Formule 1
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
50 jours
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
63 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
85 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
99 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
106 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
120 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
134 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
162 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
169 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
183 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
190 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
203 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
225 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
239 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
253 jours

Revenus : premiers bénéfices en trois ans pour la F1

partages
commentaires
Revenus : premiers bénéfices en trois ans pour la F1
Par :
27 févr. 2020 à 11:00

Le Formula One Group, promoteur de la F1, a réalisé en 2019 un bénéfice annuel pour la première fois en trois ans, d'après les résultats financiers publiés par Liberty Media.

Le revenu global de la F1 est passé de 1827 millions de dollars en 2018 à 2022 millions de dollars l'année dernière. Après avoir enregistré des pertes de 37 millions de dollars en 2017 et de 68 millions de dollars en 2018, le groupe a réalisé en 2019 un bénéfice de 17 millions de dollars. Un signe intéressant pour tous les acteurs de la discipline, alors que se négocient les Accords Concorde de 2021 liant les équipes à la discipline.

En cumulé, les équipes avaient gagné 966 M$ en 2016, qui sont tombés à 919 M$ en 2017 puis à 913 M$ en 2018. En 2019, elles se sont partagé un pactole de 1012 M$. L'amélioration des performances de la F1 est due à l'augmentation des revenus de base provenant des droits de diffusion (+38%), du sponsoring (+15%) et des droits d'organisation des courses (+30%), bien que ce dernier élément ait en fait été moins performant en 2019.

Lire aussi :

"Les revenus de diffusion ont augmenté au quatrième trimestre et sur l'ensemble de l'année en raison de l'augmentation des taux contractuels […]", décrit Liberty Media au sujet de ses performances commerciales. "Les revenus issus de la publicité et du sponsoring sont restés relativement stables au quatrième trimestre et ont augmenté sur l'ensemble de l'année grâce aux revenus provenant de nouveaux accords de partenariats. La croissance de ces sources de revenus compense en partie une baisse des revenus de la promotion des courses au quatrième trimestre et sur l'ensemble de l'année."

D'après Liberty Media, la raison pour laquelle son activité de promoteur de Grand Prix n'a pas été aussi bénéficiaire que l'an dernier est liée au fait que "les taux de change en vigueur" n'ont pas favorisé les affaires et que "le renouvellement de deux contrats" avec des circuits – sans les nommer – a été fait dans des conditions favorables à ces derniers au lieu de rechercher le profit absolu.

Lire aussi :

Liberty Media indique que ses revenus liés notamment aux médias numériques ont augmenté de manière notable. "Les autres revenus de la F1 ont augmenté au quatrième trimestre et sur l'ensemble de l'année 2019 grâce à la hausse des revenus des médias numériques, à l'augmentation de la fréquentation du Paddock Club, à l'augmentation des revenus provenant d'autres activités événementielles et à la hausse des ventes de merchandising." La vente de pièces détachées et l'exploitation des plateaux F2 et F3 apparaissent aussi comme une source de revenus pour le Formula One Group.

Article suivant
Technique - Ce que l'on a vu à Barcelone cette semaine

Article précédent

Technique - Ce que l'on a vu à Barcelone cette semaine

Article suivant

Barcelone, J5 - Vettel premier, du monde dans les graviers

Barcelone, J5 - Vettel premier, du monde dans les graviers
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Guillaume Navarro