Renault : Red Bull a mis trop de pression à Ricciardo pour qu'il prolonge

partages
commentaires
Renault : Red Bull a mis trop de pression à Ricciardo pour qu'il prolonge
Par : Fabien Gaillard
14 oct. 2018 à 08:45

Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport, estime que le temps laissé par le Losange à Daniel Ricciardo pour prendre une décision sur son avenir a joué un rôle important dans son choix, notamment par rapport à l'insistance de Red Bull.

Alors que la Silly Season de la Formule 1 n'en finit d'être un jeu de chaises musicales géant, tout a commencé début août, quand Ricciardo a été annoncé chez Renault. Une annonce surprise qui a bouleversé le destin d'un certain nombre de pilotes et qui a inscrit la marque française dans une démarche qui la fait forcément passer dans une nouvelle dimension.

Interrogé par Canal+, Cyril Abiteboul est revenu sur la chronologie du rapprochement entre l'Australien et l'équipe d'Enstone. "Le premier contact c’est difficile de le marquer parce qu’en fait on connaît Ricciardo, Daniel, depuis des années puisqu’on collabore avec Red Bull depuis des années. Donc ses débuts au sein de Red Bull on les a connus, on l’a accompagné, on a été d’ailleurs capables de mesurer à quel point c’est un ambassadeur et un leader extraordinaire dans l’équipe aussi, sur le développement de la voiture, et c’est un élément qui a compté pour nous."

Lire aussi :

"D’abord ça été il y a plus d’un an sur le ton de la plaisanterie : ‘Et si tu conduisais un peu plus qu’un moteur Renault, une Renault tout court ?’ et puis la plaisanterie a laissé la place à des discussions un petit peu plus sérieuses. Finalement, le deal est entre ses mains depuis très longtemps, plus tôt cette année, depuis plusieurs mois. On a accepté que, depuis le début, le timing serait le sien, parce que c’était une décision compliquée à prendre."

"On a dû travailler sur des options alternatives qui, comme Alain [Prost] le disait, sont des bonnes options : Carlos [Sainz], Esteban [Ocon], Daniel, trois bonnes options, ce qui nous mettais d’une certaine façon dans une situation où on [était] un peu relax par rapport au timing de Daniel, tant que ce soit avant la trêve. Et ça a été juste avant la trêve, effectivement, qu’il a pris finalement sa décision. Décision compliquée à prendre, que l’on a confirmée et qui a été annoncée dans la foulée, quelques heures après."

Pour le dirigeant français, l'insistance de Red Bull à vouloir finaliser une prolongation de contrat a peut-être joué un rôle dans le départ de ce pur produit du programme junior du taureau rouge. "On lui a laissé le temps de la réflexion et je pense que c’est aussi la façon dont on a géré l’ensemble du dossier, avec encore une fois humilité, sans le surcharger de pression sur la signature – ce que peut-être Red Bull a fait un peu trop, d’ailleurs. Je crois que Red Bull a essayé vraiment à plusieurs reprises de pousser pour une signature rapide, depuis Melbourne cette année – et je crois que d’une certaine façon, c’est aussi ce qui lui a plu dans notre projet : notre humilité et la façon dont on respectait le temps de sa décision."

Article suivant
Massa : Les V8 n'ont pas "l'agressivité" des moteurs de F1 actuels

Article précédent

Massa : Les V8 n'ont pas "l'agressivité" des moteurs de F1 actuels

Article suivant

Hamilton propose des "super week-ends" pour secouer la F1

Hamilton propose des "super week-ends" pour secouer la F1
Charger les commentaires