Ricciardo a endommagé son fond plat sur un vibreur

McLaren a connu des qualifications décevantes à Djeddah, la faute à un tracé moins favorable que prévu et à des dégâts subis par Daniel Ricciardo.

Ricciardo a endommagé son fond plat sur un vibreur

Si les espoirs de McLaren d'atteindre la troisième place du championnat des constructeurs sont maigres, avec 39,5 points de retard sur Ferrari avant le Grand Prix d'Arabie saoudite, ils sont d'autant plus amoindris à l'issue des qualifications de Djeddah. Si Carlos Sainz a connu une déconvenue majeure avec une perte de contrôle et un léger contact avec le mur qui a endommagé son aileron arrière en Q2, Charles Leclerc a placé son bolide rouge au quatrième rang. On ne peut pas en dire autant de Lando Norris et Daniel Ricciardo, respectivement septième et onzième.

Lire aussi :

Le directeur d'équipe Andreas Seidl n'est toutefois pas surpris, compte tenu des caractéristiques du circuit urbain saoudien : "Je pense que beaucoup de virages censés être des virages rapides ne sont pas de vrais virages, car ils se passent à fond. Et c'est pourquoi je pense que ce n'est pas un circuit typique à virages rapides, il y a beaucoup de virages à vitesse moyenne. Par conséquent, je pense que nous sommes plus ou moins à notre position normale sur ce genre de piste, à savoir au cœur de cette bataille entre plusieurs équipes – Ferrari, AlphaTauri et nous – comme nous l'avons vu plusieurs fois cette année."

"Je ne suis évidemment pas totalement satisfait par le résultat des qualifications aujourd'hui. Parce que je pense qu'avec le travail réalisé par l'équipe et les deux pilotes, nous avons fait de bons pas en avant, notamment durant le week-end en matière de performance. Et je pense que nous avions une voiture assez compétitive en qualifications."

Lando Norris, McLaren MCL35M

Or, si la Q3 a échappé à Ricciardo pour un demi-dixième de seconde, c'est parce qu'il a endommagé son fond plat. "Malheureusement, avec les dégâts sur le fond plat de Daniel, provenant d'un heurt sur un vibreur, il n'a pas pu montrer ce dont il était capable – car je pense qu'il avait un bon rythme. Et il n'a pas pu atteindre la Q3, ce qui était dommage", déplore Seidl. "Cela nous a coûté cher, car à la fin le fond plat touchait par terre. Ce qui signifie que dans son dernier secteur, après avoir amélioré les deux premiers, le plancher touchait par terre, et il perdait donc beaucoup en ligne droite. Je ne sais pas combien de dixièmes, mais cela l'a privé de toute chance d'atteindre la Q3, ce qui aurait été facile sans ces dégâts."

Le principal intéressé n'est toutefois pas rancunier. "Les vibreurs, à vrai dire, m'ont fait mal en qualifications", admet Ricciardo. "Je crois que c'est à la sortie du virage 10, j'ai juste mis une roue au-delà et endommagé le fond plat. C'est comme ça, mais je pense que globalement ça va. Je pense qu'avoir les mêmes vibreurs sur chaque circuit n'est pas passionnant, alors avoir ceux-là pimente un peu les choses et je ne suis pas en colère." Ce fond plat pourra en tout cas être remplacé par un exemplaire identique pour la course.

Quant à Norris, il a été handicapé par la stratégie pneumatique. "Du côté de Lando, je pense aussi que nous n'avons pas pu montrer le plein potentiel du rythme que nous avions aujourd'hui, pour deux raisons", explique Seidl. "Après avoir eu le drapeau jaune dans son deuxième tour du run en mediums, le premier de Q2, nous avons décidé de passer aux tendres afin d'assurer notre passage en Q3. Ce que tout le monde allait faire n'était pas évident à ce moment-là, et cela a ensuite compromis la Q3 car il n'a pas eu deux tentatives en pneus neufs. Par conséquent, même avec une septième place, je suis un peu déçu." Et ce premier relais en pneus tendres pourrait bien le désavantager en course également.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Mercedes pourrait réévaluer son partenariat polémique
Article précédent

Mercedes pourrait réévaluer son partenariat polémique

Article suivant

Pérez : Le circuit de Djeddah est inutilement dangereux

Pérez : Le circuit de Djeddah est inutilement dangereux
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021