Russell : Isoler le GP d'Australie est "trop dur" pour les équipes

Selon George Russell, la place de l'Australie au calendrier F1, à deux semaines du Grand Prix précédent et suivant, est bien trop difficile à gérer pour les équipes.

Russell : Isoler le GP d'Australie est "trop dur" pour les équipes
Charger le lecteur audio

Le Grand Prix d'Australie a fait son retour au calendrier après deux ans d'absence dus au Covid. L'heure était donc à la fête à Melbourne, puisque les fans australiens ont retrouvé la catégorie reine du sport automobile, et celle-ci a renoué avec un circuit emblématique. Toutefois, certains ont grincé des dents en raison de la position de la course au calendrier.

Troisième manche de la saison 2022, le Grand Prix d'Australie était la première épreuve isolée de l'année : elle ne faisait pas partie d'une double ou d'une triple confrontation, contrairement aux deux premières courses, à Bahreïn et en Arabie saoudite. Mais en raison du décalage horaire entre l'Europe et l'Australie, les membres des dix équipes de la grille n'ont pu profiter que de quelques jours de repos avant de reprendre l'avion afin de s'habituer à ce décalage.

George Russell invite donc les responsables du calendrier à revoir la place du Grand Prix d'Australie, suggérant un jumelage avec une course au Moyen-Orient. "Avoir Melbourne entre deux courses, surtout en tant qu'événement unique, est trop dur pour les équipes et pour tout le monde", affirme le pilote Mercedes. "Les gens sont arrivés samedi ou dimanche [dernier] pour s'habituer aux conditions, au décalage horaire, et c'est tout simplement trop. Je pense qu'il faut davantage y réfléchir."

"Il n'y a rien qui puisse justifier pourquoi nous n'avons pas pu faire un 'back-to-back' [deux Grands Prix en deux week-ends, ndlr] avec l'une des courses au Moyen-Orient. Pour toutes les équipes, avec le temps passé dans cette partie du monde, on dirait que c'est une autre double confrontation. Comme la saison est de plus en plus longue, nous devons trouver un meilleur équilibre."

George Russell, Mercedes W13

George Russell, Mercedes W13

Christian Horner corrobore les propos de Russell. Le directeur de Red Bull Racing explique que la tenue du Grand Prix d'Australie deux semaines après la manche en Arabie saoudite pousse les équipes à dépenser davantage. "Je pense que pour tout le monde, venir ici [en Australie] pour un week-end est un changement d'heure énorme et c'est vraiment cher", lance-t-il.

"Du point de vue du calendrier, il aurait été meilleur d'avoir une autre course [la semaine suivante]. C'est très difficile pour [la F1] avec le calendrier parce que vous avez Pâques le week-end prochain, par exemple. Il y a toujours des problèmes à résoudre en composant le meilleur calendrier de courses. C'est difficile pour les équipes, qui doivent venir jusqu'ici pour un week-end."

Lire aussi :

partages
commentaires

Norris pessimiste pour les prochains Grands Prix

Wolff : Masi était "presque irrespectueux" avec certains pilotes