Russell : Le GP de Turquie "n'a pas été ce que la F1 doit être"

S'il comprend le plaisir qu'ont pu prendre les téléspectateurs devant le Grand Prix de Turquie, George Russell estime que la F1 n'était pas dans ses standards à Istanbul, et qu'un "juste milieu" doit être trouvé quand il s'agit de spectacle.

Russell : Le GP de Turquie "n'a pas été ce que la F1 doit être"

Si le Grand Prix de Turquie a apporté son lot de spectacle et d'incertitude, George Russell n'a pas franchement apprécié l'ensemble du week-end qui s'est déroulé sur l'Istanbul Park. Les pilotes ont fait face trois jours durant à un tarmac manquant totalement d'adhérence, et sur lequel les averses ont rendu les conditions plus délicates que jamais. En cause, un resurfaçage tardif de la piste, sur laquelle aucun roulage autre que celui des F1 n'a eu lieu. En qualifications comme en course, c'est à un festival de tête-à-queue que nous avons pu assister, la montée en température des pneus s'avérant qui plus est particulièrement difficile.

Lire aussi :

Un temps bien classé durant la course, à la porte des points, George Russell est ensuite rentré dans le rang à mesure que la piste séchait. Seizième sous le drapeau à damier, le Britannique n'a pris aucun plaisir et déplore notamment les grosses variations des temps au tour provoquées par les problèmes de chauffe des gommes. Il avait dû partir depuis la voie des stands après avoir endommagé l'avant de sa voiture à l'entrée de la pitlane, pendant les tours de mise en grille.

"Les chronos varient de deux à trois secondes au tour, selon si l'on fait fonctionner les pneus ou non, c'est incroyable", déplore le pilote Williams. "Ce week-end n'a pas vraiment été ce que la F1 doit être. Je suis sûr que le spectacle était génial, et je suis sûr que j'aurais adoré le regarder depuis mon canapé. C'était une loterie pour tout le monde. J'adore piloter sur le mouillé, mais là c'était autre chose."

"Tout le monde était très enthousiaste à l'idée de venir ici, et dès le premier tour en EL1, nous n'avions absolument aucun grip. Sans l'ombre d'un doute, le plus gros facteur a été le resurfaçage. De ce que j'ai entendu et compris, tout a été fait à la toute dernière minute, et les organisateurs de la course en Turquie ont fait du très bon travail pour que tout soit fait à temps après avoir été retardés par une mauvaise météo. C'était comme piloter sur du verglas, et lorsque je quittais la piste et que je me retrouvais sur le vieil asphalte, j'avais beaucoup plus de grip, et même chose dans les stands, alors que d'habitude ces endroits sont incroyablement glissants par rapport à la piste. Je ne crois pas qu'un seul pilote ait apprécié ces conditions."

Russell comprend que l'incertitude créée par ce contexte ait pu divertir les fans, mais il reste convaincu que l'ensemble du week-end n'était pas au niveau que se doit d'avoir la F1.

"Si l'on veut le chaos et le carnage, et faire passer les pilotes pour des idiots, il y a d'autres catégories et d'autres sports que l'on peut regarder", insiste-t-il. "La F1, ce sont les meilleures voitures, les meilleurs pilotes et les meilleures équipes qui se rendent sur les meilleurs circuits et montrent ce qu'ils peuvent faire. Ce week-end, ce n'était pas ça. Je suis sûr que depuis mon canapé, j'aurais adoré ça, mais il doit y avoir un juste milieu et je suis certain que la F1 peut apprendre de ça."

partages
commentaires
Incident de la grue en Q2 : Vettel prône la "tolérance zéro"

Article précédent

Incident de la grue en Q2 : Vettel prône la "tolérance zéro"

Article suivant

Todt : Schumacher "est très bien entouré" et "il se bat"

Todt : Schumacher "est très bien entouré" et "il se bat"
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021