de gravité. Un moteur arrière permet aussi de réduire la surface frontale de la voiture, ce qui résulte en une meilleure pénétration dans l’air et moins de traînée.

La T51 possède un cadre de châssis en treillis de tubes d’acier courbés (un exploit technique) et est habillée d’une carrosserie fort simple. Le moteur est boulonné juste derrière le pilote. L’essence est logée dans deux réservoirs latéraux situés de part et d’autre du châssis. Ainsi, au fur et à mesure que les réservoirs se vident de leur contenu, le comportement de la voiture varie peu.

La suspension arrière demeure archaïque avec des ressorts à lames tandis qu’à l’avant, on retrouve un peu de modernisme avec des triangles qui activent des ressorts et des amortisseurs.

Le moteur est un Coventry Climax FWA d’une cylindrée de 2,5 litres, spécialement destiné à être installé à l’arrière du châssis et connecté directement à la boîte de vitesses. Ce quatre cylindres développe 240 chevaux à 6750 tours/minute.

Tony Brooks, Ferrari Dino 246 devant Stirling Moss, Cooper T51 Climax
Tony Brooks, Ferrari Dino 246 devant Stirling Moss, Cooper T51 Climax
1/9

Photo de: LAT Images

Maurice Trintignant, Cooper T51-Climax, devant Stirling Moss, BRM P25, et Bruce McLaren, Cooper T45-Climax
Maurice Trintignant, Cooper T51-Climax, devant Stirling Moss, BRM P25, et Bruce McLaren, Cooper T45-Climax
2/9

Photo de: LAT Images

Stirling Moss, Cooper-Climax
Stirling Moss, Cooper-Climax
3/9

Photo de: LAT Images

Jack Brabham, Cooper T51-Climax
Jack Brabham, Cooper T51-Climax
4/9

Photo de: LAT Images

Jack Brabham (n°8) monte dans sa Cooper-Climax sur la première ligne de la grille
Jack Brabham (n°8) monte dans sa Cooper-Climax sur la première ligne de la grille
5/9

Photo de: Hazel PR

Jack Brabham, Cooper T51-Climax, devant Bruce McLaren, Cooper T45-Climax
Jack Brabham, Cooper T51-Climax, devant Bruce McLaren, Cooper T45-Climax
6/9

Photo de: LAT Images

Jack Brabham pousse sa Cooper-Climax lors du dernier tour
Jack Brabham pousse sa Cooper-Climax lors du dernier tour
7/9

Photo de: Hazel PR

Jack Brabham fait une pause après avoir poussé sa Cooper-Climax sur plus de 500m jusqu'à la ligne d'arrivée
Jack Brabham fait une pause après avoir poussé sa Cooper-Climax sur plus de 500m jusqu'à la ligne d'arrivée
8/9

Photo de: Hazel PR

Jack Brabham
Jack Brabham
9/9

Photo de: Hazel PR

Jack Brabham vers le titre mondial

Pour la saison 1959, l'écurie officielle Cooper engage des T51 pour Jack Brabham, Bruce McLaren, Masten Gregory et Giorgio Scarlatti. Une autre écurie majeure, le R.R.C. Walker Racing Team, fait aussi rouler des T51, dont une confiée au redoutable Stirling Moss.

La petite T51 est admirablement à l’aise dans les rues de Monaco en début de saison et Jack Brabham la mène à la victoire. L’Australien termine second au Pays-Bas, troisième en France, premier en Grande-Bretagne avant de connaître deux abandons successifs.

Il décroche la troisième place en Italie et occupe la tête du classement quand la F1 va disputer le dernier Grand Prix de saison, celui des États-Unis à Sebring.

Lire aussi :

Tout marche sur des roulettes pour Brabham qui mène la course jusqu’au dernier tour quand sa Cooper tombe en panne sèche ! Il s’extrait du cockpit et s’empresse de la pousser sur une distance de quelque 500 mètres pour enfin croiser l’arrivée en quatrième place ; un résultat suffisant pour lui procurer le titre mondial.

Puis, la révolution du moteur central-arrière est en marche. Tous les constructeurs s’y mettent graduellement. Phil Hill sera le dernier pilote à gagner un Grand Prix aux commandes d’une voiture à moteur avant. Il réalise cette dernière performance aux commandes d’une Ferrari D246 sur le circuit de Monza en Italie en septembre 1960.

Vingt-quatre mois après les débuts de la Cooper T51, toutes les voitures de F1 étaient dotées d’un moteur central-arrière.

partages
commentaires
Herbert conseille à Gasly d'être "à un ou deux dixièmes de Verstappen"

Article précédent

Herbert conseille à Gasly d'être "à un ou deux dixièmes de Verstappen"

Article suivant

Steiner ne comprend pas la mauvaise réputation de Magnussen

Steiner ne comprend pas la mauvaise réputation de Magnussen
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021