Formule 1 GP de Monaco

Russell a "joué avec le feu" dans son dernier tour de Q3

Auteur du sixième temps des qualifications à Monaco, George Russell estime avoir "joué avec le feu" dans son dernier tour en Q3, lorsqu'il a touché le rail à l'entrée de la chicane du port.

Le dernier tour de Q3 de George Russell, qu'il a pu réaliser avant le drapeau rouge qui a empêché la plupart des autres concurrents d'améliorer leur marque, a vu le Britannique toucher le rail à l'entrée de la chicane du port (là où Yuki Tsunoda s'est fait piéger en Q1). Durant cette séance, il a aussi embrassé les barrières en abordant la Piscine. Sixième des qualifications, il s'est dit surpris d'avoir pu continuer son tour.

"Sur mon tour le plus rapide, [...] j'ai en fait heurté le mur sur la gauche après le tunnel", a déclaré Russell lorsqu'il a été interrogé par Motorsport.com sur sa séance. "C'est impressionnant à voir, j'ai un blocage de la direction au même moment, et vous voyez en quelque sorte le triangle se plier, et d'une manière ou d'une autre, j'ai juste réussi à tenir le coup."

"J'ai réussi à terminer le tour et tout semblait être en un seul morceau. Nous allons probablement devoir vérifier. Il s'agit de jouer avec le feu lorsque vous frôlez un mur et que vous vous en sortez. Vous vous dites : 'Wow, je ne sais pas vraiment comment nous avons réussi ça.'"

À la question de savoir s'il aurait pu laisser un peu de marge, il a ajouté : "Je veux dire, cela aurait ajouté du temps au tour, mais c'est une sorte de rapport entre le risque et la récompense. Et si vous laissez un peu de marge, vous allez y perdre. Il s'agit d'un virage sur 14."

Russell a en tout cas tenu à tempérer son résultat, notant que la voiture n'était pas aussi compétitive que lors de la dernière épreuve en Espagne. "P6 n'est pas un résultat à célébrer", a-t-il déclaré. "Mais je pense que lorsque vous le regardez objectivement, il n'y avait aucune raison pour nous d'être plus haut. Nous avons vraiment eu du mal avec la voiture, elle a été vraiment rigide ce week-end."

"Et après Barcelone, nos forces étaient la vitesse en ligne droite et les virages rapides. Et il n'y a rien de tout ça à Monaco. J'étais vraiment satisfait de ce tour. Évidemment, il y a eu un drapeau rouge, mais je crois que j'avais encore quatre dixièmes d'avance sur Lewis [Hamilton] et Fernando [Alonso]. Donc c'était prometteur."

"Cet endroit est passionnant à piloter", a-t-il ajouté, "même si ce n'est pas pour la pole, mais c'est un peu dur pour nous tous en tant qu'équipe quand vous avez l'impression d'être en train d'optimiser [votre performance], et que vous ne ramenez qu'une P6. C'est de loin le Monaco le plus dur que j'aie jamais vécu. J'ai été dans l'une des voitures les plus difficiles à piloter ces derniers temps. Je pense que ça n'a pas été facile pour tout le monde. Je crois que c'est un pas en arrière par rapport aux voitures de l'ère précédente."

Au sujet du défi physique que représente le pilotage de la W13 à Monaco sur une distance de course, il a déclaré : "Cela ne va pas être agréable pour être honnête. Lors des EL1, quand la voiture n'était pas au maximum de sa souplesse, c'était un vrai défi pour Lewis et moi. C'est un peu difficile, mais il faut faire avec. C'est tout ce que vous pouvez faire."

Lire aussi :

Avec Adam Cooper

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Cinquième sur la grille, Norris ne se sent plus comme "un passager"
Article suivant Ocon déçu que sa stratégie n'ait pas payé en Q3

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France